Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 21/01/18 dans toutes les zones

  1. 13 points
    JVJVD que je suis un grand fan des photos d'archives de Namur. Du coup, quand je tombe sur une photo du vélodrome de la Citadelle, je la partage tant elle est belle et nous ramène à une belle époque Vélodrome sur l'esplanade de la citadelle de Namur, début du 20e siècle. Il n'est pas resté longtemps et les photos sont rares (je n'avais jamais vu celle-ci). Pour les habitués de la parade barakis, la photo est quasi prise au lieu de notre meeting annuel (le restaurant est dans le dos du photographe). En arrière plan, la construction du grand hôtel qui sera détruit lors de la guerre et laissera place ensuite au château comme nous le connaissons aujourd'hui. Notez bien que les gradins et le théâtre de verdure n'existent pas encore.
  2. 12 points
    JVJVD que 3 mois et demi après la greffe je suis remonté sur Samantha Fox et qu'est ce que c'est bien d'avoir un bon coup de rein, même si j'ai pas de physique c'était plus facile qu'avant ! Sauf que: me suis paumé, ai oublié de charger mon gps et j'ai cassé un rayon à la roue arrière, heureusement pas d'autres dégâts !
  3. 11 points
    Première manche de la BSGRPL (Barakis' syndicate Gravel Ride and Poseurs League) ou "Bawakysss Cindy-kate Gwavel Waïde en Pozers Ligue" en Californien. Ou encore LBSRGPDTC pour "Ligue Barakis' Syndicate Route Gravier et Poseurs dans ton c**" en Walifornien.Quand : 25/08/2018 Quoi : Sortie graveleuse. Si tu te demandes ce que c'est, ça part mal et tu risque probablement d'être déçu(e). ~75 km, ~1200m de D+. Peu de segments Strava mais plusieurs occasions d'aller chercher des KOM ou QOM. Parfait pour frimer dans les soirées de l'ambassadeur entre deux Ferrero Rocher. Vu le peu de passages dans cette région, le fait que @Iceman n'y soit jamais allé ou le peu de cyclistes locaux qui ont un GPS ou téléphone intélligent; l'électricité et l'eau courante c'est déjà limite donc internet. Je peux balancer, j'y ai vécu presque 10 ans.32,56% de gravel de californiens, 9,25% de gravel de bucheron, 5,77% de gravel de carriériste, 10,3% de routes belges, 6,75% de monotraces, 3,5% de passages typés VTT-allmountain-duro-freeridelight-XChard-roadurancetrash et ... voilà.Oui, ça passe en CX ou Gravel. Oui, ça passe en VTT musculaire mais si tu as (biffler la mention inutile) des pneus trop gros, as une fourche avant trop grosse, as une fourche arrière, es trop gros, as un ego trop gros, n'as pas de compte instagram où poster tes photos #instacycling #gedinne #nopainnogain #nofarinenopain #nowomannocry, tu risques de te faire chi**Oui, ça passe en VTTAE mais ... voilà.Oui, ça passe en moto d'enduro ou trial.Oui, ça passe à piedsNon, ça ne passe pas en overboard. Où : Centre sportif de Gedinne. Rue de la Morie. 5575 Gedinne. Rdv sur le parking. Pas besoin d'essayer de rentrer dans le hall pour remplir son bulletin d'inscription et signer la décharge, ce sera fermé.Départ : à 9h00 (du mat'). A chacun de s'arranger pour avoir fait caca, contrôlé ses pressions, choisi son profil de pneus en fonction des prévisions IRM, accordé ses chaussettes avec ses gants et ses stickers de fourche perso, pour cette heure.L'idée étant d'être de retour début d'après-midi plutôt que début de soirée. Pour ceux qui auraient des ennuis, ne supportent pas de rouler avec les autres, ont envie de la faire plus courte, ont oublié de charger la batterie de leur GravelAE, ont oublié de faire caca avant, la boucle passera tout près du point de départ aux km 27 et 56. Règlement : . Inscription : Inscription licenciés : 0€Inscription syndiqués : 0€Inscription athés : 0€ Licence d'un jour : 0€Caution pour la cellule et la plaque : 0€ Dress code : Habillé. Manches courtes autorisées. Dorsale, genouillères et coudières déconseillées. Renseignements : délégués de la ligue @n-d-d et @born_to_ride graveleux69.skyblog.com
  4. 11 points
    Moi, javais mis la TV en sourdine pendant qu'on prenait l'apéro dehors sur la terrasse.... A chaque passage dans la cuisine, je jetais un pt coup d’œil discret.....toujours 0/0.....ça semblait pas jouer jouer.... Jusqu'au moment ou j'entends "Ben Youssef"..."Youssef ...."....."Benalouane".... bizarre pour des Anglais, me dis je Je regardais Panama - Tunisie
  5. 10 points
    Bon allei , j'y vais Un baptême pour moi avec cette première participation à ces chemins du soleil dont j'avais lu/entendu le plus grand bien Ayant le sommeil compliqué ,j'opte avec Luke , la version grand luxe kéké des plages en Camping Car full confort avec Cri comme "chauffeuse" , cuisinière hors paires et qui fera l'intendance Bah vi , le sommeil est réparateur et si on peut mettre quelques atouts de son côté pourquoi s'en privé ( j'y reviendrais plus bas ) J'avais pensé faire une petite préparation physique afin de ne pas trop souffrir comme pauvre randonneur du dimanche , malheureusement , mon emploi ne m'a pas permis justement de faire plus que mes petites randonnées dominicales mais tout compte fait, au fait , je n'ai pris que ce bête bracelet orange ,çà va daller tsé Je prends un peu des infos à gauche à droite , on me dit , c'est physique et technique , limite on me fait peur , mets une tige téléscopique fieu et tout tout Ni une ni deux ,je m'exécute , télescopique installée et je cours chez Van Eyck acheter un trio de cuissard avec pampers intégrés Bon , on prends la route le mercredi afin d'y aller à notre aise et prendre nos marques sur le premier bivouac L'ambiance est sympa et la météo est plus clémente que prévu , tof çà dit 👍🏻 On prends place sur le parking , et qui s'installe à côté de nous , le duo gagnant des 2 dernières éditions ( et encore cette édition ), merde quoi , eux aussi en Camping car full luxe confort , ké bande de sacoches dit , même pas de vrais Warriors , pfiou et dire qu'ils vont nous réveiller avec ce départ matinal Bon ,sinon , sympa quand même Vendredi , première étape , je sais que la montagne peut vous faire mal et donc on décide de partir gentiment , en principe , même en roulant sur un petit rythme , la porte horaire est à la portée ( en principe ) On rejoint le départ comme déja dit par une liaison bitume , pas ma tasse de thé mais bon , question logistique donc on s'exécute Je trouve que les côtes sont pas trop casse pattes , on aura bien droit à quelques murs à faire du "pouspous" mais jamais des longues sections Chouette single pour arriver au premier bouchon , un super single en bord de crète , je surlike ce genre de single mais sur le vélo et pas à côté , je peste un peu mais bon à nouveau , j'ai pas le bracelet jaune et çà fait partie du jeu ( on perdra je pense un bon 45 min dans l'histoire ) On continue encore quelques belles ascensions , en grande majorité faisable sur le bike pour le petit randonneur du dimanche que je suis et çà c'est chouette aussi Mes petites jambes sont pas trop mal malgré le D+ engendré , wouaw fieu , deviendrais je une machine ( arrête de t'emballer , c'est pas fini ) Allei , je continue à faire le yoyo avec certains bikers qui me reprennent quand je prends des tofs ou que j'attends mon binôme , bah oui on doit rentrer ensemble aussi non on est dsq , ah mais nooooonnn c'est les bracelets jaunes çà dikke zot et nous c'est les oranges Allei , on continue notre dur périple pour atteindre la porte horaire , les paysages sont superbes et on a droit à quelques chouettes singles , tantôt caillasse , tantôt racines , terres , un terrain bien varié Le temps passe et les km ne défilent pas aussi vite , je me fais une raison sur la porte horaire ( même si j'espère une clémence du au bouchon ) , on y arrive 25 trop tard , retour par la route ( tout ce que j'aime ) avec une grosse frustration surtout que je n'étais pas trop mal physiquement Samedi , 2ième étape qui sur "papier " a l'air la plus physique météo top et start de Mens J'ai trouvé cette étape plus chouette que celle de vendredi , le départ sur route /chemins larges / boues a bien étiré le paquet de bikers , et en général , ce sera plus fluide que le vendredi De supers single , encore des paysages superbes et un beau soleil , les km s'enchaînent et les jambes tournent bien ( machine fieu ) J'ai à nouveau trouvé les côtes progressives et pas trop casses pattes ( merci à l'orga pour mes petites jambes ) , mais quand même quelques beaux murs à faire un peu de poussettes . Je dois dire que les séances de poussettes/ portages n'étaient pas trop longues , merci aussi à l'orga pour çà Au final , comme je l'avais pensé (beaucoup ) moins de D+ qu'annoncé sur cette étape du samedi et on va pas s'en plaindre Dimanche , autre histoire , météo annoncée bien merdique , sur toutes les apps et tout et tout , et merde fieu , sms et notif de l'orga pour un départ de Die possible , çà puire djeuu , on se dit Luke et moi qu'on verra le matin 6h10 , réveil , pas de pluie hmmmm, kesqu'on fé , le temps de réfléchir et çà tombe, bah zut alors ,je demande à mon bike , il n'est pas chaud , un boitier pF30 tout neuf fieu , t'es pas bien tsé Je lui dit alors , bon ok , la dedans je vais pas (et luke encore moins ), car je sais que je n'y prendrais aucun plaisir , je peste car physiquement j'étais pas trop mal malgré mon entraînement de moules parqués minimalistes , mais me taper 1000 km pour rouler dans la drache juste pour avoir une étiquette de Warriors , mouarf , à chacun son trip mais c'est pas le mien Au final , on est rentré cool avec notre maison roulante 5 étoiles ,certes avec un gout de trop peu car perso, je reste sur un sentiment mitigé Peut être que j'y retournerai , peut être pas , ou peut être hors raid ( qui me convient mieux je dois dire ), je n'en sais rien , çà dépendra de ma Mastercard Gold Titanium Edition Allei , sur ce , bonne nuit
  6. 10 points
    Très cher Mathieu, Cela m'a fait grand plaisir de t'avoir su parmi nous ce lundi de Pâques à Grand-Halleux ! J'avais bien compris ta déconvenue de l'an dernier, puisque tu avais dû, de guerre lasse, abandonner avant moi.Je te devais bien cette revanche ! Mais cette année, vois-tu, les dés étaient pipés dès le début... En cause, le fait que tu démarrais en première ligne, de la première vague ! Moi, comme d'hab, j'attends...pour ne pas déranger, et quand le processus d'aspiration du peloton est suffisant, je me laisse entraîner par les vents favorables, et donc, bien rapidement, l'ivresse des courants me gagnant, je me retrouve au fond du panier... Mais qu'importe, il est plus facile de remonter la pente que de s'accrocher pour ne pas en tomber ! Seulement, ce lundi, elle était particulièrement savonneuse, l'as-tu remarqué ? J'en doute, comme je l'espère... Déjà que mon programme m'avait, avec plaisir, emmené gadouer au joli Marathon de Thuin ce dimanche... Toi, coaché comme il se doit, tu sacrifiais ce jour saint à la course aux oeufs dans quelque parc arboré et aménagé pour t'éviter le moindre tracas physique... Je le comprends fort bien, nous n'avons pas les mêmes objectifs, et c'est tout à ton honneur, l'ami ! Faire des réserves et t'économiser, c'est de ton âge l'apanage ! Il me semblait m'être, moi aussi, dominicalement économisé, mais le terrain et les conditions climatiques hennuyères m'avaient