Jump to content

Afin de correctement voir les membres sur la carte, merci de mettre à jour votre localisation dans votre profil :) 

tomcat

Membres réguliers
  • Content Count

    638
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

tomcat last won the day on November 12 2018

tomcat had the most liked content!

Community Reputation

263 Excellente

About tomcat

  • Rank
    Inconditionnel
  • Birthday 01/10/1961

Méthodes de contact

  • Site Internet
    http://www.visualobject.be
  • ICQ
    0

Informations de profil

  • Ville
    Jambes (Namur)
  • Intérêts
    photographie, aviation
  • Prénom
    Eric
  • Bike(s)
    Santa Cruz

Recent Profile Visitors

3,836 profile views
  1. Dernièrement, j’ai appris que les fourches devaient être entretenues après 50 heures d’utilisation. Une utilisation n’est pas l’autre mais, grosso-modo, cela fait tous les 2-3 mois dans mon cas (fourche Fox 32 SC FIT4). Après des études très poussées (google, quoi !), j’ai décidé de m’y mettre. Cette opération ne nécessite pas de matériel spécifique et n’est vraiment pas compliquée à faire. Elle consiste à vérifier/nettoyer/remplacer les joints racleurs et les mousses et à renouveler l’huile. Internet regorge de tutos mais mon propos est plutôt de vous convaincre que cette opération est aisée à faire et que sauter le pas du do-it-yourself est vraiment à la portée de tout le monde. https://www.ridefox.com/fox17/help.php?m=bike&id=622 Le matériel nécessaire est le suivant : - Une clé Allen de 2 - Une clé à douille de 10 d’un diamètre extérieur de 13 mm. Pour mon modèle de fourche, un prolongateur est nécessaire - Un marteau (pas le truc qui vous sert à enfoncer les clous mais un maillet « doux » en caoutchouc) - Une seringue (graduée) d’un diamètre inférieur à 2 cm (0.20 € à la pharmacie) - Une pompe haute pression (qui sert à gonfler les suspensions) - Un gobelet (propre) - Un bac ou un seau en plastique de la largeur de votre fourche. - De l’huile Fox 20WT Gold (20 € / litre) - De la graisse spécifique. SRAM appelle cela Butter Grease (00.4318.008.001 8€ le pot) - Un pied d’atelier - Une loque propre (non plucheuse) et une tige en plastique d’une cinquantaine de cm. - De l’alcool isopropylique - Une baguette en plastique d’une cinquantaine de centimètre (style tuteur à plante). - Du papier de nettoyage (essuie-tout) - Kit de joint, 2 mousses, 2 joints racleurs, 2 rondelles métalliques, 1 o-ring (réf Fox : 803-00-944, 36 €) Ce n’est que du matériel de base, non spécifique. La première chose à faire est de démonter la fourche du vélo et de l’installer sur le pied d’atelier. Installez la fourche avec la tête en bas (les fourreaux plus haut que le pivot de la fourche). Ensuite, il faut dégonfler la fourche avec la pompe HP en prenant soin de noter la pression actuelle. Ensuite, il faut enlever le bouton de réglage du rebond (le truc rouge) avec la clé Allen de 2 en dévissant la petite vis centrale (inutile de l’enlever complètement). Sous ce bouton, vous trouvez un boulon que vous dévissez partiellement (quelques tours) avec la clé à douille. Sur cette fourche, ce qui est un peu mal foutu, c’est que les boulons à dévisser se trouvent une dizaine de centimètre dans le tube. Ce qui nécessite une longue clé Allen et une allonge à la clé à douille. Pour cette dernière, c’est encore un peu plus compliqué parce que le diamètre de la clé doit permettre d’attendre le boulon. Je dispose de deux clés de 10. L’une (celle de 16 mm) ne passe pas dans le fourreau. L’autre (celle de 13 mm) passe toute juste. Sur l’autre bras, vous dévissez également partiellement le boulon avec la même clé à douille. Repositionnez la clé à douille et, avec le maillet, frappez (pas comme un malade) les boulons qui ont été partiellement dévissés. Cela désengage la partie basse de la fourche. Vous pouvez maintenant dévisser complètement les deux boulons. Récupérez les boulons ainsi que leur rondelle (qui doit être remplacée). Installez le seau sous les fourreaux et retournez la fourche (fourreaux vers le bas) et désengagez les fourreaux sans les enlever. L’huile qu’ils contiennent va maintenant s’écouler dans le récipient. Laissez bien couler tout ce qui peut en sortir. Enlevez ensuite complètement les fourreaux en prenant soin de ne pas accrocher les plongeurs. L’entretien des 50 heures prévoit