Jump to content

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation since 08/13/2010 in all areas

  1. Jvjvd que dans 11h30 je me fais boulonner/embrocher le poignet Alors pour foutre la nique a Tonton, Jos et Raf, merci de me liker a donf!
    26 points
  2. JVJVD il y a 48h (ou presque) je suis devenu papa pour la première fois. Je n'ai à ce jour jamais ressenti une si grande fierté, autant de joie, de bonheur le tout mêlé à un soupçon d'angoisse. Il y a 2 jours j'ai dit bonjour à mon fils.
    24 points
  3. Hello tout le monde, Première des news évoquées sur le sujet des nouveautées 2021! L'équipe Erase s'agrandit, welcome to the team Julien @Giskovcycle!
    23 points
  4. jvjvd seconde fois en six mois que je mets en pratique mon brevet de secourisme, je traverse Hasselt en Slate , le calme absolu avant le défilé de carnaval , oops je remarque une moto sur le flanc,oops le motard allongé sur le trottoir et des gens autour ! , hopla je réfléchis pas , je monte la bordure du trottoir, jète le vélo au mur , les gens me regardent l'air perdu, je demande , vous avez déjà appelé les secours ? je m'accroupis à côté du motard, il est conscient , lui pose quelques questions, je lui demande où il a mal, me répond l'épaule , tu sens tes jambes ça va? t'as pas mal au thorax ? dos ? la tête ? ( le casque est bien amoché ) apparemment tout ça roule , je lui mets ma couverture de survie, ça pue l'essence , je demande aux passants de s'assurer que le contact de la moto est coupé, du coup ils se mettent à plusieurs pour relever la moto , et déposent les clefs à mes genoux, là t'as un coup d'adrénaline, tu te dis que tes cours ont servi j'enlève ma casquette Baraki ben oui je réalise qu'elle n'est plus vraiment de circonstance , je continuerai de discuter avec le motard jusqu'à l'arrivée des secours , t'es tombé tout seul ? oui , il me dit que l'épaule lui fait de plus en plus mal , je lui répond bouge pas , les secours vont arriver, si c'est clavicule , je connais bien , c'est six semaines calme et puis c'est guéri ... , je resterai accroupi à côté de lui en tenant sa main jusque quand les secours arriveront , au moins 10 minutes je peux écrire que c'est long et ici , la situation ne semblait pas critique .... ambulance et police arrivent , prise en charge du blessé, je récupère ma couverture de survie , le motard me lance un 'dikke' remerciement ses potes vers moi pouce levé , bon j'ai vraiment pas fait grand chose de compliqué , juste appliquer ce qu'on m'a appris mais ça a fait ma journée.
    21 points
  5. JVJVD qu'après qq péripéties de fin de grossesse, mon petit garçon, Clément est né ce mardi ? Il est en forme et a déjà un très bel organe....vocal
    21 points
  6. JVJVD que mon opération s'est passée nickel today et que je peux recevoir un nouveau rein demain....vive ma chérie ❤
    21 points
  7. 20 points
  8. JVJVD un ENORME MERCI aux barakis du cœur @Blacksad @born_to_ride @Franz @Giskovcycle @iBxL @Jojobleu @jos_2001 @Krutor @looping @Nemyh @Pili @PunkyB @Rafalex @rani @RifRaf @Seblebiker @spit_06 @Stumpjumper @Vincentw54 @xhala_debru @nico et bien sûr @spin pour vos cadeaux à l'occasion de la naissance de ma petite Kimberlè (Cali en baraki) Elle vous remerciera en personne quand elle pourra assister à sa première parade avec son premier vélo ! Vous êtes juste géniaux
    20 points
  9. Vous êtes incroyables! continuez afin de me maintenir en tête durant cette journée Visons la barre des 100 notifications, vous pouvez le faire
    20 points
  10. Super, j'ai rattrapé Raf! j'ai maintenant Jos en ligne de mire On continue
    20 points
  11. Merci à tous pour vos messages de soutiens et vos croisements de doigts... La greffe s'est bien passée, nous allons tout les 2 bien mais encore un peu sonné. ?
    19 points
  12. Jvjvd qu'un nouveau baraki vient de voir le jour. Pierre, 3 kilos, 49 centimètres.
    19 points
  13. voila donc mon petit cr ! Fevrier je m’inscit pour Zermatt et louons un appart (initialement nous devions partir en combi), mais , madame n’ayant que 6 jours de congé cette année nous décidons d’ y passer nos vacances . la dessus arrive la crise , pas grave on y crois 😊 juillet arrive , on est optimiste . première frayeur les belges interdisent l’accès dans le valais ( petite erreur rectiifée rapidement , les boules pour ceux qui partent a ce moment ) . peu de temps après c’est le coup de massue , le 18 aout , 3 jours avant le départ ce sont les suisses qui imposent la quarantaine a partir du 20 !!!!!! Forcing auprès de nos employeurs ( sympas ) qui nous lachent 3 jours plut tot ( madame sera en télétravail en suisse 2 jours ) , et finalement nous sommes en suisse , en règle , le 19 oufffffffffffffffffffffffff Arrivée a Tasch , car zermatt est ville sans voiture , on gare la bagnole dans l'immense parking pompe a fric de 2300 places .pour le fun ( et un peu pour la thune ) on évite le buisness train /taxi et on amène tout notre bazard a la remorque ( 5km depuis le parking ). Le site est impressionnant , encaissé a mort et face au monument qu’est le Matterhorn ( ou Cervin ) Pas de bike park a Zermatt , mis a part 2 traisl familiaux ( dont le sunnega , deux ans de travail pour 6km ultra shapé , truc de dingue ! ). Le reste il faut cohabiter avec les marcheurs ( pas toujours facile car vraiments pas sympas pour certains ) Les installations sont énormes , le site gigantesque voir incomprehensible ! prets pour des vacances qui seront a couper le souffle Quelques photos des vacances : la salle vélo de l'hotel la cabine de douche velo de l'hotel un velo de baraki sa majesté au loin transfert des bagages vesrs l'appart ( premier voyage ) cimetiere de velos dans la rue direction le ski ( 170m sous la cabine morts de trouille ) arrivée au matterhorn glacier paradise (3880 m ) le breithorn et ses randonneurs a la file ( sur les cretes ) yesssssssss les equipes nationales ! la quatrieme dimension une petite marche dans la vallée vers la plage ( eau a 14° merde on se baigne pas ) depart de la spe 1 (finalement annulée ) un joli trail deuxieme jour de ski le petit rectangle blanc a droite sur l'horizontale la cabane de depart pour l'ascension du cervin (par l'arrete , 9h aller retour ) retour au bike en route pour le gornergrat ( plus haute gare d'europe 3100m ) le glacier du gorner (le plateau est 700m plus bas ) le panorama a tomber , dufourspitze a gauche 4600m retour vers zermatt avec encore un classique le riffelsee encore sa majeste face nord une cabane traditionnelle ( au prix du m² estimation 500 000 FS ) la course !!!!!!!!!!! Les recos : ( ou comment passer du paradis a l’enfer 😊 ) Pluie continue et froid pour le samedi et ses recos . je suis a deux doigts d’abandonner après deux recos tellement j’ai froid . une salle de repos et des cafés en haut me redonneront de l’énergie et je peux ainsi finir. 10 arrets je pense pendant la reco de la rock n roll , avec toujours cette question en tete : comment gerer ça d’une traite ??? je pensais pas qu’un truc aussi physique et technique me tomberai sur la tronche ! La course : 5 mises a jour le dimanche matin pour ne garder (accès secours et helico oblige ) au final que deux spé ( dont la rock raccourcie d’un tiers ). Quel orga quand meme , c’est dingue. Ne manquait plus que la cerise sur le gateau , cad la neige ( un petit air d’ambleve 2019 😊 ) Difficile de trouver un rythme sur la spé 1 , juste rester vivant ! un vilain allemand me colle déjà 1mn dans les dents ! Spé 1 bouclée ,Je suis entier , c’est déjà pas mal sauf que , sur la liaison j’observe un joli saignement au mollet ( j’ignore comment cela s’est produit , pédale peut etre ? je fais nettoyer , et repart aussitôt avec la promesse donnée aux samaritains de retourner voir le toubib le soir , qui me posera quand meme 6 points ) J’ai vraiment tout donné dans la spé 2 , sans doute tellement content d’avoir pu continuer , et je fais le meilleur temps chez les M50 ( nous étions 9 inscrits ) Au final deuxième chez les vieux 😊 quelle joie après ces 6 mois d’incertitude !! Voila , que l’on adhère ou pas a cette vision de la montagne ( autre débat bien sur 😊 ) , croyez moi on repart de la avec des souvenirs inoubliables !