littéralement « cassé »... François, mon jeune et adorable coupe-vent avait justement trouvé qu'il y en avait trop pour hisser la grand voile de ses draps et avait préféré faire l'impasse et déguster de subtils mets chez s'parrain de s'belle fille à Nameur, enfin, chez sa soeur ! Même une bonne bière couleur de ciel dégagé n'avait pas remis d'aplomb mes frêles et pauvres guibolles pour cette épreuve mythique, et tac, on va squetter s'baraque... Sans oublier de te dire qu'on n'a pas le même moteur, non plus (...) Susske, l'ami François, ce jour, est présent ! Le malheureux a dormi dans l'auto, à Stavelot... Alors qu'il suffit de demander refuge en l'abbaye du lieu ! Quoi, non ? On ne le fait plus ? Time are changing, Mr l'Evêque... Enfin, quand même bien repus, tous les deux, nous startons, entourés de gentils compagnons...qui bientôt n'ont d'autre recours que de garder leur rythme...mais qui n'est pas le mien, aujourd'hui... Mon camarade de souffrances s'entiche dès le début à grimper calmement toutes ces « p » de côtes offertes à nos guibolles froides et endolories, et il y parvient, le bougre ! Un vrai talent de trialiste à l'ancienne, impressionnant ! Les mecs qui nous survolaient avec aisance précédemment, rendus à pied, devaient être ébahis de se voir dépasser ainsi par un talentueux ramasseur de bennes à poubelles ! Car c'est ainsi qu'il s'habille, le Freshky, tout en vêtements de récup ! 4 couches style Kway, mélangez les couleurs, il est nickel ! Cochonné, il enlève une épaisseur, et depuis le début, il parait mince ! Comprenez qu'on ne s'ennuie jamais ! Au bout de 10 kms, je pensais rendre l'âme...même avant... Cette nouvelle descente argileuse, juste avant la fameuse dégringolade casse-bras et mouille-popotin...quelle monstruosité ! Un bazar de 10 m de large, en glaise à vagues, à 30° de déclivité au moins, avec 30 traces différentes, qui vous suce comme ...on m'a dit...enfin, avec des mecs plantés partout, c'était à mourir de rire ! J'ai peu ri, mais beaucoup mouru... Km 10, on est en bas, enfin... Mais, comme d'hab, on remonte, à gauche, pour cette fichue côte, je la connais, cette s..., je la prends tous les ans, calmement...et je mords sur ma chique, car, chaque année, là, je ne suis pas encore »chaud »... Cette année, avec le périple d 'hier, à Thuin, je suis déjà out ... Tenir, tenir, au moins jusqu'au tournant à droite...yes ! On s'encourage de poeuf...de Pâques...je sais, c'est con, mais çà fait tenir... François, imperturbable, grimpe, tel un métronome, sans le moindre pied à terre ! Moi, en tous les cas, je ne logerais pas là ! T'as fait la montée, à pied, vieux couillon, le plus dur est fait ! Le reste, faut dire, je ne m'en souvenais plus ! Km 17, juste avant le 1er ravito, Christine, notre Marraine, nous prend en photo, purée, ne pas lâcher... Ravito 1, ils remballent ...çà sent mauvais... Nous attendrons-ils ? On file, on file, un mauvais coton, mon couillon... Tour à tour, on craque, on pense, on chie... C'est pas possible !!! Mais c'est la vie...notre choix...putain de cons d'imbéciles de nom de dom ! Mathieu, si tu m'entends encore, qu'as-tu fait ? Ce terrain, t'as tout foutu en l'air ou quoi ? Si c'est pas toi, c'est tes 400 sbires derrière ? Y a plus d'respect pour les pauv' couillons que nous sommes ? On a eu l'impression que l'armée de Napoléon était passée par là, les canons, les militaires, les charrues et même les boeufs ! Même à pied, sur le plat, on brise ses oeufs, dans des cloaques innommables, à pied...c'est à pleurer ! C'est comme si notre cadeau de Pâques de gamins avait été disloqué dans les Fagnes... Combien de fois n'avons-nous pas quitté les insondables bourbiers pour chercher la trace salvatrice en sous-bois ? Je ne sais plus, mais le nombre de troncs chevauchés, je m'en souviens ! M...je l'avais sur le bout de la langue... Heureusement, les trop gentils bénévoles des ravitos sont là pour nous encourager ! On sera là, rassurez-vous ! Ils le disaient, on le disait, on s'le disait ! Cela nous fait chaud au coeur et nous requinque ! J'en ai fait des marathons, je vous l'assure, mais celui-ci, question duretés physique et morale, après Thuin hier, c'est pas loin du podium... Le vieux con n'est pas prêt, aujourd'hui de cracher sa valda, je vous le dis, et François le pense aussi ! De concert commun, on ne dit plus rien... Susske a, depuis longtemps, cessé de faire le joli mariolle en côtelettes... On accuse tous les coups, cela ne sert à rien, mais nous sommes toujours vivants... Eu égard à tous ces organisateurs accrochés à une cause humanitaire, nous nous devions de terminer cette épreuve, aussi futile et inutile qu'elle soit, c'est un devoir de respect ! Ls 5 derniers kms furent un adorable moment, tout en délicieuse descente... Me vint, en ce moment de léger repos, un air de l'ami Georges...un peu modifié, je vous l'accorde... Mourir sur un sentier, d'accord, mais de mort len-en-en-ente... Mince, Mathieu, j'avais failli t'oublier ! T'as mis 3h, chapeau, chef ! Moi, avec mon pote, on en a mis 9, de Pâques, et de Van der Poule ! T'as pas eu l'occasion de nous attendre, je le comprends bien, mais as-tu goûté leur délicieuse assiette saucisse ? T'as pris la sauce ketchup ? Grossière erreur ! Si tu veux t'améliorer, prends la moutarde, comme moi ! Allez, la prochaine fois, j'espère que tu m'attendras quelques heures pour qu'on prenne un pot ensemble...car on les a quand même bien tenaillés, tous ces courageux participants, toi par dessus, moi par dessous ! Succès pour ta saison, et bien l'bonjour à Raymond ! Les photos plus tard, Gogole est dans la gadoue, lui aussi !