de nettoyer les mousses de lubrification qui se trouvent en dessous des joints racleurs (parfois appelés joints SPI). Il faut cependant vérifier visuellement l’état de ces joints racleurs. Si ceux-ci doivent être remplacés, il faut d’abord les enlever. Pour cela, je prends un démonte-pneu ou une clé plate de 18 que j’utilise, avec précaution, comme un décapsuleur en l’appuyant sur le bord opposé du joint en faisant levier. Il n’est pas conseillé de se servir d’un tournevis pour ne pas endommager les fourreaux. Si les joints sont en bon état, laissez-les en place et retirez les mousses à l’aide d’une pique puis nettoyez les avec de l’alcool isopropylique dans une feuille de papier absorbant. Personnellement, quand ils ne sont plus très propres, je préfère les remplacer. Pendant qu’ils dégorgent, profitez-en pour dégraisser les plongeurs et l’intérieur des fourreaux avec de l’alcool isopropylique. Pour ces derniers, vous pouvez utiliser la tige et la loque pour bien nettoyer l’intérieur. Une fois secs, laissez tremper les deux mousses dans le gobelet rempli d’un fond d’huile 20WT. L’idée est de saturer les mousses en huile. Si vous remplacez les joints racleurs, préparez les nouveaux joints en enlevant d’abord le ressort et en badigeonnant l’extérieur avec du beurre Sram (butter grease). Fox propose un outil spécial (45 €, référence 398-00-770) pour replacer le joint. L’avantage est qu’il le positionne exactement de niveau. Cela dit, vous pouvez également utiliser un bout de tuyau en pvc ( 2.5 € au brico). Mais il faut vous assurer que le joint est bien d’aplomb et pas trop enfoncé. Replacez ensuite le ressort. Installez les deux mousses bien imbibés d’huile en vous assurant qu’ils sont bien positionnés, sans être tordus. Appliquez une bonne couche de beurre Sram à l’intérieur des joints racleurs. Ne regardez pas à la quantité. Nettoyez ensuite correctement les plongeurs avec de l’alcool isopropylique. Saisissez ensuite les fourreaux à deux mains et enfilez-les sur les plongeurs. Il faut bien prendre soin de faire entrer les deux plongeurs simultanément sans plier les joints racleurs. N’enfilez pas les fourreaux à fond mais laissez un espace d’un centimètre de manière à pouvoir injecter l’huile par le bas des fourreaux. Inclinez la fourche de manière à ce que le pivot soit plus bas que les fourreaux. Remplissez la seringue d’huile 20WT. Vous devez injecter 8 ml d’huile dans le fourreau de droite et 15 ml dans celui de gauche. Il faut prendre soin de bien respecter ces proportions sous peine d’endommager la fourche. L’étroitesse des bases des fourreaux ne permet pas d’utiliser une seringue d’un diamètre supérieur à 2 cm. Enfoncez ensuite complètement les fourreaux à leur place. Revissez le boulon sur chaque fourreau en remplaçant la rondelle métallique. Le couple est de 5.7 Nm. Sur le fourreau droit, réinstallez l’écrou de réglage du rebond (rouge) avec la clé Allen de 2 mm. Ne serrez pas trop. Regonflez ensuite votre fourche à la pression que vous avez notée. Je vous conseille de laisser reposer votre fourche pendant une nuit afin de vous assurer qu’il n’y a pas de fuite. Remarque importante : d’un modèle de fourche à l’autre, le type et la quantité d’huile à injecter peut différer. Il est important de vérifier cela avant de commencer à tout démonter.
  2. Sinon, il y a "World War Z" avec Brad Pitt ou la série "The last man on earth". ... histoire de se remonter le moral. 🙃 Eric
  3. Namur, Quai des Jonghiers, 19h00 6 ados sont collés (littéralement) l'un à l'autre, assis sur une marche en train de faire la causette. Si j'avais des pieds de plus d'un mètre cinquante, je leur botterais le cul.
  4. Le Jour du Confinement Vraiment Dernier (= le JCVD) Jour 1 avant JC Depuis plusieurs jours, les ministres qui nous demandent de prendre nos distances avec nos congénères. Aujourd’hui, voilà qu’ils se réunissent dans un petit cabinet (restreint) pour prendre la décision de nous confiner. Allez comprendre ! Deux heures moins le quart avant JC, j’ai fait comme tous les belges : j’ai stocké. Comme les rayons de papier toilette étaient dévalisés, j’ai supposé que ce CoronaVirus allait provoqué une chiasse mondiale alors … ben … j’ai rempli mon mes caddies de PQ triple épaisseur. Il y en a partout dans l’appartement qui est maintenant super bien isolé au point qu’il