    18 points
  14. Jvjvd ... Ma fille aura un(e) voisin(e) dans la Croozer en 2021
    18 points
  15. Alors, merci à tous pour vos gentils commentaires, c'est vraiment marrant de vous lire a posteriori Pas vraiment mal au jambes, un peu mais sans plus. Un peu mal partout hier mais pas plus que ça. C'est vrai que ces transmetteurs ça a été tout un bazar... Et c'est ici que commence mon CR. Malteni, donc. J'avais des regrets quant à l'édition de l'an dernier, je me suis trop tâté (ouais ouais), et puis finalement c'était complet. Tant pis pour les monts de Flandre, mais c'était un mal pour un bien vu les conditions dantesques de l'an dernier. No regrets. Mais cette année j'ai fait comme tout le monde, je me suis inscrit de suite des mois à l'avance, même si je déteste ça. Je me suis donc préparé correctement (càd pour moi rouler une fois par semaine, aller courir une fois de temps en temps), en allongeant petit à petit les distances, de décembre jusqu'aux 13 chapelles de la semaine dernière. Pas trop de stress donc, même si la Malteni était deux fois plus longue ma distance maxi réalisée à l'entrainement. Même pas peur. J'ai de toute façon autre chose à faire que de passer 20 heures par semaine à rouler, malheureusement. C'était gai de faire quelques achats, de vérifier tout son matos et tout. J'ai même fait abstinence de whisky 3 mois durant. Ca avait marché pour la Dirty Boar, y a pas de raison que ça n'aille pas cette fois-ci Course samedi. Vendredi je bosse. Je quitte donc tard la maison après avoir mangé une assiette de pâtes, j'arrive tard sur place, pas de fête, c'est pas la Gogo ici, c'est très studieux. Mon vélo fera dodo dans la brasserie et moi dans la bagnole. Nuit pas top, mais pas pire qu'en tente, parce qu'il gèle. Lever tard, suis à la bourre comme d'hab, j'ingurgite une tranche de craquelin, pas de café, nada, juste le temps d'aller chercher ma puce GPS. Départ retardé de quelques minutes parce que les trackers étaient à plat la veille. Bref, départ un peu précipité pour moi sans même avoir le temps de checker mes pressions, je loupe ma vague mais je m'en tape. Y a déjà plus des masses derrière moi, j'ai l'habitude. Mauvaise blague, mais je le savais : problème de mémoire dans mon Garmin, il ne me charge pas la trace, mais la route. Pas de points, donc. Je ne suis pas le seul dans le cas, tant pis. Devant c'est parti sans tambours ni trompettes, mais à fond comme souvent dans ce genre d'événement. Des gars qui roulent comme des machines à deux ou trois, voire plus. Il fait noir, il fait froid, mais rapidement le jour se lève, spectacle total. Les champs sont gelés mais les premiers singles sont boueux, réminiscence des pluies de la semaine. Faut juste gérer, parce que mes pneus sont pour du sec. Roi Gravier en 35, tubeless, c'est très bien pour le terrain annoncé, mais pas pour la boue. Juste quelques alertes, mais ça ne durera pas. J'avais décidé de partir très vite histoire d'être à l'heure au premier CP, et j'ai bien fait. J'ai pu accrocher de temps à autre l'un ou l'autre petit groupe, c'est précieux. Rouler vite et tourner les jambes à fond même sur le plat me permet de me réchauffer et d'arriver bien à l'heure au KM 60, ma moyenne tourne autour de 20, c'est correct.. Un café pour se réchauffer dans le bistrot, quelques minutes pour resserrer les boulons (ça secoue les pavés) et c'est reparti. J'en profite pour déjeuner. J'avais pris une brioche beurrée et j'ai bien fait parce qu'il n'y avait que de la bouffe énergétique Décathlon (sponsor oblige) et quelques oranges au ravito. Ce sera le cas sur tous les ravitaillement, et c'est vraiment un point noir. Ca, je m'en doutais, et j'ai prévu le coup. J'essaie toujours de respecter mes horaires sur les longues distances : pti déj à 10h, sandwiches à midi et à 18h, qui me sembleront les meilleurs du monde. J'ai bien fait parce qu'on a pas croisé grand chose, un Carrefour, l'un ou l'autre bistrot, mais pas le temps de commencer à chercher des épiceries. Faut pas trainer, je mange en route. Les singles s'enchainent, les parties techniques aussi, les bois, les champs, les bords de canaux, les terrils, c'est vraiment majestueux comme trace. La région est belle, et les terrils super marrants. Faut arriver en haut, souvent à pied pour moi parce que sur une endurance tu ne peux pas te permettre d'aller dans le rouge souvent. Y a 16 terrils, alors faut gérer. Chaque fois plein de bouleaux. Et je suis allergique, mais je suis traité, j'ai doublé les doses depuis une semaine en prévision de ça. Grandes forêts, ça trace, de temps en temps un photographe (que je ne verrai plus par après, dommage), ça sent Aremberg. Nous voilà à la trouée. Km 109 je crois, les jambes sont bonnes, ça tourne bien. Il commence à y avoir du monde pour demain, et la cyclo qui passe par là draine sont lot de cyclistes qui se prennent en photo. Pas le temps pour moi. De toute façon je suis déjà short time. Une demi-heure, une crevaison ou que sais-je et je vais devoir cravacher. De toute façon il fait trop froid, je ne peux pas enlever mes gants pour shooter avec mon téléphone. Ca va se réchauffer quand? Jamais en fait... J'ai fait la connaissance de Vincent, juste avant. Il vient de Bordeaux, en train. Il a crevé une fois (blague belge), puis une deuxième fois. Vive le tubeless. Je le laisse, on se reverra plus tard. Trouée d'Aremberg, donc. Ce n'est pas le premier secteur pavé pour nous, loin s'en faut, mais c'est le premier officiel de Paris-Roubaix. J'y vais à fond, plein milieu, aussi vite que mon 36x18 me le permet. Bien couché, bien souple des bras mais poignets fermes, légèrement pliés, les mains en haut, impossible de voir mon compteur tellement ça tremble, c'est génial en singlespeed, ça vole. Pas un bruit. Je dépasse au moins 30 cyclos qui font un ramdam pas possible avec leur dérailleur, sans compter tous ceux qui sont sur le côté, crevés. Juste un qui m'a passé. Quand j'ai pu voir mon gps, j'étais entre 18 et 20 km/h. Les pros hier passaient là à 31km/h pour les premiers, ça m'a rassuré. C'était le pied. CP juste après, il ne reste plus que 2 sandwiches, c'est une blague? Pas grave, j'ai les miens. Pipi, remplissage de bidons et je repars. Je m'incruste dans un peloton de cyclos qui ont dû se demander ce que je faisais là en moulinant à 35 à l'heure. On avance tout seul dans ces conditions. Je dois m'accrocher tout de même, c'est dur. On passe le secteur du pont Gibus ensemble, puis je les quitte. Je ne peux pas trainer, faut être avant 17h30 au CP 3 au KM 180, et il est déjà presque 14h. A partir de là je vais me retrouver 3h tout seul avec les vent de 3/4 face pendant 60km. Pas simple. Heureusement y a les terrils qui permettent de retrouver du fun, c'est vraiment génial, ça tournicote dans tous les sens. Je roulais un peu avec des Catalans qui zappaient chaque fois les montées des terrils (et les descentes marrante, du coup). Je trouve ça minable de venir d'aussi loin pour zapper le meilleur. J'apprendrai par la suite que c'est l'un d'eux qui a reçu la lanterne rouge. Bravo. Tant pis pour eux. Faut dire que la trace est vachement dure à lire, les chemins sont multiples et les erreurs aussi, pour tout le monde. Encore une difficulté supplémentaire quand on roule seul. Je m'accroche de temps en temps à quelqu'un mais ça ne dure jamais. Y a plus grand-monde derrière en plus. Pas grave. J'arrive en bonne forme au CP3, avec encore 30 minutes d'avance. J'ai bien pioché quand même. Tu crois que t'es cool, tu lèves le pied, puis les km techniques s'enchainent et tu n'avance plus, tu dois en remettre une couche. A propos, je suis content de voir le ravito, fallait que je m'arrête pour en remettre une, de couche. La température qui était un peu remontée descend d'un coup; je commence à avoir un peu plus froid, comme si c'était possible. Pipi, coupe-vent, toujours pas de salé, je repars alors que Vincent et Jérémy (de Metz) arrivent. Pas le temps de trainer, il reste 70km. Mauvaise surprise, on annonce encore un CP au km 210. Ca c'était pas prévu. Pas grave. Ici ça se corse. Le vent d'est est désormais de pleine face, il est froid et soutenu, ça va durer 35km, que des faux plats montants , seul, pas simple, sauf deux terrils, assez rigolos, qui viendront un peu varier l'effort. Vincent et Jeremy me rejoignent à 5km du CP4, qu'on atteint avec 30min d'avance. On essaye d'aider un concurrent en galère. Il n'en peut plus le pauvre. Méga fringale. Il finira le parcours en camionnette. Je fais tout de même deux trois photos parce que le coucher du soleil est magnifique. Vincent a pris de la crème, je m'en fous sur les couilles à droite et sur la b i t e, ouais je porte un peu à droite, et c'est là que je suis irrité, comme lui. Le cul ça va, merci Rapha et la chamois crème. On repart pour le meilleur, à trois. On va enchainer 3 secteurs de Paris-Roubaix, 11,10 et 9. J'ai eu un peu du mal dans Mons-en-Pévèle, surtout le faux plat montant, mais un bon 16 à l'heure, ça le fait encore, sous les encouragements des proprios de camping-cars déjà là pour la course, drapeaux au vent et barbecues, c'est vraiment marrant, tout ça à la fin du jour, et toujours sur le sommet du pavé, comme il faut. Carrefour de l'Arbre ensuite, avalé tambour battant après 225km. La nuit est tombée. Plus que 15km, et tombe sur cette friterie. On s'arrête, d'office! On y restera presque une heure, - fuck la moyenne ! - à causer avec les locaux, qui ont tenu à nous offrir une canette de Jupiler, ils n'en revenaient pas de notre promenade. C'est vrai que c'est un peu con. Dur de repartir, les jambes sont raides, mais on termine finalement assez tranquilles. Y a presque plus personne à l'arrivée, limite on les fait chier parce que les bénévoles doivent rentrer qu'on nous dit. Un peu cru, et pas très cool. Tant pis pour notre badge de finisher, ce n'est qu'un bout de plastoc. C'était une belle journée, riche en rencontres, en introspection pour moi (souvent seul), de jolis paysages, une superbe trace, c'est dur mais pas impossible, vraiment pas. Le vélo était parfait, pas de saut de chaine, pas de crevaison, rien! Heureusement qu'il a fait sec, et que les copains étaient derrière à m'encourager à mon insu, merci pour ça les amis, c'est trop chouette!
    18 points
  16. je ne peux pas m'empêcher de raconter mon histoire du jour à Zaventem, je me contente d'écrire des faits sans polémiquer sur d'autres sujets qu'on peut étaler sur FB, désolé si c'est long: 22/03 1 heure du matin , tu reçois , en plein sommeil , un SMS de KLM pour t'informer que le vol que ta femme doit prendre à 07:00 est annulé. Ils te rebookent automatiquement sur le vol de 10:40 à ZAV, ok tu assumes , tu imprimes les billet à 2 heures du matin, et tu ne réalises pas que cette décision indépendante de ta volonté t'envoie au bon endroit mais à un très mauvais moment. Je quitte mon épouse alors qu'elle entre dans les files du contrôle de bagage à mains du coté de la gate A près de SN airlines c'est blindé de monde. Quelques minutes plus tard , je suis presque aux barrières du parking quick machin , boum une déflagration, je baisse la vitre , la madame du parking rigole par ce que ça a fait du bruit, ... je lui dis rigolez pas trop je pense que c''est sérieux ! je sors de la voiture et là c'est comme dans les films , debout portière ouverte , le moteur allumé , je regarde le bâtiment vitré éventré , le vent rabat déjà l'épaisse colonne de fumée vers nous , et je reconnais cette odeur de poudre , , oops , un rapide relevé d'orientation , merde, ça vient exactement de l'endroit ou j'ai laissé ma femme . A ce moment , tu réfléchis plus trop , je jète ma bagnole dans un coin, est-ce le bon réflexe ?? , je retourne vers le bâtiment en courant , téléphone en main , j'appelle pour avoir des nouvelles, pas de réponse, "putain de messagerie vocale" , tu entends des gens qui hurlent à l'étage au-dessus , de toutes parts des passagers paralysés avec leurs valises ne sachant pas trop quoi faire, je rappelle encore , "yes" j'ai ma femme au bout du fil , je lui crie tout va bien ? elle me confirme que ça a sauté là côté d'elle là ou elle se trouvait 30 secondes avant , tout a volé en éclat , c'est enfumé , mais elle n'a rien. Pour une fois que je peux profiter de le lui donner des ordres clairs et explicites ,je lui hurle "TU TE CASSES de là tout de suite , tu fais ce que tu veux mais tu ne restes pas là " et si on arrive plus à se joindre en mode "voice" , on utilise SMS , elle me confirme que la secu la dirige vers les embarquements, soulagé , j'abandonne mon idée de retourner plus loin à l'intérieur d'autant plus que les gens sortent de toutes parts. Tu te dis à ce moment que le gars qui est venu a peut-être laissé un cadeau derrière lui dans sa bagnole et que c'est mieux de dégager l'endroit, en partant je dirai aux gens que je croise de ne pas rester là mais c'est peine perdue , je laisse tomber et je dégage la zone pour aller m'installer sur le parking d'une pompe à essence toute proche en restant en contact tél par sms avec mon épouse; Elle restera plusieurs heures bloquée mais à l'abri dans le hangar d'une piste , pour finalement se faire évacuer en rang comme les enfants vers les voies extérieures de l'aéroport. Pour nous en finale tout est bien qui finit bien , on peut tous les deux s'estimer d'être heureux d'être encore en vie , d'autres n'auront pas eu cette chance aujourd'hui.