  7. 10 points
    JVJVD dans la rubrique ' je suis un vieux con et je ne m'intègre pas au comportement en société des jeunes d'aujourd'hui" je rentre à la maison , en face de chez moi , je remarque une petite bagnole portant un L à l'arrière , impossible de mieux se garer , 50m de part et d'autres sans voitures, et pile poil ,mais au millimètre, garé devant le garage du voisin d'en face. Je rentre chez moi , ma fille m'annonce que sa copine est venue toute seule en voiture avec son L , la copine toute fière avec un grand sourire, euh je réponds " super mais tu sais que tu t'es garée juste devant le garage du voisin en face et qu'il y a plein de place de part et d'autres sans garage ou tu n'ennuieras personne ?" elle me répond " oui je sais, mais c'est juste pour quelques minutes " , un silence, euh que répondre face à des arguments aussi convaincants ? juste se retenir et penser à Batman bon allez "mode vieux con off"
  8. 9 points
    Le mien est arrivé cette semaine aussi
  9. 9 points
    Attention les amis si vous reçevez un message PORNO GRATUIT ne l'ouvrez surtout pas , c'est un virus qui désactive le correcteur d'ortograf et ki va kréer des fotes de sintax, jen ai ressu un et heureuseman ke je laie pas ouvère car ces cochonstés et ses chauses vulguère ne mintérraissent pas, prévené vos zamis et partagais l'informazion
  10. 9 points
  11. 9 points
    Petit retour sur mes Chemins Du Soleil 2018… Jeudi : Départ en camionnette à 3, JF, Jérôme et moi-même. Après un trajet sans encombre et de multiples poses pour récupérer (JF a assuré tout le trajet), nous nous approchons de Gap sous des trombes d’eau… Là on craint le pire mais heureusement une fois sur place nous constatons qu’il ne pleut pas et que le soleil est même en train de faire une percée. Petit diner dans le centre de Gap suivi de l’installation de nos tentes et du briefing sous le soleil ! Après le premier repas servi par l’organisation (toujours franchement correct) et quelques verres de vins nous regagnerons nos tentes pour la première nuit. Vendredi (Etape 1, Gap – Mens) : Réveil à 5h, la nuit fut fraiche et humide mais heureusement mon sac de couchage est bien chaud. Après le p’tit dej’ on se prépare et on démarre de Gap aux alentours de 7h pour rejoindre le départ réel qui se trouve au Domaine de Charance (jonction de 6km par la route avec 300m de D+). Une fois sur place on est directement lancé sur le parcours et les choses sérieuses peuvent commencer ! Là ça y est, ça grimpe mais on est sur les sentiers et au bout d’un temps les premiers bouchons apparaissent. Là il va falloir se résoudre à pousser le vélo dans certaines côtes mais également traverser les nombreux torrents. Le parcours est très physique et à mon gout peu ludique mais les paysages sont magnifiques. Les kilomètres s’enchainent, ça monte, ça descende, ça pique aux jambes, je me fais plaisir aux ravitaillements et je suis à chaque fois ravi de croiser JF sur le parcours (notre assistant 5 étoiles) qui est toujours là pour nous booster. A mi-parcours je commence à douter et me dis que c’est mort pour la porte horaire de 15h30 au kilomètre 72 mais une fois arrivé au dernier ravitaillement je constate qu’il est 15h05 et que la porte n’est qu’à 6km et que c’est roulant. Je prends donc une bonne dose de salé et me dirige vers la porte que je passerai à 15h20, grande joie pour moi, ça peut continuer ! Là je revois JF et des personnes de l’organisation qui annoncent qu’il reste 27km et 700m de D+. Au fond de moi je me dis que ça va être peanuts et que je vais faire finir pépère… La première des deux ascensions restantes se passe sans encombre, la météo fraichit mais ça ne fait trop de mal quand ça grimpe… Une fois arrivé au pied de la dernière ascensions les choses se gâtent… Le début de la monté n’est qu’un énorme bourbier où je suis obligé de pousser mon vélo sur plusieurs dizaines de mètres. A ce moment là ma motivation prend déjà un sacré coup mais pour couronner le tout, il commence à pleuvoir et pas qu’un peu… Au fond je me dis « ce n’est pas possible, je vais redescendre et rentrer par la route, Mens est juste à côté » puis finalement je me suis souvenu que je ne suis pas venu là uniquement pour voir de beaux paysages mais aussi pour me dépasser physiquement et mentalement. Je suis vraiment passé par tous les états émotionnels pendant cette assenions… Il n’y avait plus de jus dans les jambes, je n’ai pas su tout monter sur le vélo mais je n’étais pas le seul dans cette galère ! Entre inconnus nous nous sommes encouragés mutuellement et le sommet a fini par montrer le bout de son nez. Après cette lutte avec moi-même, il ne restait plus qu’à descendre et rejoindre l’arrivée ou mes camardes m’attendaient gentiment à pratiquement 19h ! Entre le start et le stop de mon chrono 11h50 se sont écoulées. Mon GPS était mal réglé du coup sur Strava on ne le voit pas mais il y avait pratiquement 3500m de D+ au total. Samedi (Etape 2, Mens – Châtillon en Diois) : Comme la veille, réveil à 5h, nuit toujours aussi fraiche et humide, petit dej’ et départ. Début de parcours dans L’Isère, avec un sol relativement gras mais globalement assez roulant, les jambes sont revenues, je reprends du plaisir à rouler, le soleil est de la partie et les paysages sont magnifiques ! Une fois arrivé dans la Drôme on retrouve des chemins plus secs et des descentes ludiques (dont une qui m’en aura fait baver avec toutes ses épingles...). L’étape est finalement moins dur qu’annoncée, je m’attendais à 2700 de D+ mais finalement elle n’en faisait que 2000. J’ai également été content de pouvoir rouler un peu en compagnie de David Ibxl et Luke sur cette étape. Après une arrivée cool on s’est fait plaisir avec des chips des bières au soleil en compagnie de Dichon, Carlito, Lala, Walker, Xavier, Majid, Jérôme, JF,… Le soir venu, direction le souper et le briefing et là on annonce la bonne nouvelle du jour : risque de pluie pendant la nuit et intempérie probable pour dimanche ! A partir de là, l’organisation propose un départ alternatif à partir de Die pour ceux qui ne voudraient pas faire la première partie qui comporte un long passage à flanc de falaise. Dimanche (Etape 3, Châtillon en Diois – Aouste sur Sye) : Nuit moins agréable, il a effectivement plu… Heureusement la tente n’a pas percé mais la pluie m’a quand-même réveillé... Le matin ce fut dur de trouver la force mais bon, c’est le dernier jour et je suis là pour tout donner. Petit déj’ puis court instant de réflexion et la décision est qu’il est hors de question d’opter pour le plan B, je pars pour l’intégrale de l’étape ! Départ légèrement en retard sous un ciel morose, une