risque l’explosion en cas de fuite d’eau. Comme on nous garantissait que les magasins allaient être réapprovisionnés et qu’il n’y avait aucune pénurie alimentaire à craindre … j’ai stocké … des pâtes … beaucoup de pâtes. Il y en a partout au point que j’ai dû en laisser dans le coffre de la voiture. Je suppose que c’est parce que les italiens sont en première ligne en Europe et qu’on craint pour les usines de production. Je vous assure que je vais me faire des couilles en or quand on va arriver au rationnement et que le marché noir se mettra en route. En prévision du confinement, de nombreux belges participent à des lockdown parties. Mais, bon, comme le virus n’a pas la télé et ne lit pas les journaux, il n’y était pas invité et c’est certain qu’il est resté dehors. On prévoit la fermeture des écoles. J’espère que c’est avec les gosses à l’intérieur. Le Jour du Confinement : mercredi 18 mars, 12h. Comme tous les belges, je suis très respectueux des instructions alors … j’ai pris mon VTT pour me balader dans la forêt. On se serait cru un 21 juillet : du monde partout, avec les gosses et les chiens. En fait, ici, « confinement », cela signifie « confinement à l’intérieur de la Belgique ». C’est tout de suite plus clair quand on nous explique. 1er jour après JC On entame nos réserves. La mousse au chocolat est prête et les gosettes cuisent. Mon stock de bière va me permettre de ne pas devoir me ravitailler trop souvent. J’ai croisé une floppée de chiens qui promenaient leur maître ainsi que des gosses qui tiraient la gueule derrière leur mère depuis l’annonce de Proximus d’ouvrir gratuitement le canal des dessins animés. Promo chez Delhaize : à l’achat de deux Corona, une Mort Subite offerte. 2ème jour après JC Si les belges sont confinés, ce n’est certainement pas le cas des hollandais qui ne se privent pas pour traverser la frontière, histoire de venir faire leurs courses chez nous en se foutant de notre poire. Si nous sommes confinés, les hollandais, eux, sont des cons finis. Ils ne sont pas prêts de revenir après le déconfinement. Sur ce, la Belgique décide de bloquer ses frontières. Na ! Bien fait pour les bataves. 3ème jour après JC Comme il faut bien bouffer, Valérie prétexte je ne sais quel petit bobo pour m’envoyer au front, à savoir : le Delhaize local et sa faune sauvage de petits vieux. Vous savez, ceux qui font déjà la file à 8h15 quand cela ouvre à 8h30 et qui vous enfonceraient bien leur canne dans les yeux et leur tribune dans les couilles pour passer devant vous. Pour peu qu’ils aient oublié leur dentier dans le pot de Steradent, je ne vous dis pas le nuage tout infecté qu’ils trimbalent devant leur nez. Ils sont redoutables, je vous dis. L’après-midi, j’enfourche mon vélo afin de vérifier si le confinement est bien d’application. La ville de Namur est désertique. On dirait un jour de solde où les magasins n’ont plus rien à vendre. Les seules personnes que l’on peut voir, ce sont les clochards qui se tendent la sébille entre eux. Comme nous sommes maintenant obligés de payer par carte, ils ne sont pas prêts de recevoir quelque chose. JC + 4 Aujourd’hui, c’est le début du printemps. Je viens d’apprendre que les malades du Covid19 perdent le sens de l’odorat. Je bénis mon chat, Fiveten, à chaque fois qu’il file dans sa litière. Cela me rassure. La pénurie de masques commence à se faire sentir et je suis très déçu d’apprendre que ni mon masque de Zorro ni celui de Superman ne sont efficaces contre le Covid19. Je viens de tousser devant mon ordinateur et l’antivirus s’est mis en route. Le soir, Marka nous file un coup de déprime avec son concert « live » en direct de son living, entre son fauteuil et son ficus. J’ai eu l’impression d’entendre un furet coincé dans une porte. JC + 5 La météo, quoiqu’un peu frisquette, est au beau fixe. Le confinement est toujours d’usage et les belges se ruent dans les parcs. Je n’ai jamais croisé autant de vélos qu’aujourd’hui. On se serait cru sur la digue du Zoute le jour de l’ouverture de la saison des glaces. A la une des journaux : un joueur de foot est atteint par le covid … mon dieu mon dieu … on est foutu. Vite, débloquons des milliards pour lutter contre ce virus. « Sauvons nos joueurs de foot ! » C’est primordial. Sans quoi, qu’allons-nous devenir ? Daesch annonce qu’ils cessent les attentats