    18 points
  17. Merci Continuez (en mode Cap48)
    18 points
  18. Salut la communauté, je vends à contre-cœur mon déjà regretté vétété spécialisé. Je vous le dis de suite, il s'agit d'une opportunité unique! C'est un modèle rare et exceptionnellement bien conservé. Il n'a jamais roulé dans la boue! De plus, il prend de la valeur chaque année (je peux le prouver, j'ai les factures) donc en plus c'est un excellent placement financier! Bref, voici les détails, et en prime une jolie photo (à l'endroit qui plus est). Cadre en composition d'alliage non ferrugineux. Ultra solide et ultra léger. Rigide dans le sens qu'il faut et souple dans l'autre sens. Fourche avant à l'avant, fourche arrière à l'arrière. Toutes deux dûment entretenues, cela va de soit. Renard usine. Freins espoir car ça fait vivre. Ça freine aussi comme il faut si on tire comme il faut sur les leviers. (avec deux doigts, et un whisky d'abord). Transmission monogamme dans l'ère du temps: Chimano extra. 510 dents. Roues Efface légères et dynamiques comme ça pas besoin de vélo électrique. A la bonne taille, d'ailleurs elles touchent bien le sol. Selle qui monte et qui descend comme le siège de mon bureau, pour changer la hauteur du clavier, c'est très confortable. Et ça permet de s'adapter si on roule en buffalo ou en espadrilles. Prix bmb : 5000€. (compte avec au moins 50 messages, sinon c'est de la triche) Prix normal : 6000€. Donc vous voyez, vous faites vraiment une affaire! Cause de la vente: raisons financières, il parait que c'est interdit d'aller à l'école à poils, je dois donc acheter des fringues à mes filles. Ce vélo est exceptionnel: si Martin Maes l'avait eut, il aurait été champion olympique assurément. C'est lui qui me l'a dit en vrai!
    17 points
  19. Alors aujourd'hui j'ai allongé un pivot de fourche en alu. Suite à la réception d'une fourche (RockShox Judy SL '96) dont le pivot était annoncé pour 220mm mais en fait n'en faisait que 212 (c'est la faute sur la mesure sur le mètre ), et vu qu'il me fallait minimum 217mm pour le montage auquel je le destinais... J'ai décidé de l'allonger juste un petit peu. J'avais en stock un pivot de 185mm, même modèle. J'ai donc prélevé 15mm de tube alu sur celui-ci pour le souder sur l'autre un rien trop court. Je précise que la potence est très haute, il n'y a donc pas beaucoup de contraintes à cet endroit, ce qui m'a incité à tenter l'opération. En fait, c'est surtout par esthétisme que je l'ai fait : j'aurais pu ne rien faire et laisser le montage avec le petit jour de 5mm, mais c'était moche. La suite en image: Tout d'abord, j'ai recoupé le pivot perpendiculairement. Il était coupé de travers. Ensuite, j'ai prélevé une section de 15mm sur un autre pivot du même type. J'ai bien chanfreiné les deux extrémités qui seront soudées. Deux cornières en acier pour aligner l'ensemble: Les 4 points cardinaux, puis les cordons (enfin, je suis loin du niveau de Doug, mais j'me débrouille) Meulage pour dégrossir, puis quelques coups de lime fine sans mordre le pivot. Et j'ai fini au papier à poncer (60, 120, puis Scotch Brite). Un coup d'alésoir pour l'intérieur, et voilà : ni vu ni connu. J'suis super content! Bleuarh.... J'ai du recouper un chouia quand même, et vu que le coupe tube ne fonctionne pas terrible sur l'extrémité : hop dans la trancheuse! L'expandeur est rentré nickel chrome, le jeu de direction et la potence aussi. Mission accomplie. Oh yeah!
    17 points
  20. 17 points
  21. JVJVD... la kiné m'a autorisé à remonter sur le vélo Enfin, dehors quoi, plus sur le rouleau... bon, je ne peux pas me mettre debout sur les pédales, ni pousser trop fort, éviter les chocs... bref, je peux faire du Ravel tranquille. C'est pas grandiose à décrire comme ça, mais perso ça me fait déjà bien plaisir
    17 points
  22. Salut à tous, Je poste ce message aujourd’hui pour vous faire part du lancement d’une nouvelle marque dans le paysage de la bicyclette belge : C’est un projet de longue date (presque 5 ans déjà…), lancé conjointement par Thomas de chez Bewheels et moi-même. Vous pouvez donc deviner vers quels types de composants nous avons jeté notre dévolu ! Et oui, nous nous lançons dans la fabrication de moyeux conçus, designés, usinés et assemblés par nos 4 mains. Le projet à mis longtemps, trèèèès longtemps à se développer, mais quand on part de rien, c’est loin d’être évident tous les jours ! Néanmoins, on approche enfin tout doucement de la commercialisation, prévue dans le courant du mois de mai 2019. Je n'en dis pas plus pour le moment, je vous laisse les liens de nos pages instagram et facebook: http://facebook.com/erasecomponents http://instagram.com/erasecomponents Plus d'infos à suivre dans les prochaines semaines...
    16 points
  23. Salut les copains, Notre bébé est né dans l'intimité et la douceur de notre foyer, cette nuit à 3h48. 4,42kg le petit rôti 🤩🥰 On va essayer de se reposer maintenant 😊
    16 points
  24. David, je suis quelqu'un qui dit ce qu'il pense clairement. C'est grâce à toi que j'au découvert le Sart Tilman à VTT il y a plus de 10 ans et je m'en souviendrai toujours, mais je dois te dire aujourd'hui que ce que je vois ci-dessus n'est vraiment pas agréable à lire. Je pense que tu ne t'imagines pas le temps que cela prend de préparer les démarches que nous menons, étudier en détails le code forestier pour voir les marges de manoeuvre, rencontrer d'autres associations, mettre en place uns stratégie cohérente, travailler avec des interlocuteurs en coulisses. Tout ne peut pas être rendu public dès le départ sinon cela déforce toute la stratégie, mais j'espère que tu vas te rendre compte dans les prochains jours/semaines de tout ce qui a été fait ces derniers mois. Ce sont des centaines d'heures de travail bénévole investies par des passionnées, pour la défense de notre sport pour le plus grand nombre. Je t'écris ce message à quasi 3h du matin, après avoir bossé toute la soirée sur des dossiers MBF. Il n'y avait rien, on est partis de ZERO, on a tout créé à une petite poignée de gens motivés et conscientisés. Je pense que cela ferait du bien qu'on roule un de ces quatre ensemble afin de discuter de vive voix. J'ai l'impression que tu n'as plus eu beaucoup de contacts avec d'autres vttistes d'horizons différents sur le terrain. En tout cas ce n'est certainement pas en ayant un discours défaitiste comme tu as que les choses vont avancer. Aucun général n'a jamais gagné une bataille en pensant qu'il allait la perdre. Ou en se lamentant sur ses échecs passés plutôt que d'en tirer les leçons pour gagner les suivantes. Pour reprendre les points que tu évoques : tentative de revoir le code -> ce sera sans aucun doute le chantier le plus long, mais l'idée commence à faire son chemin dans certaines coulisses politiques. Et là, le confinement a vraiment aidé. Le VTT c'est plus le petit machin que font quelques casse-cou, c'est devenu un vrai potentiel touristique et un domaine qu'il est tendance de soutenir. Profitons-en. tentative de traces permanentes -> Eh bien oui, ça avance ! Ce n'est vraiment pas facile, mais plusieurs verrous ont déjà sauté ! Les vttistes sont rarement maîtres des agendas, mais à force d'insister ça finit par avancer. Un premier dossier devrait aboutir très, très bientôt. Et on espère ensuite un effet domino quand il y aura un premier exemple réussi (parce qu'on n'imagine pas que ça se passera autrement). Les autres suivront après bien plus facilement. L'histoire des traces de Sart-Tilman à Liège -> Là aussi, il y a eu un gros travail en coulisses et une démarche commune de 2 clubs + Patric Maes + MBF va être menée auprès des autorités pour légaliser et mieux cadrer le sport près du parking du CHU, et voir aussi pour mieux gérer les autres traces XC/Enduro. Aujourd'hui aussi, en quelques heures, le manifeste a déjà recueilli plus de 7000 signatures ! On va très vite passer les 10000. Ca, ca va nous donner du poids, et on a des dossiers qui sont aujourd'hui bien plus construits qu'avant. Pour le signer si ce n'est pas déjà fait, c'est par ici : https://mbf-belgium.typeform.com/to/a3Vmvypq
    16 points
  25. A mon tour ! On peut officiellement dire que je suis infirmier urgentiste et plus juste un casseur de fécalome woup woup !
