Jump to content

tomcat

Inconditionnels
  • Posts

    768
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

tomcat last won the day on July 29

tomcat had the most liked content!

Reputation

383 Very good

About tomcat

  • Birthday 01/10/1961

Méthodes de contact

  • Site Internet
    http://www.visualobject.be
  • ICQ
    0

Informations de profil

  • Ville
    Jambes (Namur)
  • Intérêts
    photographie, aviation
  • Prénom
    Eric
  • Bike(s)
    Santa Cruz

Recent Profile Visitors

4,339 profile views
  1. tomcat

    Grincements

    Est-ce la suspension ? Pour l'entendre, sans pédaler, tu fais quelques sauts sur ton vélo. Amortisseur ou fourche ? Est-ce la transmission ? Pour l'entendre, tu bloques ta suspension et tu pédales. Est-ce, par exemple, à chaque tour de roue ? Avant, arrière ? Cela pourrait aussi être la chaussure qui frotte contre le pédalier et qui fait couic à chaque tour. ...
  2. Ferrières ? Ah ... de fait, je n'y suis jamais allé. Quand est-ce ?
  3. Ma dernière visite Marchin datait d’une rando nocturne en … 2015. J’avais oublié comme la région est belle … et les côtes très dures. Les inondations ont laissé des traces dans le paysage. Que cela soit en bord de rivière où les amoncellements de crasses ne sont pas près d’être enlevés que dans les chemins le long de l’Ourthe qui ont perdu le moindre grain de terre en ne laissant que les cailloux. A chaque coup de pédale, le roue bute sur ces pierres ce qui rend la progression difficile. Après quelques kilomètres, nous avons abordé le bien nommé « chemin des crêtes ». En fait de crête, il fallait d’abord y arriver en conservant ses jambes et poumons entiers. A côté de Bomal, une autre montée s’est bien faite sentir dans les guibolles. J’ai découvert des noms de patelins dont j’ignorais jusqu’à leur existence : My, Sy, Filot, Comblain-Fairon, … (et pourtant, je suis liégeois d’origine). La dernière boucle des 40 Km faisait un peu « remplissage » mais elle nous à fait passer dans des endroits improbables qui ont nécessité un petit portage. Le retour s’est fait en mode balade le long de l’Ourthe qui a été notre fil conducteur durant cette belle rando. A l’arrivé, un bikewash modèle nous attendait (je repense au pipi dont nous avons dû nous contenter à Profondeville …). Une bonne bière (la Redoutable), un petit pain saucisse, le sourire des crémières … que demander de plus ? A l’année prochaine, sans hésiter … Eric
  4. En furetant un peu sur youtube, je suis tombé sur cette vidéo (ok, elle date de l'année dernière) qui permet de détecter les vttistes dans une population normale. How to spot a Mountain Biker J'ignore si vous la connaissez mais moi, en tous les cas, je me suis plié en deux. Eric
  5. Hier, j’ai repéré la rando des 37 km en mode furtif. Dès la première côte dans le bois, le ton était donné : cette rando se fera en mode Rolling Stones. Les pluies des semaines dernières ont évacué la moindre parcelle de terre dans beaucoup de chemins et il ne reste que les cailloux. Mes jambes m’ont remercié durant toute la rando. La descente de la Couleuvrine était étonnamment bien dégagée mais dans le bas, il a fallu slalomer pour éviter les cailloux qui roulent. La montée vers les 7Meuses s’est faite en mode Easy Rider sur la route mais la descente, assez rock and roll, m’a fait passer très vite en mode pêcheur à la ligne pour suivre le ruisseau. La remontée sur l’autre versant a nécessité l’utilisation du mode bucheron. Les travaux de débardages ont en effet creusé d’énormes sillons et seule la partie centrale du chemin est utilisable. Si la rando est blindée de monde, nous devrons tous passer en mode chenille processionnaire. La descente vers Annevoie n’a pas posé trop de problème. Il faut noter que les coulées de boue des dernières semaines ont provoqué des amoncellements de petits cailloux et de graviers à certains endroits. En arrivant trop vite dans ces tas, vous risquez de passer rapidement en mode VanDerPoel (* Cfr définition ci-dessous). La traversée de la Meuse se fait par l’écluse. Une fois de l’autre côté, il faut passer par le petit tunnel sous les voies du chemin de fer. Avant de vous enfoncer dans ce tunnel, je vous suggère de regarder la petite plaque métallique située du côté gauche de l’entrée et qui indique la date du 15 janvier 1920. Elle représente le niveau de la crue de la Meuse à cette date. Entre le 8 et le 13 janvier 1920, il était tombé 172 mm de précipitations par m2. Regardez autour de vous et essayez de comparez avec la situation des derniers jours. Comme quoi nos arrière-grands-parents n’étaient déjà pas à l’abri des inondations et, à