à la bombe. Maintenant, ils menacent d’éternuer. JC + 6 Pour passer le temps, on regarde la télé. Après l’intégrale de « Dynastie », on entame la saison 9 de « Dallas ». Avec impatience, j’attends la rediffusion d’ « Angélique Marquise des Anges ». Valérie entame sa cinquième casserole de soupe. Je commence à me transformer en légume. Blanche-Neige a perdu un nain. Atchoum vient d’être mis en quarantaine. Je n’ai jamais vu autant d’hommes mettre sécher le linge dans les jardins. Je sens que l’after de cette épidémie va nous coûter très cher. JC + 7 Nous décidons de rationner notre PQ. J’avais bien fait de prendre du triple épaisseur. Maintenant on utilise les deux faces de chaque feuille puis on récupère la feuille centrale qui sert également. Après usage, on ne les jette plus, des fois que le gaz serait coupé et que nous n’ayons plus de chauffage. Nous n’avons pas envie de mourir de froid. Malins quand même, non ? Les premiers gosses sont balancés par les fenêtres. Les prisons commencent à libérer les prisonniers en leur disant de bien rester confinés chez eux. Je deviens parano : j’ai ouvert la porte des WC avec le poignet, la cuvette avec le pied, le robinet avec le genou, refermé la porte avec le coude et descendu les escaliers de mon immeuble … mais du coup, j’ai oublié de rentrer ma b**e. Histoire de nous remonter le moral, la RTB passe le film « World War Z » avec Brad Pitt. … JC + 50 Les magasins sont vides et les aliments commencent à manquer. Depuis que je lui ai piqué son bol de croquettes, Fiveten me regarde d’un drôle d’œil.
  5. Bien vu ... j'adapte 😉 Merci
  6. En cette période de confinement, nous avons le choix de tourner en rond dans un bois (avec tous les risques que cela comporte), de tourner en rond dans notre appartement (avec tous les risques que cela comporte), de poireauter dans des files pour acheter 3 feuilles de PQ (avec tous les risques que cela comporte) ou alors, de profiter de la situation pour se mettre à l’entretien de son vélo avec les moyens du bord (avec tous les risques que cela comporte). On se retrouve un peu comme dans Apollo 13 où il faut trouver quelque chose à faire avec le matériel directement à notre disposition. Bon, ok, je vous concède que DHL fonctionne encore, ce qui n’était pas le cas d’Apollo. Dernièrement, j’ai appris que les fourches devaient être entretenues après 50 heures d’utilisation. Une utilisation n’est pas l’autre mais, grosso-modo, cela fait tous les 2-3 mois dans mon cas (fourche Rockshox Pike). Après des études très poussées (google, quoi !), j’ai décidé de m’y mettre. Cette opération ne nécessite pas de matériel spécifique et n’est vraiment pas compliquée à faire. Elle consiste à vérifier/nettoyer/remplacer les joints racleurs et les mousses ainsi qu’à renouveler l’huile de lubrification. Internet regorge de tutos mais mon propos est plutôt de vous convaincre que cette opération est aisée à faire et que sauter le pas du do-it-yourself est vraiment à la portée de tout le monde. Il s’agit bien ici de l’entretien des 50 h. Celui des 100 et 200 sont plus complexes. Le matériel nécessaire est le suivant : - Une clé Allen de 2.5 et une de 5 - Un marteau (pas le truc qui vous sert à enfoncer les clous mais un maillet « doux » en caoutchouc) - Une seringue (graduée) - Une pompe haute pression (qui sert à gonfler les suspensions) - Un gobelet (propre) - Un bac ou un seau en plastique de la largeur de votre fourche. - De l’huile Rockshox OW-30 (23 € /litre) - De la graisse spécifique. SRAM appelle cela Butter Grease (00.4318.008.001 8€ le pot) - Un pied d’atelier - Une loque propre (non plucheuse) et une tige en plastique d’une cinquantaine de cm. - De l’alcool isopropylique - Une baguette en plastique d’une cinquantaine de centimètre (style tuteur à plante). - Du papier de nettoyage (essuie-tout) - Kit de joints, deux mousses, deux joints racleurs. Réf Sram : 11.4018.028.013 (13 €) Ce n’est que du matériel de base, non spécifique. La première chose à faire est de démonter la fourche du vélo et de l’installer sur le pied d’atelier. Installez la fourche avec la tête en bas (les fourreaux plus haut que le pivot de la fourche). Ensuite, il faut dégonfler la fourche avec la pompe HP en prenant le soin préalable de noter la pression actuelle. Ensuite, il faut enlever le bouton de réglage du rebond (le gros téton rouge) avec la clé Allen de 2.5 en dévissant la petite vis latérale (inutile de l’enlever complètement). Sous ce bouton, vous trouvez un boulon que vous dévissez partiellement (quelques tours) avec la clé de 5. Sur l’autre bras, vous dévissez également partiellement le boulon noir. Avec le maillet, frappez (pas comme un malade) les boulons qui ont été partiellement dévissés. Cela va désengager la partie basse de la fourche. Vous pouvez maintenant dévisser complètement les deux boulons. Installez le seau sous les fourreaux et retournez la fourche (fourreaux vers le bas) et désengagez les fourreaux sans les enlever. L’huile qu’ils contiennent va maintenant s’écouler dans le récipient. Laissez bien couler tout ce qui peut en sortir. Enlevez ensuite complètement les fourreaux en prenant soin de ne pas accrocher les plongeurs. L’entretien des 50 heures prévoit de nettoyer les mousses de lubrification qui se trouvent en dessous des joints racleurs (parfois appelés joints SPI). Il faut cependant vérifier visuellement l’état de ces joints racleurs. Si ceux-ci doivent être remplacés, il faut d’abord les enlever. Pour cela, je prends un démonte-pneu ou une clé plate de 20 que j’utilise comme un décapsuleur en l’appuyant sur le bord opposé du joint en faisant levier. Il n’est pas conseillé de se servir d’un tournevis pour ne pas endommager les fourreaux. Si les joints sont en bon état, laissez-les en place et retirez les mousses à l’aide d’une pique puis nettoyez les avec de l’alcool isopropylique dans une feuille de papier absorbant. Personnellement, quand ils ne sont plus très propres, je préfère les remplacer. Pendant qu’ils dégorgent, profitez-en pour dégraisser les plongeurs et l’intérieur des fourreaux avec de l’alcool isopropylique. Pour ces derniers, vous pouvez utiliser la tige et la loque pour bien nettoyer l’intérieur. Une fois secs, laissez tremper les deux mousses dans le gobelet rempli d’un fond d’huile OW-30. L’idée est de saturer les mousses en huile. Si vous remplacez les joints racleurs, préparez les nouveaux joints en enlevant d’abord le ressort et en badigeonnant l’extérieur avec du beurre Sram (butter grease). Sram propose un outil spécial (15 €, référence 11.4015.206.000) pour replacer le joint. L’avantage est qu’il le positionne exactement de niveau. Cela dit, vous pouvez également utiliser un bout de tuyau en pvc ( 2.5 € au brico). Mais il faut vous assurer que le joint est bien d’aplomb et pas trop enfoncé. Replacez ensuite le ressort. Installez les deux mousses bien imbibés d’huile en vous assurant qu’ils sont bien positionnés, sans être tordus. Appliquez une bonne couche de beurre Sram à l’intérieur des joints racleurs. Ne regardez pas à la quantité. Nettoyez correctement les plongeurs avec de l’alcool isopropylique. Saisissez ensuite les fourreaux à deux mains et enfilez-les sur les plongeurs. Il faut bien prendre soin de faire entrer les deux plongeurs simultanément sans plier les joints racleurs. N’enfilez pas les fourreaux à fond mais laissez un espace d’un centimètre de manière à pouvoir injecter l’huile par le bas des fourreaux. Remarque : inverser les fourreaux est très aisé (croyez-moi). En cas d’inversion, vous ne pourrez pas replacer le boulon de réglage du rebond. Inclinez la fourche de manière à ce que le pivot soit plus bas que les fourreaux. Remplissez la seringue d’huile Ow-30. Vous devez injecter 5 ml d’huile dans le fourreau de droite et 15 ml dans celui de gauche. Il faut prendre soin de bien respecter ces proportions sous peine d’endommager la fourche. La quantité d’huile à injecter dépend du modèle de fourche. Enfoncez ensuite complètement les fourreaux Sur le fourreau gauche, revissez le boulon (noir) avec la clé de 5mm. Le couple est de 7.3 Nm. Sur le fourreau droit, revissez le boulon (argenté) avec la clé de 5mm. Le couple est également de 7.3 Nm. Sur le fourreau droit, réinstallez l’écrou de réglage du rebond (rouge) avec la clé Allen de 2.5 mm. Le couple de serrage est de 1.1 Nm. Regonflez ensuite votre fourche à la pression que vous aviez notée. Je vous conseille de laisser reposer votre fourche pendant une nuit afin de vous assurer qu’il n’y a pas de fuite. Remarque : j’ai piqué plusieurs de ces photos du site internet de Sram (= Rockshox). J’espère qu’ils ne m’en voudront pas.
  7. tomcat