    16 points
  26. ça va ! elle a bien été prise en charge et les abcès se drainent gentillement le service dans lequel est elle est vraiment top et on a eu l"autorisation de passer quand on veut ! Emile a même passé la nuit dernière avec elle. Les infis sont toutes folles avec lui dans le service et aux petits soin ! ça fait plaisir et sa joue bcp sur son moral ! je poursuis mon congé de paternité au moins le temps qu'elle sorte
    15 points
  27. Vous (oui je vouvoie car le tutoiement façon vélovert me gonfle) avez aimé la "Everyday I'm gravelin'" 2018 mais vous trouvez qu'il y avait : - trop de terre - pas assez de bagnoles qui frôlent- trop de fiante de poule dans les champs- pas assez de position aéro- trop de cadres en metal et/ou non-contrefaits- pas assez de surchaussures blanches et de mitaines- trop de pneus de plus de 30c- pas assez de relais- trop de straps, sacs à dos et saccoches de cadres- pas assez de cuissards moule-tich- trop de poils- pas assez de vent latéral pour te foutre les boules avec tes roues chinoises de contre la montre- trop de mono plateau et de Sram- pas assez de jambes huilées (à l'huile de palme fair-trade eco-responsable vegan-friendly circuit-mi-court-mi-nuque-longue-bien dégagé autour des oreilles)- trop de calme au milieu des bois- pas assez de Campagnolo et de prolongateurs de cintre- trop de verdure- pas assez de gels (et tout autre truc à jeter en bord de route) - trop de #gravel #exploremore #gravelride- pas assez de jantes hautes en carbone aéro-thermo-plastic de nylon fibre K-2000- trop de graviers- pas assez de routeCa tombe bien petit pleurnichard de vététiste influencable qui roule en graveul car c'est trop cool et tendance mais qui en réalité ne veut juste pas faire son coming-out route et rouler en pneus slicks et tenue toute moulante qui t'irrite les tétons et les bourses et ne permet pas de masquer ses excès de mitraillette mexicano à l'inverse de ta tenue Kenny EWS approved. Tu vas enfin pouvoir révéler au grand jour que :- oui, tu aimes l'odeur du tarmac qui fond au soleil- oui, tu aimes l'odeur du mâle rasé et suant, sur son vélo brillant et dans sa tenue pleine de sel de sudation.- oui, tu aimes le bruit de la jante carbone qui claque dans les nids de poules- oui, tu aimes te la jouer coursier du dimanche sur les rando parmis les vieux de 70 balais- oui, tu aimes te demander si cette voiture qui approche derrière toi t'a bien vu.- oui, tu aimes déformer tes poches de maillot avec la moitié du contenu de ton frigo et de ton atelier- oui, tu aimes gonfler tes pneus jusqu'à entendre ta jante craquer tellement tu lui as mis de pression dans la tronche et que tant pis pour le confort et les limites de pression constructeur car tu fileras tellement vite sur les 800m de ce segment strava en faux-plat où tu es second au classement que ça en vaut le coup.- oui, tu aimes te faire dessus quand tu passes sur une bande de peinture blanche humide- oui, tu aimes prendre des photos de tes chaussettes #sockdoping, de tes mollets #nopainnotartines, de ta dernière paire de lunettes 100% Sagan factory limited edition platinium aero+ ltd light high-vis #lookprogoslow - oui, tu travail ta position aéro et essaye de réduire ta trainée dans ta cave sur ton ht. Chacun fait ce qu'il veut avec sa trainée dans sa cave. - oui, tu aimes la route !Et oui je te tutoie désormais. Pas pour me la jouer vélovert mais parce qu'on va rouler dans nos belles tenues fit "moule moi tout ce que tu peux me mouler", tellement proche en peloton et tellement proche à te sucer... la roue qu'il vaut mieux laisser tomber quelques barrières directement.Tu pourras enfin discuter sans complexes :- de l'augmentation du prix des lames de rasoirs et des tes irritations intimes au delas de 4h de selle- de tes derniers choix vestimentaires de coordonner ton dernier maillot Rapha avec ces chaussettes pedal ed.- de ton atelier initiation au métier de Barista- de l'intérêt de l'oreillette chez les pro- de la dernière promo nouveaux abonnés Zwift - de ton finacement en 5 ans du dernier groupe Shramagnolo électrique- de tes ordonnaces non datées de Tramadol et Cirrus que tu as dégoté dernièrement Restrictions : - ne pas venir avec un cintre plat, des pédales plates, ni tout système de suspension. Un pneu gonflé sous 4.6 bars ou une selle avec du gel étant considérés comme suspensions. Potence Flexstem tolérée pour la beautée de la démarche.- pas de saccoche de cadre bikepacking, de dynamo, de porte bagage ou tout autre brol non aéro. Saccoche de selle tolérée si elle ne permet pas de mettre tout ton nécessaire dedans et que tu dois encore un peu en mettre dans tes poches de maillot. - ne pas sauter ses relais et ne pas faire baisser la moyenne sous les 25km/h- pas de tenue TLD, Fox ou tout gilet fluo de vélotaf; pas de blocage de rond-point prévu durant la sortie. Gillet Rapha High-Visibility Sky-Wiggins-Starbucks-Supreme ltd edition tolérée vu le prix.- ne pas sauter ses relais et ne pas faire baisser la moyenne sous les 25km/h- avoir un compte Instagram actif et un iPhone chargé à 100%. Android toléré mais vu la couverture téléphonique d'une partie du parcours, il ne sera pas possible de télécharger la dernière mise à jour de résolution de bug en cours de route. Tu n'avais qu'à faire une croix sur la St.Nicolas de tes gosses et t'acheter un iPhone comme tout le monde. - ne pas sauter ses relais et ne pas faire baisser la moyenne sous les 25km/h- ne pas venir avec des pneus adaptés aux routes belges. Donc pas de pneus avec des crampons (même minimes), ni de pneus de taille supérieure à du 30c.- pas de poche à eau camelbak. Bidons de triathlon tolérés.Cette liste de restrictions est évolutive et pourra être adaptée en fonction des personnes que l'on ne souhaite pas voir ce jour là.Quelques mots du parcours quand même car même si ce sera chiant comme 150km de tarmac, il y aura : - des routes (normalement) peu fréquentées hors tracteurs et hollandais (mais ils ont en général l'habitude des cyclistes...sur les pistes cycliables). Sauf si un rallye touristique a décidé de passer par là ou que les Marquez du dimanche sont de sortie.- 2040m de D+- un passage par la tour du Millénaire- une incursion en terre française; Oui, désolé, mais ce sera l'occasion de revoir quelques Xantia, 405, 305 et Safranes.- une descente en lacets que si tu la prends trop à l'intérieur du tournant ça peut finir en scratch.- une spéciale chrono le long de la Meuse entre Givet et Waulsort. Objectif doubler les mobs et scooters.- pas de reco' du parcours autorisée mais si vous cherchez bien vous trouverez quelques photos du parcours sur ce forum. Comme d'habitude les informations utiles de circonstance : - date : 22/06/2019- inscriptions : à partir du 07/05/2019 sur www.jelache50eurospourungpx.be (places limitées)- start : 8h30 (du mat')- p.a.f. : 0€ hors licence d'un jour- nbr. de ravitos : en fonction de la taille de tes poches et des superettes ouvertes sur le parcours - fléchage : pas de gpx ni de flèches au sol mais suce moi la roue et ça devrait aller.- lieu : Place de Dainville - Dinant (Dréhance).N'oublie pas de retenir ton numéro de dossard pour raquer 15€ de plus chez Sportograf.Put*** tous ces tirets, ce texte partitionné et bien organisé ! Ca me fout presque les boules.Je vais finir comptable si ça continue ! J'ai déjà un fichier excel avec des formules en plus. Manquerait plus que je roule en clio, que je mette des chemises blanches courtes manches dans mon pantalon et que je manque d'initiative. (*)(*) Oui, cette dernière phrase est une agression gratuite, inutile, infondée et bourrée de clichés sur les comptables. Ceci est faux en plus; les comptables roulent parfois en Yaris et portent parfois des chemises vert pâle.
    15 points
  28. Votre message va être supprimé, afin d'avoir réponse à ce forum il faut au moins parcourir plus de 200 kms en VTT sur l'année. L'équipe de modération
    15 points
  29. Jvjvd que ma femme prend de la panse et à souvent des nausées. Je la soupçonne de boire en cachette
    15 points
  30. Voilà, suis rentré de Nieuport aujourd'hui. Départ sous la pluie, sec ensuite mais bcp de vent causant une sensation de froid sur la moitié du parcours. Passage par Courtrai, le Vieux Kwaremont, le Paterberg, le Kruisberg, le mur de Grammont, le Bosberg et le BW où j'ai fait une série de côtes sur pavés, une horreur J'avais tracé mon parcours avec plein de passages gravel, notamment sur les 40 derniers kilomètres. Je m'en suis un peu voulu. Les passages au milieu des hautes herbes et des pavés du BW après 200 bornes... heu, bof quoi 😕 Au total, j'ai 240 bornes de Nieuport à Jambes et 1600m de D+. 10h30 de selle. Jambes ok, juste très emmerdé avec mon estomac après 200km. J'ai ça à chaque fois. La langue tte pâteuse et envie de rien boire ni manger. Je dois me forcer pour m'alimenter, même avec des trucs que j'aime bien Si qqun veut la trace, je peux lui filer en MP Et j'ai passé les bergs sur les pavés, hein, pas dans la rigole comme tous ces flamands en jantes ultra hautes et vélo en plastoc Et merci @dj_ pour le prêt de la sacoche
    14 points
  31. perso j'adore le diclofénac ou sinon je voulais vous dire que je viens de passer deux jours à faire le desk actu à la RTBF, c'est gai de refaire un vrai boulot de journaliste, de revenir au local, et de rester un peu derrière un bureau. Prochaine étape : trois jours à Reyers pour recevoir ma certification en montage sur Première, tout ça commence à prendre forme...
    14 points
  32. jvjvd que je ne pourrai bientôt plus faire de blagues salaces sur les enfants..... #autogoal
    14 points
  33. Petit craquage en règle (déso pour ceusses qui l'ont déjà vu sur FB) :
    14 points
  34. Bien le bonsoir, Je voulais juste vous dire d'aimer vos proches, et de leur dire, ou juste de le faire si vous être trop pudiques. Parfois la vie passe trop vite, et on accorde trop d'importance à des choses qui ne le méritent pas. La petite soeur de mon épouse vient de mourir dans un accident de voiture. A 31 ans. C'est un peu jeune, elle avait encore plein d'amour à offrir, et on avait encore des tas de choses à faire. Et plein d'autres qu'on a pas faites, à cause du boulot, des horaires, des contraintes qui ne devraient pas en être. Maintenant c'est trop tard, et on ne peut pas vivre de regrets, mais bon, quand même un peu... Merci à tous pour vos messages et vos pensées. Prenez soin de ceux que vous aimez...
    14 points
  35. hier soir, une cliente découvre le monde du vélo. elle (avec un petit regard dédaigneux): il y a vraiment des gens qui achètent des vélos à 5000€ ? moi: vous savez qu'il y a même des gens qui achètent des montres à 10 000€ ? Et c'est la même heure ! Voilà, j'étais trop fier de ma punchline, fallait que je partage.