fine pluie est déjà présente mais bon tant pis quand faut y aller, faut y aller (et en plus mes jambes se portent plutôt bien). La première ascension est longue mais pas désagréable puis nous arrivons sur la crête, là où on est sensé voir le vide mais en fait on est dans les nuages donc même pas peur ! Après ce passage une descente puis une nouvelle ascension mais dans la terre glaise cette fois… Ici je peste… mon Nobby Nic à l’avant ramasse absolument tout sur passage, je n’arrive plus à rouler avec mon vélo je dois le pousser en grande partie… J’ai beau retirer la boue, après 100m c’est de nouveau rempli et je ne vous parle même pas de mes pédales Shimano qui ne veulent plus se clipser tellement elles sont remplies de terre. Après cette montée désagréable pour moi, descente relativement sympa vers Die et passage du Pas de Sagatte (là où on pouvait se tenir à une corde pour descendre). Une fois arrivé au ravitaillement de Die j’en profite pour nettoyer mes pédales, bien manger et j’apprends que c’est le déluge dans la prochaine difficulté qui nous attend… Là j’avoue, j’en avais déjà pleins les jambes mais bon tant pis on fera avec ! Je continue le parcours jusqu’à Sainte-Croix et là surprise, l’organisation ne nous laisse pas continuer, les conditions étant devenues trop mauvaise, il faut rentrer par la route. Honnêtement au fond de moi, ça a quand-même été un petit soulagement car je savais que ça allait être dur physiquement et moralement. Une personne de l’organisation nous explique donc le chemin à prendre, toujours tout droit puis à gauche, il faut monter un col de 5km et puis redescendre vers Aouste. Je me lance avec quelques compagnons d’infortunes et plus loin une voiture nous fait effectivement bifurquer à gauche en direction du col de la Vachère. Nous montons plein de motivation pour en finir mais une fois en haut, mauvaise nouvelle, ce n’était pas le bon col ! Bon ben tant pis ça nous fait du D+ gratuit, on redescend et on repart cette fois sur le bon chemin pour aller chercher le col de la Croix. L’accession se passe plutôt bien même si les jambes commencent à flancher et que mes fesses me font souffrir… Une fois au sommet tout bascule ! Un vent fort et froid et de la pluie, la descente s’annonce horrible... J’enfile des gants secs, je me change, je mets ma Windtex sèche et mon kawè par-dessus et hop je me lance. Les 24km qui ont suivi ont probablement été les pires de ma vie ! Vents de face, pluie glaciale, l’eau rentrait partout, j’en avais plein les chaussures, les pieds trempés, gelés, les gants ne sont pas restés longtemps bref c’était l’enfer… A ce moment là je ne pense plus à rien, le cerveau se met sur off, il n’y a plus qu’une chose à faire c’est pédaler et encore pédaler pour en finir au plus vite ! L’arrivée à Aouste fut un réel soulagement… Il drachait toujours, il faisait froid, hors de question de trainer, pas de passage par le hall de l’arrivée, vite enfiler des vêtements secs pendant que JF passait le vélo au bike-wash puis direction l’hôtel pour prendre un bonne douche chaude ! Malgré ces quelques mésaventures, les CDS ça reste une magnifique expérience et j’y retournerai avec plaisir. Je remercie particulièrement JF @SATANAS, notre merveilleux assistant sans qui cette aventure ne serait pas passé dans d’aussi bonnes conditions.
  12. 9 points
    Je sors les chipitos [emoji16]
  13. 9 points
    Pour changer de sujet et remonter le moral aux troupes: jvjvd qu'à force de voir ma grande faire des aller et retours sans cesse dans la cour sur sa draisienne, je me demande dans quelle mesure ce ne serait pas rentable de lui mettre un moyeu dynamo...
  14. 9 points
  15. 9 points
    Je n'irais pas jusqu'à dire que j'ai lancé ma boite, mais je soude quelques cadres qui roulent et apportent pleine satisfaction à ceux qui les utilisent actuellement. Par contre, je ne prétends pas (encore) atteindre le niveau de finition de chez Stinner ou autres..."It's a very very very very long way to the top". Fabriquer un cadre, ça n'a l'air de rien, mais c'est hyper complexe, ça demande pas mal de compétences si tu fais tout du plan au montage final, même si t'es bien outillé. Progresser en TIG, brasure, tenter de comprendre une géométrie, apprendre à utiliser un matériel spécifique, ne pas se dévaloriser quand le résultat final n'est pas à la hauteur de tes espoirs et que tu regardes ton Moots en te disant que tu n'y arriveras jamais et qu'il faut peut être admettre que t'as pas le talent...Il y en a pour des années d'apprentissage, et même les plus grands doivent se maintenir à jour et continuent à apprendre et améliorer leurs process. C'est à la fois très stimulant et un peu décourageant. T'es un peu tout seul dans ton atelier, il n'y a pas des cadreurs à tous les coins de rue pour te montrer comment faire, tu essaies, tu te loupes, tu regardes les comptes Flickr des gars que tu admires pour essayer de piger/piquer quelques bons trucs, tu te lances parfois à envoyer un mail à des cadreurs pros pour leur poser 2-3 questions... Mais ça me plait et je ne lâcherai pas l'affaire. Pour la question de savoir si ça se justifie d'avoir un gravel ou si c'est une mode inutile, je suis un peu tranché. Ca n'a pas de sens de dire que ça n'a pas sa place par ici parce qu'on n'a pas des étendues sauvages couvertes de pistes non asphaltées comme dans l'Oregon. C'est aussi bête que de dire que ça n'a pas de sens d'avoir un VTT parce qu'on ne vit pas à proximité de Moab. On peut trouver des terrains de jeu pour chaque pratique, même en Belgique. On ne peut pas, avec un seul ballon, prendre un vrai plaisir à jouer au foot, au basket, au volley et au rugby. On ne peut pas espérer trouver un vélo qui soit parfaitement adapté à la fois à la route, au vtt, au gravel, et à la piste. Soit on en a qu'un et on fait des compromis, soit on la chance d'en avoir plusieurs et on apprend à adapter ses parcours pour en tirer le meilleur. Je peux garantir aux sceptiques qu'un gravel, c'est le meilleur moyen de (re)découvrir tout un réseau asphalté secondaire et de pistes qu'on avait oublié au fil du temps parce que pas praticables en route et chiantes en VTT. Et je ne parle pas du sentiment un peu plus "liberté/aventure" que me procure mon gravel quand je le charge de sacoches et qu'on part pour quelques jours par ici, dans l'Eifel, les Vosges, la forêt noire, les alpes,... Un dropbar sur un gravel, je l'utilise encore plus qu'en route! Quand ça ta basse un peu sur une piste ou un sentier, je peux dire que t'as pas intérêt à rester sur le haut. La position drop fait que tes bras prennent un angle et une souplesse qui jouent un vrai rôle d'amortisseur.