    Urgent

    Si c'est la patte de dérailleur, tu peux regarder sur le site de Bike24 : https://www.bike24.com/search?searchTerm=specialized+derailleur+hanger mais je ne peux pas te dire de quel modèle tu as besoin. Cela dit, une patte de dérailleur, cela ne se répare pas, cela se remplace. Eric
  8. Non, pas encore. Pourtant, quand je vois le nombre de mecs qui passent dessus, les deux mains dans les poches ou au téléphone, je me dis qu'on pourrait tout aussi bien l'ouvrir. Le bourgmestre attend probablement la fin du confinement pour pouvoir l'ouvrir. Bon, je ne vais pas me plaindre. Où j'habite, je peux (encore) sauter sur mon vélo et grimper la citadelle sans être hors la loi. Bon, là dessus, je m'en vais démonter mon second vélo et faire l'entretien de la fourche. Pfff ... on s'occupe comme on peut. Eric La passerelle ou le confinement ? Je suis plutôt optimiste pour le confinement 😉.
  9. Euh ... oui ... j'aurais dû préciser que c'est à Namur (de là la "NamPage"). Cela fait des années que je vois ce brol depuis ma fenêtre et qu'il n'arrête pas de se terminer avec chaque fois une promesse de la mise en service pour la semaine prochaine. En attendant, je me dis que cela ferait un beau tremplin. Si on faisait venir tous ceux de la rampage à Namur avec une Houppe à tous ceux qui arrivent à passer, je suis certain qu'il y a moyen de faire venir du monde ... enfin de ceux qui seront encore debout après ce confinement. En attendant, je vous en remet une vue de l'autre côté. Eric
  10. Si les américains ont la RamPage, nous, on a la NamPage. Imaginez … euh non … regardez : une piste de lancement d’une centaine de mètres suivie d’un gap de 20 mètres infesté de barres à béton pointées vers le ciel. Si vous vous loupez, c’est l’empallage assuré (oui, je sais, c’est « empalement » mais je trouve qu’empallage fait plus joli et ça rime avec le titre). Si vous réussissez ce gap, le run n’est pas encore terminé car il faut s’arrêter directement sans quoi, le trou de quatre étages qui se trouve 20 mètres plus loin vous tend les bras. Vous avez le temps de vous entraîner car la structure est encore là pour quelques semaines … euh … mois … euh … années. Eric
  11. Aujourd'hui, 19 mars, 16h00, Namur
  12. Cette après-midi, nous avons sorti les vtt pour un peu de halage (le chemin, pas la couleur de la peau ni le truc avec le chanvre). Il y avait pas mal de chiens qui promenaient leur maître et aussi beaucoup de gosses qui tiraient la gueule derrière leur mère. Je suppose que ce sont ceux qui ont vu la promo gratuite de Proximus pour l’accès à la chaîne Movies & Series. Bon, j’attends le confinement total et j’en profiterai pour faire une révision complète de mes vélos … Eric
  13. Là, je suis à Namur en train de regarder un groupe d'une quinzaine de jeunes, en train de picoler et de faire la fête, à l'endroit où il y a la plage, en été (quai de Joghiers). Ils ont l'air de bien s'amuser. Il y a des baffes qui devraient se perdre. Eric
  14. L'avantage des logiciels, c'est qu'ils peuvent, pour la plupart, être maintenus à distance.
  15. Le problème est que pour la santé et l'alimentation, il faut d'autres services : des véhicules, de l'énergie, internet (ben oui !), du chauffage, des machines, des transports, du nettoyage, ... Bref, c'est un tout. Mais je reconnais qu'on peut se passer de tout ce qui tourne autour de la société des loisirs (... au second plan).
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.