    14 points
  36. Bon, me voici de retour de ma première rando organisée en sol britannique. Il faut quand même que je vous explique parce que, bien entendu, les anglais ne font jamais les choses comme tout le monde … sans pour cela sous-entendre qu’ils les font mal, que du contraire. D’abord, cette rando est organisée par le plus grand site internet de vente de matériel de vélo en Europe. Il faut s’inscrire à l’avance et, donc, payer au moment l’inscription. 37 pounds, ce n’est pas donné. Mais quand on aime, on ne compte pas. J’espère quand même qu’à ce prix là, ce sera le grand amour. Trois distances sont proposées : 17, 29 et 39 miles. Oui, ici, c’est en miles. Bien entendu, entre le moment de l’inscription et le D-day, tu reçois plein de mails avec des promotions fantastiques sur le site internet de l’organisateur. Mais cela, c’est de bonne guerre. Quelques semaines avant, tu reçois encore un mail avec une pièce jointe de 8 ( !) pages qui te ré-explique toute la procédure en te fournissant, gracieusement, le tracé de la rando, que tu peux même télécharger dans ton GPS. Ce n’est pas si mal et cela évite d’avoir des messages de ceux qui se sont perdus parce qu’ils ont loupé une flèche. Les horaires sont très stricts. Tu dois arriver à 7h20 mais pas avant et l’enregistrement commence à 7h30, pas une minute avant. A 8h30, les enregistrements doivent être terminés. Tu fais cela chez nous et c’est le boxon assuré. Le D-day, quand tu arrives au départ, tu es accueilli par une cinquantaine de playmobils en chasubles jaunes (des fois que tu ne les verrais pas) qui t’indiquent, au centimètre près, où tu dois parquer ton véhicule. Une fois en place, tu laisses ton vélo accroché à la voiture et tu prends ton casque pour aller à l’enregistrement où tu te places dans la file qui correspond à la lettre de ton nom (ton nom ! Imbécile, pas ton prénom …). Les anglais sont des fanatiques de la file (la queue comme ils disent) et surtout, ne fait pas comme ce français, qui a essayé de resquiller et qui a failli se faire arracher les couilles. Comme tout est organisé, cela va très vite. Sur ton casque, on te colle une puce pour te chronométrer (pas de casque, pas de rando), tu reçois une plaque d’identification à fixer à l’avant du vélo, quelques brols d’un sponsor quelconque et tu repars à ta voiture. Tout cela en 5 minutes, top chrono. Ensuite, tu t’apprêtes, tu flânes, tu te grattes ce qui te démange. Bref, tu fais ce que tu veux en attendant l’heure du départ. Celui-ci se fait dans un box, par paquets de trente. Dans le box, on te rappelle encore une fois les consignes (couleurs des flèches et patati patata …). A l’heure H, le box part tranquillos. Personne ne te pousse en gueulant « chrono » (ben tiens, on en a tous un). Deux minutes plus tard, le box suivant est lancé. Et cela continue jusqu’à épuisement des stocks. 30 minutes après le départ du dernier, les équipes commencent à déflècher (oui, dans le sens de la course … imbécile va). Les flèches sont tellement visibles (noir sur fond rose-violet) qu’un aveugle pourrait ne pas perdre son chemin. Pourquoi donc s’échinons nous à utiliser des couleurs si peu visibles ? Et pour être certain, on les place par trois et en plus, il y a de la rubalise rose bonbon. C’est d’un chic, je ne vous dis pas. Des fois que des demeurés se seraient inscrits, quasiment à chaque croisement de route, on a placé un ou deux playmobils avec des drapeaux (jaunes et roses) pour indiquer le chemin et qu’il faut bien faire attention de ne pas se faire encorner par une Aston Martin en traversant la route. Ici, tu prends du dénivelé sans quasiment t’en rendre compte. Les montées sont généralement très longues sans obstacle du style gros cailloux, tronc d’arbre ou tuyau d’évacuation comme nous nous plaisons à les placer devant les roues des vttistes (cà, c’est notre côté jouette et taquin). Il ne faut pas s’attendre à des descentes hyper-techniques. Par contre, elles sont généralement très amusantes pour peu qu’elles soient en single-track (et il y en a pas mal comme cela). Les paysages sont superbes et les quelques villages que nous traversons sont d’un charme tout britannique qu’on ne trouve qu’ici (forcément, vous me direz). La rando se passe dans une politesse extrême. Personne n’imaginerait pousser quelqu’un ni même le frôler de trop près. Ce serait « shoking ». Quand un vttiste se rend compte qu’un autre, plus rapide, est derrière lui, il propose de le laisser passer. Vous me direz que c’est tellement plus amusant de dégager la chicane mobile d’un coup de pied en l’envoyant dans le fossé (encore notre côté taquin) mais ici, cela ne se fait tout simplement pas. Nous avons eu droit à deux ravitos 5 étoiles. Avec toilettes, distribution de tout ce que tu peux espérer t’enfiler sans devoir regonfler ta suspension, un médecin mobile (avec sa moto), une camionnette de réparation (c’est comme un food-truck sauf que c’est pour réparer les vélos). A l’arrivée, tu passes dans le portique de chronométrage et une charmante jeune fille te passe une médaille autour du cou. Si elle y arrive … parce que dans mon cas, j’ai eu l’impression qu’elle voulait absolument me fourrer le casque et tout ce qu’il contenait dans son opulente poitrine. Heureusement, j’y ai échappé. Tu reçois également un t-shirt de finisher (ce qui est toujours sympa) et une boisson revigorante. C’est surtout ceux pour lesquels la charmante demoiselle est arrivée à ses fins qui en ont besoin. Après, tu peux aller au bike wash qui n’a rien à envier aux nôtres, à l’exception notable de la distribution gratuite de produits de nettoyage (ma foi, assez efficaces) d’une marque bien connue. Ensuite, tu peux, au choix, faire la file aux douches, faire la file au barbecue, faire la file à la camionnette qui vend des expressos, faire la file pour te faire masser (mais pas par la fille des médailles). Rassure-toi, grâce à l’organisation britannique, tout va très vite. Après tout ce tableau idyllique, on arrive au gros point noir des randos britanniques à savoir que tu peux te brosser pour trouver la moindre bière dans un rayon d’un kilomètre. Un concept pareil, chez nous, c’est inexportable. On comprend mieux, maintenant, la vraie raison du brexit. C’est tout simplement parce que nous refusons les randos vtt NA. J’ai terminé la rando avec 63 km et 1500 m de D+ au compteur. Eric
    14 points
  37. et bien vous me croirez si vous voulez , je suis bien deg; je viens de preparer mon velo pour demain et en ouvrant le forum je me rends compte que c'etait aujourd'hui !
    14 points
  38. Le Santa-Cruz Tallboy LTc sur lequel je roule actuellement a bien évolué depuis son acquisition en mai 2015. Après 6 années d’usage intensif, il ne reste plus que les manivelles et la carcasse de la fourche Pike qui soient toujours d’origine. Tout le reste a été « upgradé ». Dès sa réception, les zones sensibles du cadre en carbone ont été protégées par du plastique autocollant (ClearProtect) ce qui a permis d’enchaîner les kilomètres sans trop de griffes. J’adore ce vélo qui correspond parfaitement à ma morphologie et à ce que je veux en faire. Le seul bémol est qu’il ne permet pas l’installation d’un porte bidon dans le cadre. J’ai dû le fixer au-dessus du tube horizontal. Après mure réflexion, j’ai décidé de (faire) repeindre le cadre dans un motif un peu plus moderne et (surtout) personnalisé que celui de l’époque. J’ai fait comme tout le monde et j’ai consulté notre pote Google pendant plusieurs jours afin de trouver une idée de décoration qui me convienne. J’avais déjà fait imprimer des autocollants de fourches dans une inspiration de tigre, à savoir des striures oranges sur un fond noir et je souhaitais conserver l’idée du tigre. Cela fait déjà quelques années que je passe sur le stand de Color Monkey à Velofollies et leurs réalisations m’ont toujours attiré. Aussi, ai-je pris contact avec eux pour expliquer mon souhait et pour demander une idée de prix et de la démarche à suivre. Juste pour vous montrer le cheminement, voici l’idée de départ que j’ai proposé à Color Monkey : J’étais donc parti sur 3 couleurs : noir, orange et blanc. Je suis assez ouvert aux suggestions colorimétriques donc, je n’étais pas vraiment braqué sur ce modèle (heureusement !). Color Monkey m’a conseillé de coucher ma demande sur une silhouette de vélo (disponible sur leur site internet). J’avais déjà reçu une idée du budget à consacrer à ce projet mais je me doutais bien qu’il y aurait probablement des suppléments. J’ai donc pris mon crayon le plus fin et dessiné ce que je souhaitais avec le plus d’explications possibles. Le logo « Santa-Cruz » était de l’ancienne police (évidée) et je trouve la nouvelle bien plus moderne. J’ai également souhaité ajouter des motifs, … Bref, tout cela était expliqué sur mon dessin. Ensuite, j’ai pris rendez-vous directement chez Color Monkey à Geraardsbergen (Grammont) où j’ai été reçu par Sylvie et Maxim. Juste pour vous situer, Color Monkey est installé dans un superbe magasin Specialized (S-Bikes). J’ai rarement vu un magasin aussi bien accueillant que celui-là. A lui seul, il vaut déjà le détour. Le personnel est agréable, sympathique et … bilingue. Le hall of fame. Rien que les signatures sur le mur font rêver. J’ai embarqué mon vélo et tous mes dessins et photos, histoire de montrer que j’avais quand même potassé le sujet. Comme j’ai dû attendre quelques minutes, vous connaissez le truc : j’ai fait le tour du shop et j’ai jeté un regard sur les vélos déjà peints et sur les échantillons de peintures. Là, je suis tombé sur un orange « Candy » qui m’a immédiatement tapé dans l’œil. C’est une espèce d’orange cuivré métallique du plus bel effet. J’ai également repéré un blanc un peu pailleté qui me convenait parfaitement. En matière de peinture, on ne peut pas faire ce que l’on veut (ben non …) et il y a des règles à respecter comme le fait d’étendre d’abord une couleur de base puis de placer des calques avant de peindre une autre teinte et éventuellement de continuer dans le cycle calque-peinture. Et on ne peut pas non plus projeter n’importe quelle couleur au-dessus d’une autre. Il a donc fallu « négocier ». Bref, j’ai demandé à Maxim d’introduire une troisième couleur (un vert Celadon), quelques éléments personnels (ben oui : « personnalisé », on a dit) et de me faire une proposition. Il m’a envoyé trois projets. Il n’a bien entendu pas travaillé gratuitement et j’ai versé un acompte de 250 euros, ce qui correspond à son travail de graphiste. Le prix du projet final dépend principalement du nombre de couches. Voici les trois projets qu’il m’a soumis. J’ai apprécié de les voir sur une silhouette de mon vélo. Le premier projet me plaisait mais je trouvais le logo S-C en vert un peu trop terne dans l’ensemble et l’orange assez flashy. Le troisième faisait appel à deux sortes d’oranges : le Candy et un orange plus classique et j’avoue ne pas trop apprécier le mélange. Vous aurez compris que j’ai retenu le second projet qui me semblait bien équilibré. Restait le problème du délai de livraison. Apparemment, il y a de la demande et c’est seulement 2 mois après ma commande qu’une place a pu être dégagée dans le planning. Color Monkey peut se charger (moyennant un supplément) du démontage-remontage du vélo mais j’ai choisi de ne leur déposer que le cadre nu. Au préalable, tous les plastiques de protection ont été décollés et, croyez-moi, ce n’est pas une mince affaire de les enlever (ainsi que les traces de colle). N’empêche qu’aux endroits protégés, le cadre est comme neuf. Par curiosité, j’en ai profité pour peser le cadre nu : 1.7 Kg, ce qui n’est quand même pas beaucoup quand on se dit qu’il est prévu pour supporter toutes les conneries qu’un gars de 85 Kg (tout équipé !) peut faire dessus. Les manivelles métalliques portent des traces d’usure et la peinture noire