  16. 9 points
    J'ai terminé l'électricité, le branchement des TL, le TL LED de 150cm avec un interrupteur, et je suis tombé sur un gars qui vendait 4 panneaux Facom comme les miens à un prix ridicule, ça tombe bien ils ne sont plus fabriqués ! Du coup, encore plus de place pour les prochains outils
  17. 9 points
    un lieu-dit à namur. une licorne qui chie des arcs en ciel s'est accaparée la fin du sentier (sentier du gay, référencé sur Balnam) qui démarre plus haut pour arriver sur la chée de Charleroi. Elle a coupé des arbres avec sa corne magique pour les coucher sur le sentier et placer une vieille remorque en bas avec un gros "privé" écrit dessus au marqueur magique. apparemment, elle serait quelque peu susceptible, du coup, les autorités semblent avoir du mal à entrer en contact avec elle (la tentative de fist fucking n'ayant rien donné de probant). Elle dirait, selon les différentes sources, que le sentier n'étant plus usité depuis de nombreuses années, qu'elle et ses autres amies licornes s'accordent le droit unilatéral de le récupérer (ou un truc du genre). De nombreuses personnes du monde associatif de la chasse ou encore de nombreuses fillettes en vaytaytay se plaignent régulièrement de la suce dite licorne. Une pétition circulerait d'ailleurs et une demande de témoignage d'usagers du sentier magique aurait été lancée par la Ville de Namur. Photo de la licorne en question de retour d'une soirée au bunker. Il est tout de même interpellant de voir sa manière de travailler. Je pensais les licornes concernées par la nature et son respect, je dois dire que je suis un peu déçu https://www.balnam.be/namur/sentier/66
  18. 8 points
    Je viens d'acheter une veste Alpinestar Paragon. Ça me va super bien
  19. 8 points
    Anhée 2018, année de la zwiete... Dimanche 13 mai, 04h du mat, Quoi, c'est l'heure ? Ben non, rendors-toi, vieil imbécile ! Impossible, comme tous les jours, c'est pareil... Alors, penser...oui, mais à quoi ? 105 kms à Anhée...t'es redevenu fou ? Pas facile de se débarrasser de c'te maladie... 06h, le rivel sonne...Marraine l'éteint, elle n'est pas dans son assiette depuis hier, ce sera forfait pour elle aujourd'hui ...repose-toi ma poule, tu le vaux bien... Au bout d'un moment, un grand coup dans mon schabernak, c'est peut-être temps de me lever avant de tomber de mon lit ! Elle a peur que j'aie froid, comme d'habitude... Elle remonte le drap, comme d'habitude... Elle tire sur mes cheveux, comme d'habitude... Je sors de la chambre, comme d'habitude... Je marche vers le couloir qui mène vers les double wifi... Mon stomac remonte dans mon tube digéré, comme d'habitude... Un joli popot, une douche glacée, un habit de cycliss, comme d'habitude... Un poil plus loin et un poil en moins, le zievereir est dans son auto ! 06h47, le bateau joue la fille de l'air, en avant vieux Capitaine ! 07h précise, sur la E 411...je passe sur RTL France, longues ondes, une habitude de longue date sur les déplacements très matinaux... Quel bonheur, ce bon vieux LW 234, où un journaliste exceptionnel, Bernard Poirette, vous invite à vous intéresser à tout, actu en prime, tout bonnement exceptionnel !...et quelle voix ! C'est un moment du dimanche matin où je remercie le challenge de me faire lever si tôt ! On annonçait une pluie drue toute la journée... Résultat ? Un parking libre comme l'air et vierge comme... 07h31, je reçois un message : « Trop mauvais, bonne merde colaud » Je suis effondré, mon acolyte François m'abandonne... Je fous un coup de pied dans un chardon, je suis désolé, la spa, y avait un moustique dessus... Re sms...J'arrive ptite b**e... Qu'en sait-il, on n'a jamais couché ensemble ! Mais je suis content quand même, puis surtout de le voir, ce zouave ! 07h40 et des poussières...j'ai rempli mon formulaire, je le présente à une des deux charmantes dames préposées aux inscriptions chrono...elle me dit...Monsieur, pour la rando, c'est à côté ! Définitivement mort de rire, mdr comme vous dites...mais pas encore mouru, c'est moi qui vous le dis! Suis-je, désormais, trop vieux pour participer à ces jolis chronos et mettre en valeur ceux qui sont plus rapides que moi ? Je m'en fiche bien, à moins que cela ne vous dérange... Cela fait partie des moments de mes plaisirs, les amis, comme celui, très momentané, du passage dans la salle, à vélo, pour se positionner vers le start de départ... Je ressens cela, depuis pas mal d'années, comme un petit temps suspendu, non ? ...pour ceux qui l'ont déjà vécu ... Le fatal start est donné, et dès le début, avec mon Susske, nous prenons un rythme de vieux canasson, le souffle asthmatique obligeant... Déjà derniers, nous nous permettons, non sans leur demander s'ils avaient besoin d'aide, de dépasser deux malheureux, peut-être un peu trop intrépides et victimes de casse, nous nous permettons, disais-je, de gagner deux places ! Les phrases sont longues, me direz-vous, on voit bien que vous n'étiez pas sur la bécane avec nous... Cette petite boucle, François s'est étonné de sa petitesse, bien lui en a fait ! Bibi, pour y trouver mon souffle, c'était coton ! On passe la Meuse, par le dessus, c'était joli, dessous... Et cette p... de côte...qui me tue, chaque année ...et M..., je la fais, la totale ! Merci François ! Je suis sûr que c'est grâce à toi ! Quel flux, ce mec ! La totalité de ce marathon a été un vrai bonheur...le parcours, que peut-être plus reposé que d 'habitude, j'ai vraiment apprécié, cette année... Le temps, annoncé mauvais, moi, qui déteste la chaleur, j'ai eu bon ! Susske a gardé son gilet, tout le long... On n'a pratiquement vu personne sur le parcours, malheureusement pour nos sympathiques organisateurs...un vrai bonheur pour nous... Comique, le passage de la Meuse était, précisément juste au milieu du parcours ! 52Km500. Amusant, aussi, juste avant celui-ci,petit passage sous un mini tunnel, on y croise un vttiste qui n'ose s'y aventurer, son guidon étant trop large ! Eh oui, certains ont le matos plus large que le cou ! Et c'est heureux... A part dans mes clips, j'ai vraiment pris mon pied, cette fois ici, je tiens à le préciser ! Bravo pour tout, si ce n'est l'absence de notre ravito à Maredsous, promis sur papier, mais qui vers 16h n'était plus là... Et pour les lents mais irréductibles, c'est très dur à accepter ! Inacceptable, dirais-je... On n'est pas tous des Julien Kapsalon quand même ! On était à 11 de moyenne, avec 2700 m de D+, l'avez-vous fait ? Puis, quand il y a des mecs dans l'embarras mécanique ...ou physique, qu'en faites-vous ? Je vous aime beaucoup pour tout ce que vous faites, mais abandonner ainsi vos cyclistes, répertoriés à Warnant, le ravito d'avant, c'est inadmissible ! Quand je gueule, je gueule fort, mais pas sans raison... Merci pour le pot d'arrivée, mais cela n'a rien à voir... Il était près de 18 h, on a fait notre possible, ils ont fait plus que mieux, on ne peut qu'être ravis (tôt) Merci à tous !