a disparu par endroits. Ces manivelles sont anodisées et repeindre bêtement une couche de noir n’aurait pas vraiment de sens car la tenue dans le temps est encore moins bonne qu’avec l’anodisation. Aussi, j’ai simplement passé l’ensemble des pièces à la ponceuse pour retrouver le métal naturel. J’avoue ne pas être mécontent du résultat qui donne un look un peu « vintage » à l’ensemble. J’ai profité du démontage complet du vélo pour déposer la fourche et l’amortisseur pour une grande révision de quelques centaines d’heures. Je réalise les « petits » entretiens moi-même mais je préfère quand même confier les gros travaux à un spécialiste. Entretemps, j’avais déjà commandé un kit de protection chez InvisiFrame. L’avantage de ce kit est qu’il arrive prédécoupé spécifiquement aux dimensions du vélo et qu’il est assez facile à poser, surtout sur un cadre nu. Le cadre a été déposé chez Color Monkey le 27 mai. Après une dernière discussion pour être bien certain que tout était en ordre, je suis rentré chez moi, non sans appréhension. Le 10 juin, j’ai enfin récupéré mon cadre. Bon … on peut disserter des heures sur le goût et les couleurs mais je trouve que le résultat final est bluffant et qu’il correspond exactement à ce que j’avais en tête en confiant mon cadre à Color Monkey. De plus, le travail est extrêmement soigné. Franchement, je n’ai rien à redire. Pour remplacer les protections collées d’origine sur le bas du tube et les haubans, Maxim m’a même prédécoupé les formes identiques dans un plastique transparent un peu plus épais. L’installation des autocollants InvisiFrame m’a pris quatre bonnes heures. La couleur et les protections ont fait prendre une septantaine de grammes au cadre (un peu moins dans la réalité car les coupelles du jeu de direction ont déjà été montées quand j’ai pris cette photo). Reste la question (que l’on m’a déjà posée) qui est celle du coût. Tel quel, le travail de Color Monkey m’a coûté un total de 1.320 euros (6% de tva comprise). En chiffre absolu, ce montant peut paraître élevé mais quand on regarde le travail qui a été effectué, franchement, cela le vaut largement. Il faut également ajouter une centaine d’euros pour l’InvisiFrame. Sur une telle peinture, c’est vraiment nécessaire. Color Monkey a entièrement respecté le calendrier et le prix qui m’avaient été annoncés. Le résultat final. L’orange « Candy » est raccord avec la couleur des moyeux et des pédales. Les manivelles en métal naturel passent très bien. Vous aurez compris que je suis enchanté du résultat final. Si le cœur vous en dit, je vous conseille de surfer sur internet pour y trouver toutes les idées qui peuvent vous intéresser. Elles serviront de base au travail mais laissez donc Color Monkey vous faire des propositions car ils ont des yeux très avisés et ne manquent pas d'imagination. Eric
    13 points
  39. rentrée ! alléluia ! merci pour votre soutiens les copains
    13 points
  40. Nom de l'événement : VTT San Francisco - Santa Cruz Calendrier : VTT : à l'étranger Date de l'événement : 20/02/20 Contenu : Coronavirus, SRAS, H1N1, grippe aviaire, asiatique, africaine, … ras le bol de ces saletés orientales qui en veulent à notre peau. Nous, on a choisi de se mettre à l’abri de tout cela dans un endroit où nous serons certains de ne pas être touchés. Nous avons donc décidé de partir loin, très loin, dans un pays où tout sent le propre et le désinfecté … à savoir : les Etats-Unis, la côte ouest et San Francisco en particulier. Là, pas de cochon ni de chinoiserie ni de pestiféré annoncé. Bon, ok, vous me direz qu’il y en a bien un qui ne semble pas être au mieux de sa forme mais là, c’est probablement dû à son foie, à son coiffeur (qui devrait être pendu), à son maquilleur ou à son peintre qui s’est trumpé de pot. A moins que cela ne soit tout simplement à son habitude de rire jaune. Quoique … pour cette dernière, il faut arriver à comprendre la plaisanterie et dans son cas, ce n’est pas gagné. Bref, après nous avoir demandé cinquante fois à quand remontait notre dernier voyage en Chine (des fois qu’on aurait envie d’y aller), les douaniers nous ont laissés débarquer aux amériques (via Londres). Super hôtel, en plein centre-ville, en bordure du quartier … chinois, que nous avons traversé, en gros une vingtaine de fois, au milieu des légumes bizarres, des poissons vivants ou morts, des accessoires les plus improbables tout en surnageant une mer de nains masqués, tous aussi bridés les uns que les autres (vu qu’on ne voyait que leurs yeux, il faut dire que cela se remarquait). San Francisco est une ville très plate … à condition de se cantonner à la plage. En dehors de cela, c’est plutôt du style « Martine à la montagne ». Ce n’est pas pour rien que les américains ont installé des « cable cars », sortes de remonte-pentes, qui permettent aux touristes de gravir les collines locales. A ce sujet, s’il vous prenait l’envie de visiter cette ville, je vous suggère, avant votre départ, de visionner le film « Bullitt » (avec Steve McQueen) et, en particulier, la scène de course poursuite à travers les rues de San Francisco. Plutôt que de visiter comme d’habituels touristes, nous avons choisi l’option de la location de … VTT (si si, je vous jure) qui nous a permis de nous déplacer facilement. Coup de bol, malgré une température parfois frisquette, la météo était au rendez-vous et c’est sous le soleil que nous avons traversé le Golden Gate ( = le pont qui barre la baie de S-F) et que nous nous sommes perdus à Sausalito et Tiburon où nous avons pu faire du « vrai » Vtt et même pousser une pointe vers le Marin Museum of Bicycling (10 $ d’entrée) où nous avons visité une très intéressante exposition sur l’histoire du Vtt (dont l’origine remonte au 19ème siècle). Nous sommes revenus à bon port en empruntant le ferry. Nous n’étions pas les seuls … Le lendemain, même mode de locomotion mais dans la ville jusqu’aux maisons peintes (painted ladies) en passant par le Golden Gate park et Ocean Beach sur l’océan Pacifique pour terminer à Presidio. Se déplacer à vélo est très sécurisant aux Etats-Unis car la circulation automobile est bien plus cool qu’en Belgique. Les automobilistes font très attention aux cyclistes (qui possèdent leur propre bande de circulation) et aux piétons. Il faut reconnaître que, au contraire de chez nous, ces derniers respectent également la signalisation. J’avais pris la précaution de réserver des restaurants « à l’avance » et bien nous en a pris. Délibérément, nous avions fait le choix d’une cuisine typiquement américaine (c’est-à-dire chinoise et italienne) avec une exception pour les hamburgers qui sont, comme chacun le sait, internationaux. Après six jours de ville, nous descendons vers le sud à bord d’une voiture de location (une Chevrolet Impala) super équipée. A condition de connaître la direction à emprunter, conduire est assez facile aux Etats-Unis. Les américains sont globalement respectueux des limitations de vitesses (qui sont plus basses que chez nous) et du code de la route. Même si les cinq ou six bandes d’autoroutes peuvent impressionner, les trajets sont assez cool. Le sud … c’est vers Santa-Cruz. Ce n’est pas sans une émotion certaine que nous visitons l’usine Santa-Cruz, là où nos vélos sont nés. Bon, ok, nous en avons quand même profité pour emprunter deux VTT neufs tout juste sortis de chaîne (des Santa Cruz Tallboy de plus de 10.000 $ chacun) pour un tour dans le bike park local qui démarre juste en face des bureaux de s-c. Sous un soleil généreux, il n’y avait qu’un seul singletrack d’une bonne trentaine de kilomètres avec 650 m de dénivelé positif. Comme le terrain était bien sec, le grip était très bon alors vous pensez bien que nous en avons profité. C’est avec tristesse (mais avec la banane) que vous avons dû rendre nos vélos à l’usine. Les différentes boucles de ce parc sont bien fléchées mais il est parfois difficile de savoir où nous nous trouvons par rapport à l’entrée. A un moment, nous avons eu l’impression d’être complètement perdus et c’est une ranger du parc (sur son vtt) qui nous a rassurés. Cela dit, tout est répertorié sur TrailForks ou, mieux encore, sur MtbProject. N’oubliez pas que si vous devez utiliser votre gsm pour suivre une trace, votre forfait risque d’en prendre un coup. Une dernière remarque : si les singletracks y sont nombreux, gardez toujours à l’esprit qu’ils ne sont pas à sens unique et que vous risquez de vous retrouver nez à nez avec d’autres cyclistes ou des joggeurs. N’espérez pas avoir la possibilité de tester les Vtt dans la boue. En cas de pluie, l’accès au parce est interdit aux vélos. Cela afin de protéger les pistes. Comme nous avons été très gentils, nous avons eu droit à une visite privée de l’usine. 280 personnes y travaillent et, chaque jour, entre 200 et 300 vélos sortent des chaînes. J’ai été particulièrement impressionné par le rayonnage des roues Reserve. J’ai discuté avec un des monteurs. Il m’a expliqué la méthode de montage qui est semi-manuelle. Il installe les rayons sur le cercle et présente chaque rayon devant une machine qui visse la nipple à un couple de serrage déterminé. Une fois sa roue rayonnée, il la fait glisser vers une machine qui va terminer, toute seule, le travail de précision. C’est vraiment impressionnant à voir. Le soir, c’est encore un restaurant typiquement américain (un thaï) qui nous attendait. Le lendemain, nous avons pris de la hauteur vers le parc national du Yosemite. Habituellement, en cette saison, il est sous la neige ou il pleut (au choix). Cette année, c’est sous le soleil que nous l’avons visité (ben si !). Dans ce parc, qui est gigantesque, il n’y a pas d’autre choix que de se balader en marchant (pff ….). Sur nos trois jours, nous avons dû marcher (et monter et descendre) une bonne soixantaine de kilomètres. Inutile de vous dire que nous étions rétamés en fin de journée. Franchement, les paysages sont époustouflants et ne ressemblent en rien à ce que nous avons déjà vu. Il est possible de louer des vélos mais cela n’en vaut franchement pas la peine car il n’est possible de les utiliser que dans la vallée, à plat, sur un ravel asphalté. L’accès aux Vtt est interdit à l’intérieur des parcs nationaux américains. Sur nos deux semaines, nous avons marché plus de 120 kilomètres. Et même chose pour le(s) vélo(s). Comme prévu, nous n’avons pas vu la trace du moindre virus … ce qui ne m’a pas empêché de ramener en Belgique, une toux monumentale qui m’a fait craindre, un instant à l’aéroport, une déportation vers Guantanamo. Bon, là-dessus, j’ai vraiment envie d’une bière qui ne ressemble pas à de la pisse de cheval. En tous les cas, pas une Corona, hein ! Eric VTT San Francisco - Santa Cruz dans le calendrier
    13 points
  41. Aujourd'hui du côté de Namur , je vois un cyclo arrêté sur le côté le vélo au sol , une chambre à air par terre , le sac à dos ouvert , tout vidé au sol , je capte dans son regard un grand moment de solitude , je roule encore 50 m et puis je me dis bon allez je vais pas le laisser dans la m..e, hopla demi-tour , le gars me raconte sa vie , qu'il a crevé , que lui et son pote ont deux mains gauches , il a les deux mains pleines de graisse de chaîne , ils ont réparé une première fois le vélo , mais la pression ne tient pas , d'autant plus impossible de caler la roue correctement dans l'axe ... bref après 5 minutes de blabla , je lui dis ," bon tu veux que je t'aide " , il me répond "oui" en poussant un soupir 😀 bref s'ils avaient réussi à réparer une première fois , mais ils avaient réussi à remonter la chambre à air qui était crevée , bon allez , je répare son vélo , lui explique au passage comment démonter remonter la roue , comment régler la position de la roue dans l'axe, refermer la machoire de freins, le brave cyclo ne savait pas comment me remercier, allez content d'avoir fait ma BA du jour.
    13 points
  42. Quelques news du participant #160 que j'ai croisé hier soir vers 19h dans le centre d'Arlon : Il remporte sans contestation possible la palme du concurrent le plus malchanceux de la TCR durant ce début de parcours ! Les ennuis commencent à peine 5 km après le départ lorsqu'il arrache son dérailleur arrière qui s'emmêle dans la roue en cassant deux rayons ... Il galère toute la nuit pour essayer de réparer, sans succès, il trouve heureusement un vélociste ouvert le lendemain qui lui répare tout cela rapidement. Il repart mais pas pour longtemps ... sur une route en très mauvais état comme on en trouve à pas mal d'endroits en Belgique, il casse le support de sa lampe avant et arrache dans le même temps son câble de dynamo. Le problème, c'est qu'à partir de ce moment-là, il perd toute possibilité de recharger ses deux GPS ainsi que son téléphone portable qui s'éteignent à cours de batterie, ce qui explique ses nombreuses erreurs de navigation durant la journée de lundi fin de journée et mardi. Pour la traversée de la Belgique, il n'avait pas préparé de feuille de route avant le départ, pensant suivre le peloton pour faciliter sa navigation ou en ne se fiant à ses GPS. Il me rassure en me précisant que ses feuille de route commencent à partir de Luxembourg ville. Sans lampe avant, difficile et dangereux de progresser la nuit, la galère continue dans la nuit de lundi à mardi et le retard s'accumule ... La malchance le poursuit encore lorsque sa roue avant plonge dans un trou de la route (décidément ...) et se retrouve toute voilée, ce qui explique également la lenteur de sa progression durant la journée de mardi. Bref, lorsque je l'emmène dans un magasin de vélo sur le coup de 19h (juste à l'heure de la fermeture ...), il me remercie chaleureusement. Son sourire fait plaisir à voir ! Il semble avoir un super moral et n'a jamais pensé à abandonner malgré tous ses déboires. Le vélociste parviendra à lui redresser la roue avant mais ne pourra l'aider pour l'éclairage et le câble de recharge de ses GPS. Avec ses feuilles de route, la navigation devrait être plus facile, à suivre ... Je le quitte ensuite sur le coup de 20h après l'avoir guidé sur la route qui mène à Luxembourg. Bon vent, Arjan, que les kilomètres qui arrivent te soient plus paisibles ! ;-)
    13 points
  43. JVJVD que je suis un grand fan des photos d'archives de Namur. Du coup, quand je tombe sur une photo du vélodrome de la Citadelle, je la partage tant elle est belle et nous ramène à une belle époque Vélodrome sur l'esplanade de la citadelle de Namur, début du 20e siècle. Il n'est pas resté longtemps et les photos sont rares (je n'avais jamais vu celle-ci). Pour les habitués de la parade barakis, la photo est quasi prise au lieu de notre meeting annuel (le restaurant est dans le dos du photographe). En arrière plan, la construction du grand hôtel qui sera détruit lors de la guerre et laissera place ensuite au château comme nous le connaissons aujourd'hui. Notez bien que les gradins et le théâtre de verdure n'existent pas encore.
    13 points
  44. Alors que les copains terminent le triathlon de Namur, je rentre d'un long week-end à Hamburg où j'ai effectué mon plus gros effort sportif... Voici un long, très (trop) long compte rendu... Participer à ce genre de triathlon, c'est pour moi une façon de me dépasser et de vouloir faire partie d'une sorte de cercle un peu mythique (je parle pour moi et sans aucune prétention, juste l'impression que ça me donnait). Avant l'an dernier, jamais je n'ai imaginé être capable un jour de couvrir une si longue distance... Et ce n'était absolument pas un objectif lorsqu'il y a un peu plus de 3 ans, un ami me propose de m'inscrire au Cross-tri de Wanze... Ayant été un bon nageur (mais quand j'étais gosse) et pratiquant régulièrement le VTT, je me dis pourquoi pas... Puis comme un virus qui se développe mais que l'on doit chercher à faire grandir, la passion a pris! J'ai fait 2 autres Cross tri en 2014 avec pour objectif d'améliorer ma course à pied et pouvoir plus apprécier l'ensemble de mon triathlon. Aujourd'hui, je ne peux pas encore dire que j'aime courir mais en mai, j'ai fait mon premier marathon et je n'ai pas souffert... J'ai même réussi à apprécier le paysage et l'effort. Mais ce marathon, je l'ai fait pour une seule chose: me préparer pour Hamburg! Et donc, vendredi, nous y voilà, on arrive à Hamburg! Avec mon pote, on prend nos dossards sous l'œil attentif de ma copine venue nous supporter. Deux autres amis liegeois nous rejoindront le samedi pour nous soutenir et nous encourager. Avant ma course, un mot sur l'organisation, cette machine commerciale énorme qui organise ces triathlons partout dans le monde et presque chaque semaine. Rien à redire, c'est rodé (pourtant c'était le premier à Hamburg après plusieurs éditions à Frankfurt), un déploiement colossale, des gros moyens, un nombre de participants hallucinant et un public incroyable (vraiment incroyable). Le public, c'est selon moi la différence majeure avec des triathlons très professionnels comme Gerardmer (super orga, rien à envier, super public mais en nombre c'est tout de même pas comparable). Ici, on a l'impression d'être à la flèche Wallonne ou une étape du tour (j'exagère certainement un peu mais c'est vraiment mon ressenti, pour donner une idée à Frankfurt l'an dernier, le public c'était 300.000 personnes... Certainement pas autant à Hamburg mais même pour moi qui travaille dans l'événementiel sportif et pour une autre énorme machine, je trouve ça impressionnant). Le temps passe, le stress monte, on dépose les vélos, on prepare les sacs transition, on calcule notre planning. On est de complets amateurs bien sûr mais ça demande un peu d'organisation quand même. C'est la première fois que ça me stresse comme cela, c'est curieux... En fait, pour la première fois, je me dis: "c'est possible que je ne finisse pas..." Et nous voilà déjà dimanche matin, levés à l'aurore... Les derniers checks et nous voilà dans un box pour le rolling start (par opposition à un mass start). On rentre toutes les 2-3 secondes à 5 dans l'eau. Avec plus de 2500 participants, ça me paraît la seule solution, je ne sais pas comment ils faisaient avant (pourtant j'aime l'eau et jamais je n'ai eu peur des départs en masse). Ici, c'est plus agréable, tu te prépares tranquille et tu avances. Tu passes sur le tapis chrono puis c'est parti pour 3,8 kilomètres de natation! Des nageurs partout, des kayaks, bateaux et bouées partout devant définissent une longue trace qui disparaît au loin derrière un pont... Déjà 700-800 m et malgré le rolling start, ca recommence à se bousculer et à jouer des coudes... On approche de ce pont qui joue le goulot d'étranglement! Ce sera plus large après et le challenge sera plutôt de nager droit.... Aucune encombre jusqu'au 2500 m et la sortie à l'australienne... La musique, le public qui hurle de joie, quelle ambiance, j'en ai des frissons et je trébuche même dans une marche de cette sortie de l'eau plutôt impressionnante... Une grosse douleur à l'orteil mais je replonge au plus vite pour les 1300 m restant! L'eau est assez froide (environ 18degres) mais je suis content, je ne force pas et je me sens avancer! Je sors en 1h17 sous l'arche et les centaines de supporter tous transformés en photographes amateurs! Parmi eux ma copine et après un regard, je me tourne vers l'immense parc velo pour calmement faire ma transition assez longue et partir sur le parcours vélo! La suite, c'est 182 kms de vélos en zone urbaine, extra urbaine et industrielle! Le parcours n'est pas superbe mais j'adore cette ambiance portuaire... les super-tankers et porte-container, les grues, les hangars enfin un grand port et tout ce que ça représente! Mais 180 kms, c'est long, même en voiture je trouve ça long... Au final les 6h09 passeront plutôt bien. Je pousse fort, beaucoup trop fort quand le vent se lève mais je ne parviens pas à me raisonner. La petite voix qui me dit que tout le temps pris est pris, parle plus fort que celle qui me dit d'en garder assez pour le marathon... En fait, pousser sur des pédales, avancer vite, c'est ça que j'aime! Durant le marathon, c'est le public et surtout mes amis qui me donneront l'énergie dont j'ai besoin... Au début, c'est très dur, j'ai mal à l'avant du tibias, ça me brûle... J'ai déjà eu ça mais il y a très longtemps et cela n'empêchait de courir même 5 petits kilomètres. Ici, je suis parti pour de longues heures et 42 kms. Comment ne pas y penser... Puis j'ai de l'énergie mais je sens que mon estomac n'est pas au top. Le premier tour sera un calvaire, avec les douleurs puis les crampes d'estomac! Un long arrêt dans la Cathy Cabine me permettra de remettre tout en place. Plus de 10 minutes de perdues mais je me sens comme neuf! Plus de douleur et le deuxième tour se passera super bien pour arriver à la mi-course. La deuxième moitié est au mental entre bons moments et nouvelles douleurs à l'estomac. Mais tout ce monde, ces sourires, ces encouragements! Ça fait tellement plaisir!! Ma vareuse vintage Lotto a conquis tellement de monde qu'ils me reconnaissent de loin et m'encouragent: Francois-Lotto ou des "schön trico" ou Allez la Belgique! Dingue!! Après 4h42 et 12h29 de course, je termine mon marathon!! Quel BONHEUR, je suis heureux et je n'en reviens pas! Bref, j'ai fini mon IRONMAN! Merci d'avoir lu et désolé pour la longueur mais un ironman, c'est bon mais c'est long ? Qq photos suivront...
    13 points
  45. ahahah ouais on va attendre encore un peu avant de lui expliquer super sympa comme orga, comme d'habitude j'ai envie de dire super circuit, avec un début ultra physique (trop pour moi en ss, soyons clairs), puis toute la partie youpla boum poilante et technique (le bunker et @Rikou qui assure ambiance et ravitorval), longue relance qui permet de souffler et ouvrir la skinsuit pour laisser respirer nos torses puissants), avant la longue descente bien flow et les longs singles de fin, bien fun comme il faut avec le gué, les coups de cul, les racines, génial! Ravito westamalle saucisson fromage, musique de bourrins (malheureusement couverte par les bruit des rouleaux de amis de @Iceman et @feelsciu que je suis toujours content de recroiser, et respect à vous les gars, venir rouler le lendemain du Xterra!) et encouragements, le tout sous le soleil, top! Merci aussi au peï qui a mis son enveloppe gagnée au tirage au sort dans une générale tournée Et puis toujours sympa de voir tous les copains, et impressionnant de voir les machines (Vincent, Julien, et jona sur son cx, bravo mon gars!) Photos soon, et merci à mon binôme @Scarvounet et surtout grand merci à la bande de fous de l'organisation!