  20. 8 points
    Putain de bordel de merde quoi ! Quand j'entends ça, je suis vénère à fond quoi ! Pas su m'inscrire cette année car en rentrant de la piscine, j'avais laissé mes slatchs et j'ai glissé sur le pas de ma porte (souvenez-vous, il y avait du verglas le 1er jour des inscriptions, donc j'ai préféré la piscine au vtt car ça glissait trop), résultat main gauche en compote et foulure à droite, j'avais plus que le petit doigt de la main droite disponible (qui n'est pas ma bonne main ! ) . Essayez de remplir un formulaire avec le petit doigt de votre mauvaise main et vous aurez compris le cauchemar. Résultats, j'ai dû attendre ma femme qui en avait une longue cette soirée là car après l'aquabike (la pluie, elle aime ça), elle enchaînait avec une leçon de scrapbooking. Du coup, plus de place putain de bordel........ça l'a bien fait rire en plus ! ça me saoûle grave car j'étais affûté comme une brelle cette année, pas un pet de graisse et la cuisse dure ! Pas du style mou du genou à abandonner aux premières gouttes quoi ! Faudra quand même un jour leur expliquer qu'il pleut à chaque fois aux chemins du soleil ( c'est pas Roc quoi) Quand j'entends ça, je suis dégoutté même si j'aurais été short avec mes mains...... mais comme vous pouvez vous en rendre compte j'ai récupéré !
  21. 8 points
    oui et la mienne qui a 12 ans , c'est plus du genre quand je l'ennuie "tu fais ton malin mais tu sais même pas rouler à vélo sans tomber alors tais toi" faites des enfants
  22. 8 points
    Ah oui, quelques impressions de cette belle épreuve... Pas de photos, cette fois, j'avais conseillé à Marraine de rester à l'maugeone plutôt que de passer un temps infini à m'attendre dans l'auto aux ravitos... Un grand plaisir de revoir la famille Cusse...en mode "compet", et surtout de m'être fait dépasser par ces deux jeunes et vaillants sportifs ! Souffrir n'est pas souffrir si on n'en chie pas un petit peu... C'est ma vision des choses sur les marathons, çà crée de beaux souvenirs... Bien habillé, enfin, correctement plutôt, je n'ai pas souffert du froid, contrairement à mon ami François @Freshky resté bien calé devant son stuuv... Finalement, j'ai trouvé ce parcours particulièrement bien adapté aux conditions climatiques, tac. Sol durci sur la majorité du parcours, sans être glissant, surtout dans les côtes, le plaisir de la vue de la belle région, pourtant bien connue, m'a semblé être une redécouverte. Tout ne fut pas rose pour autant... Je ne fais pas de critiques à la con, enfin j'espère, juste quelques constatations, car le dire c'est le dire, mais faut le faire... Si l'on avait prévu un point "chaud" aux ravitos, tel un petit butagaz alimentant un thé réchauffant les coeurs, cela aurait décongelé nos pauvres ravitailleurs et les vieux refroidis par la même occasion... Un moment, en plein bois, vers le km 50, quand je commence à avoir un coup de blues, rencontre avec un beau chien blanc... Belle ! Je m'attends à voir le gamin Sebastien, ben oui, il était là, mais beaucoup plus âgé que dans le vieux feuilleton... Bonjour Monsieur !...pas de réponse... Bonjour Monsieur ! (je ne peux l'écrire en gras, çà énerve Dieu...)...ben merde, soit il est sourd, soit muet, soit... Je pense que c'était tapez 3, car tout près, une flêche, comment dire, chipotée, m'envoya au diable vauvert... Purée, encore une minute de perdue ! Sorry, mais à nos âges, elles sont comptées ! Allez, encore une, et après je vous lâche... Ce fameux long bourbier, quand j'ai vu cette section, je me suis réjoui, c'était plat ! Attend, mon neveu, plat, d'abord çà ne veut rien dire...la boue est muette, elle aussi... Boue et gel, j'adore ! Tout s'entasse, comme une menace, tout se fige, est-ce que tu piges ? Calé, coincé, t'as besoin d'un kiné ? Que nenni, faut pédaler...quand c'est possible...sinon t'encombres tes cales de souliers, et plus moyen de clipser... J'ai beaucoup marché, ce dimanche...et donc pédalé longtemps avec des sabots de bois... Néanmoins, j'ai bien apprécié cette partie du parcours, car là, c'est pas au muscle que çà passe... Allez, l'avant dernière... Seul en pleine forêt, une grosse trace bien propre en plein centre d'une allée large d'au moins 6 mètres, j'entends un zouave me dire "je passe à gauche" Ok camarade, je garde ma trace et ne quitte pas mon sillon, comme il y a facilement plus de deux mètres de chaque côté... Le premier des deux arrive quand même à me foutre un coup de coude pour me pousser de son chemin ! Effectivement, c'était un zouave...et surtout pas un pas op ! Petit bémol, le dernier ravito, à 8 kms de l'arrivée, à 15 h, plus de possibilité de se faire trouer le carton, les responsables n'étaient plus là... Le charmant ravitailleur, à qui je demandais s'il avait un peu d'eau, regardant la remorque close, me dit qu'ils avaient tout rangé... Il me restait de quoi "me finir", mais j'ai pensé aux camarades assoiffés qui n'en avaient pas encore terminé... Cependant, je tiens à signaler mon plaisir, à chaque fois renouvelé, de venir chez vous, car vous êtes trop sympas ! Mention particulière à notre si avenant Laurent @xhala_debru , toujours prêt à donner un coup de main à quelqu'organisation que ce soit, avec tout le courage et la conviction d'un mec qui pense plus aux autres qu'à lui ! A lui, la médaille d'or ! Merci à tous pour ce beau moment !