    13 points
  46. Parti sur le 65 avec mes camarades de club, je n'ai que des compliments à envoyer aux organisateurs. J'ai trouvé le fléchage d'une efficacité rarement atteinte sur une rando, les ravitos corrects et le parcours, qui pour moi était une totale découverte, très agréable. J'aurais préféré rouler sur du sec mais je ne peux en tenir rigueur à l'organisation. Deux points noir foncé sans aucun rapport avec l'organisation : - Toi, biker en chrono sur le 65, qui sur un single de 30 cm de large bordé d'orties de chaque coté, me presse de serrer ma droite pour te laisser passer. Je te présente mes excuses pour ma vulgarité à ton égard, je te promets que la prochaine fois je garderai mon souffle pour te rattraper et te faire payer ta poussée gratuite et ton comportement. Si tu t'inscris sur un chrono, ton niveau physique et technique doit être supérieur au mien, tu dois donc pouvoir trouver des moyens de me dépasser sans mettre en danger mon intégrité physique. - Toi, être vil, sans âme ni principes moraux qui te sens obligé de compenser ta faiblesse par des gels, barres et autres substituts chimiques et qui considère la nature comme ta poubelle. Sache, qu'aujourd'hui j'ai mis à mal un membre de ton clan. Membre qui sous mon regard interloqué, s'est enfilé son complément avant de négligemment le balancer par terre. Malgré mes faibles ressources, je l'ai rattrapé, foutu au fossé et obligé à ramasser son déchet. Je promets sur mes poules, mes moutons et mes chats que le prochain que je vois faire cela mangera son déchet, quitte à ce que je doive lui casser toutes ses dents. Comme je l'ai déja dit sur ce forum, vous avez des poches, des poubelles sont disponibles tous les 15-20 km, vous n'avez aucune raison d'abandonner vos merdes dans la nature.
    13 points
  47. A mon tour ! Parti vendredi fin de matinée on arrive sur gérardmer vers 15h00. On défait les couchages au gite où l'on dors à 11 (dont 9 participent aux épreuves dont 2 sur le XL) Ces 2 là se dirigent vers les inscriptions et déposent le vélo pour la nuit dans le parc fermé. Avec un pote qui fait également le DO, on se fait un tour de reconnaissance histoire de tâter la fameuse côte du parcours dite La Rayée ....qui commence par des passages à 15 % et nous élève de 200 m en 3,5km dont près d'1 km sous les 4% autant dire ça grimpe. Les jambes sont là ça fait plaisir, un peu plus loin on retrouve un mur au milieu des bois qui sera le passage le plus dur à négocier pour moi sur la partie vélo. Le reste du parcours est très roulant et la dernière côte se passe grand plateau en relançant avant de fondre sur la ville via la départementale. boum le tour est fait, reste à le faire 3 fois dimanche ! Vendredi soir calmos au gite, la dernière voiture arrive avec les derniers partis après le boulot, Koh lantha et zou au lit ! Samedi matin, je conduis mes 2 potes vers le départ et remonte au gîte pour retrouver le reste de la bande et se positionner dans la côte du XL dites du Poli. où ils passent 3X. Là une bande de namurois, principalement des TRI4us (famille et amis) sont positionnés au début de la côte avec sono, sirène drapeau et tout le toutim ! une ambiance de feu que les compétiteurs ont du apprécier Voir les pro, Van lierde et co passer reste assez impressionnant vu les développements employés ! On restera 3 grosses heures à encourager les participants, par moment ils avaient même du mal à se faufiler nos 2 potes passent sans encombre si ce n'est pour mon ami Louis une perte de 4 de ses 5 vis cheminée de son petit plateau.... obligé de faire 2 tours entiers sur le 52 ! respect Grosse ambiance aussi sur la zone d'arrivée, on attend les copains dans les hourras et les bravos, bref il donne envie cet XL ! Retour au gîte et petit tour sur le parcours du découvertes avec ceux qui y rouleront le dimanche matin, histoire pour moi de tourner gentiment les jambes Le soir on ne fait pas long feu, rester debout toute la journée n'était pas la meilleur des idées ! Dimanche matin, levé 7h00 pour aller voir la mise à l'eau des copains sur le découverte avant de filer dans la côte du poli, encore une fois très impressionnant de voir les premiers passer, la plupart des cadets, avec une aisance sur le vélo incroyable Pareil, une fois les amis passés on file vers l'arrivée pour les voir courir et franchir la ligne d'arrivée 11h30, 2 h avant le départ, on repasse au gîte où un bon gros gatosport nous attend. Nous sommes 3 à nous élancer sur le DO, xavier, bon coureur à pied, moins à l'aise sur le vélo, Max, râleur invétéré qui jusqu'à la mise à l'eau essayait de nous persuader qu'il allait finir dernier et moi. 12h15, la pression monte, on dépose les vélos dans le parc, on prépare nos petites affaires avant de rejoindre le départ de l'eau prévu à 13h30 tapante Grosse ambiance avant les 1500 m avec de la grosse musique pour se chauffer, les fauves sont lâchés ça joue des coudes pas pour rire. La nage je n'aime pas mais je ne déteste pas, juste une forte tendance à dévier à cause de mon crowl en 2 mouvements. Sortie de l'eau après 30.12, je suis plutôt satisfait surtout que je sors premier des 3 (pour une poignée de secondes) Transition un peu longue, mon pote max me dépasse sans que je le vois (J'enfilais ma vareuse SOB) On démarre directement après 1km dans les rues de Gérardmer par la montée de La Rayée où un public monstre est massé, L'ambiance est juste incroyable, je me mets sans le vouloir un peu en surrégime d'ailleurs. Après 1 km de montée je retrouve mes amis et le groupe de namurois, là l'ambiance est à son paroxysme et la route s'ouvre devant moi comme dans le TDF, j'en profite pour faire des petits gestes pour haranguer la foule et les copains ! Je remonte pas mal de gens dans cette première côte et par la suite tout au long du circuit (plus de 200). Premier tour bouclé en 31.14, je suis dans mes objectif sub 1h40 pour le vélo. Second tour pareil, toujours une ambiance incroyable, les jambes tournent bien mais j'en laisse sous la pédale histoire d'assurer dans la partie à pied. Début du 3ème tour et je me rend compte que mon pote max est devant, à environ 1 minute, je pousse un peu pour essayer de le reprendre mais la drache vient un peu calmer mes esprits et dans la dernière descente, je ne prends pas de risque, même si je dépasse énormément de gens (des attardés sur leur 2ème tour). 1h35 pour la partie vélo. les 3h-3h10 de course sont à ma portée Transition rapide et j'entame mon parcours de CAP, ma bête noir. Mon pote max serait à 30 sec devant moi, je force un peu mais rapidement j'arrive à ma vitesse limite de 4.50/km. La pluie continue de tomber et c'est pas plus mal comme cela car ça me refroidit, vu que j'ai tendance à surchauffer. Me sentant revenir (le parcours se croise par endroit) il se fait vraiment mal pour me repousser à 3.30 min de lui. Quel plaisir de franchir la ligne d'arrivée après 3:04:21 225 ème Je retrouve mon pote Max dans un sale état mais il a réussi à me distancer le salaud ! Mon pote xavier arrive un peu plus tard mais comme moi, moins entamé que max. Passage par le massage, douche bien chaude et retour sur la Belgique non sans un arrêt gras au Macdo Bref j'ai adoré, moi qui me voyais pas courir 10 km y'a 1 an... XL l'an prochain ?
    13 points
  48. Grand Raid Godefroy 12-09-2016 – 130km Aujourd’hui je me lance sur un nouveau défi : faire 130km en VTT. Jusque maintenant la plus longue distance que j’ai fait c’est 105km. Je veux tester jusqu’où je peux aller physiquement et mentalement. Alors c’est samedi après-midi que je m’inscris sur le 130km de Bouillon. Dimanche matin 7h20 le départ est donné, mais où est mon ami de route ??? Bah il est en train de faire des photos et dois courir pour retrouver son VTT et démarrer… Il me fait trop rire, Alain ! Alain nous rejoigne et François annonce qu’il va avancer à son rythme. Bonne amusement mon ami ! La boucle de 90km est costaud mais j’adore. C’est comme il est ‘écrit’ pour moi, longues côtes que j’arrive à monter sur mon vélo (seulement 2 j’ai dû terminer à pied ), des descentes qui donnent d’adrénaline à volonté, des morceaux où c’est (pour moi) impossible de passer sur le vélo donc on pousse le vélo à la main et pas à oublier un environnement splendide ! À cause d’un problème technique avec la chaine/cassette/dérailleur on perd pas mal de temps mais ça aussi fait partie du jeu. On remonte sur le vélo et continue. Au ravito 3 il n’y avait plus d’eau et ils disaient que l’eau allait arriver 10 à 15 minutes plus tard. Pour nous (les bikers lents) c’est trop de temps à perdre et donc on continue. Pas beaucoup plus loin on rencontre mon qui a de l’eau pour nous. Merci mon soleil !!! Vers 16h24 on passe à Bouillon pour commencer notre boucle de 40km et qui voilà, François. Il nous dit qu’il a arrêté ici … Vraiment dommage qu’il ne veut pas continuer avec nous car la boucle qui suis et beaucoup plus facile que la boucle de 90km. Au ravito 6 on mange un bout et on continue dans un nature splendide. Les côtes pas trop dures et les descentes pas trop cassants. Ça fait du bien au bras . On passe ravito 7 où nous sommes attendu. Mille mercis d’avoir attendu si longtemps ! Il reste environ 10km. On croise encore une fois mon qui nous annonce la ‘dernière’ côte. Après un bisou vite fait on entame les derniers kilomètres. Dans le bois il commence déjà à faire sombre et ça n’aide pas. Quand on arrive à la dernière grande descente il fait tout noir et on ne prend pas de risque. C’est à 20h35, après 131,7km, 3385mD+ et 13h15 sur la selle qu’on passe la ligne d’arrivée. On est très content d’avoir fini cette épreuve. Comme cerise sur le gâteau… je suis première dame sur le 130km !!! Alain merci pour la compagnie en route. Mon merci pour tes encouragements et les photos. Grand Raid Godefroy merci pour cette splendide aventure, pour un parcours génial, merci pour avoir attendu au ravito ET au finish (ChronoRace était comme d’habitude déjà parti), merci pour le cérémonie podium à 20h40 ! Merci, Merci, Merci Bieke
    12 points
This leaderboard is set to Brussels/GMT+02:00
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.