  23. 8 points
    ok on va voir jusqu'où on peut aller. .... que dit un migrant quand son bateau coule ? indice: il a toujours rêvé de dire ça .... voilà voilà voilà voilà
  24. 8 points
    Le rasoir de l’Occam D’après certaines études, l’homme (et la femme) de 2100 sera complètement glabre. En attendant le réveillon du prochain siècle, nous devrons encore nous contenter de nous désherber, sans glyphosate, chaque jour (pff …). Les routiers préfèrent généralement un visage rasé de près avec des favoris bien dessinés. Les moutainbikers, eux, n’en n’ont rien à foutre. La barbe de trois jours et les cheveux longs sont considérés comme tout à fait normaux. La pyramide et les diabolos mentent. Un cycliste du Tour de France ressemble à une pyramide : tout dans les jambes, pas grand-chose dans les bras et un torse de pigeon. Bref, un croisement entre de Hulk et ET. Les journalistes mentent quand ils racontent que les cyclistes sur route sont des sportifs complets. Je dirais plutôt qu’ils sont des demi-sportifs à dessous hypertrophié et un haut sous-développé. Avouez quand même un Gregg Minaar ressemble plus à un diabolo : des bras (2) et un torse puissants, des jambes (2) musclées, la puissance à l’état pur. Les défilés parisiens Sur route, le lycra reste toujours à la mode, ce qui fait ressembler un peloton du Tour de France à une sortie touristique pour folles en goguette. Ils portent leur moulebite très ajusté au corps de manière à rendre bien visible le moindre petit bourrelet. La mode vttiste est caractérisée par différents types de shorts et de jerseys généralement bariolés de publicités pour des marques de bières ou de vélos. Les armures de protections peuvent ajouter une couche de virilité aux enduristes et aux descendeurs. Certains d’entre eux doivent même se couvrir la tête d’un casque intégral afin de se protéger des assauts de leurs innombrables groupies qui gravitent autour des courses. Nous préférons les vêtements amples dans lesquels nos muscles puissants peuvent se développer librement et se déplacer selon les contraintes imposées à nos corps d’airain. La carte de géographie Là où les routiers nous montrent des corps propres et sans tache, les Vttistes sont fiers d’arborer leurs différentes cicatrices, témoignages de leurs nombreux exploits. Certains d’entre eux vont même jusqu’à tatouer le lieu et la date de l’incident sous chaque cicatrice. La classe ! Vous voulez apprendre la géographie ? Oubliez la mappemonde et engagez plutôt un vttiste. Faites la boue, pas la guerre. Afin de ne pas salir son beau maillot, le roadie évite toujours de passer dans les flaques d’eau. Le biker, lui, ne conçoit pas de rentrer propre à la fin d’une trace. Il en va de même pour le vélo parce qu’un biker sans boue n’est qu’un roadie déguisé. Disc-jockey Les rois du tarmac ne sont pas connus pour leur modernité ni leur enthousiasme pour les nouvelles technologies. Leurs bécanes sont toujours équipées de freins cantilevers, de pneus lisses, de câbles et de toutes ces petites choses que nous avons remplacées par des disques, de l’hydraulique voire même de l’électronique. Bon, ok, je vous concède que les changements de vitesses sont électriques sur les vélos de route. Mais là où ils ont besoin de trois plateaux, nous n’en n’utilisons plus qu’un seul. La fée électrique L’apparition de motocyclettes électriques dans les bois a permis d’ouvrir de passionnantes discussions sur les bienfaits (ou non) de ces engins. Imaginez donc comment les afters et les forums étaient ternes sans ces engins, générateurs de controverses. Dans un vtt, au moins, il n’est pas nécessaire de cacher le moteur sous peine de disqualification. Les afters bio A l’arrivée, les routiers se goinfrent de boissons énergisantes et réhydratantes soigneusement dosées afin de restaurer leur équilibre intérieur. Nous préférons les boissons naturelles à base d’eau, d’orge, de houblon (et parfois de malt). Leur dosage est tout sauf soigneusement mesuré. Ces compléments alimentaires permettent une ouverture complète de nos chakras et, n’en doutons, pas de retarder l’heure du retour dans nos foyers. A l’arrivée, un coureur du Tour de France est entouré de tout un staff dont le seul but est de le préparer à l’étape du lendemain. Nous ... bof ... une chaise, une table, une chope, quelques potes et nous sommes repartis … et pas besoin d’attendre demain … quoique … Wall of fame Un Froome ou un Contador sont bien en peine de pouvoir prendre un pot tranquillos dans le pub local tant ils sont poursuivis par leur notoriété. Les vttistes, eux, ne subissent pas ce problème de harcèlement. Et pour cause, personne ne les connait et c’est en toute simplicité qu’ils peuvent se déchirer grave au cafetar local. Drifting En balançant son corps sur la roue avant et en chassant méchamment son bassin d’un côté ou l’autre du vélo, il est possible, pour quelques secondes d’atteindre le nirvana cosmique qui consiste à faire glisser sa roue arrière dans le gravier. Cette sensation n’est connue que de la part des vttistes. Essayez donc cela avec un vélo de route et c’est l’hôpital assuré. EPO Racontez à quelqu’un qui n’est pas du milieu cycliste que vous faites du vélo de route et vous n’attendrez pas une minute que l’on vous parle d’Armstrong. Dites que vous faites du vtt et, en moins d’une minute, votre interlocuteur propose de vous offrir une bière en échange du récit de vos exploits. Phéromones Il a été scientifiquement prouvé que piloter un Vtt vous rend plus confiant vis-à-vis du sexe opposé. En Asie, des usines entières préparent des bouteilles contenant des phéromones de vttistes à destination des pays européens
  25. 8 points
    Entendons-nous bien, il y a des bons shop et des mauvais shop. Le mauvais shop, tu lui demande une pièce, il te l'a vend. Le bon shop, tu lui demande une pièce, il te l'a vend aussi, mais c'est pas pareil...
Ce classement est défini par rapport à Bruxelles/GMT+01:00
×