cette époque, ils ne disposaient pas du matériel de sauvetage ni de déblaiement d’aujourd’hui. C’était il y a un siècle. La remontée sur la rive droite de la Meuse se fait verticalement en mode Iron Man. Le ravinement a sacrément abîmé les traces et quelques (gros) trous se sont formés dans le revêtement, surtout dans le bas de la montée. Une fois arrivé sur le plateau, je suis passé en mode Homme des bois pour attaquer les singletracks qui m’ont accompagné jusqu’au retour à la Meuse. N’espérez pas y trouver trop de zones permettant les dépassements. Avant de sortir du bois, j’ai du passer en mode porc épic tant les ronces et autres joyeuses orties ont pris du plaisir à me chatouiller les jambes. Parmi les critiques de la rando de Profondeville, on note souvent l’utilisation de chemins archi-connus dans la région. Je peux vous assurer que ce n’est pas du tout le cas dans cette descente qui m’a fait découvrir des passages qui m’étaient tout à fait inconnus. Ces passages techniques ont un prix à payer car ils m’ont obligé très vite à activer le mode Minnaar. La remontée sur la rive gauche de la Meuse se fait par le Collège de Burnot et sa célèbre grimpette que nous ne prendrons par jusqu’au-dessus mais bien en virant à droite à mi-chemin en direction de Profondeville. Cela permet de rejoindre le dessus du plateau afin de se préparer à passer en mode DH puis Rando pour entamer la descente technique vers le point de départ où le mode pilier de comptoir est de rigueur. En résumé, c’est une très belle trace assez éprouvante et technique qui demande de nombreux passages en mode Kenny Balaey. J’ai terminé avec un bon millier de mètres de D+. Je voudrais revenir un instant sur l’utilisation de chemins archi-connus. La région de Profondeville comporte un nombre impressionnant de traces, de chemins, de sentiers, de bois, … bref : tout ce qu’il faut pour ravir les vttistes. Ce que j’apprécie particulièrement dans cette organisation c’est qu’ils changent les combinaisons de possibilités chaque année. Alors, oui, ces bouts de traces sont connus individuellement mais ils sont accouplés de manière différente (ou même dans un autre sens) à chaque fois. A mon avis, c’est ce qui fait tout le charme de cette organisation. (*) Le VanDerPoel est une figure artistique bien connue des vttistes. Elle porte le nom de celui qui en est le meilleur spécialiste. Elle consiste en une séparation physique et prolongée de la bicyclette avec son cycliste. Celui-ci poursuit une trajectoire horizontale et légèrement descendante (appelée trajectoire de la pauvre cloche). La roue avant de la bicyclette suit une courbe orientée vers le bas pendant que la roue arrière continue vers l’avant selon une ligne légèrement parallèle à celle du cycliste. Au milieu de sa trajectoire, ce dernier reçoit une poussée complémentaire de la part de la roue arrière appelée Balls Kickback (plus communément appelée « coup de roue dans les burnes »). Cette figure est très rarement réussie car la facétieuse gravité empêche souvent le cycliste d’atterrir en douceur sur la selle du vélo dans le même mouvement. Réussie, cette figure apporte un nombre de points considérable mais quand elle échoue, elle provoque généralement une réinitialisation du compteur du cycliste.
  6. Personnellement, ce ne sont pas les 8 euros qui m’embêtent mais plutôt cette inflation des prix ces dernières années. J’ai l’impression que nous avons pris un euro dans la vue chaque année. Et je ne vous parle même pas de celui qui doit être payé lorsque les inscriptions se font à l’avance. De plus j’ai l’impression que le covid a été une excuse supplémentaire pour une autre augmentation. La comparaison avec d’autres sports n’a pas de raison d’être et encore moins celle avec le prix des vélos. Quant à la démarche engagée, cela fait des années que je ne jette pas mes emballages de barres ou me pelures de bananes sur la route et encore moins mes chambres à air usagées (quand j’en utilisais encore) alors, oui, je relativise.
  7. La consommation de latex va y exploser.
  8. Ici, c'était l'équipe de France, pas celle d'Absalon. Quoiqu'il en soit, une fois que les commentateurs français se sont rendu compte que c'était plié, ils ont commencé à parler d'autre chose comme la course des hommes. Juste la petite hongroise (4ème) de qui ils ont parlé ... un peu.
  9. Jolanda, je vous avais dit. Bravo à la Suisse.
  10. Même si je comprends que la période actuelle est difficile, je reste toujours aussi opposé aux inscriptions à l’avance. De plus, les prix montent à chaque fois et j’ai bien l’impression que cela ne changera pas quand le covid sera derrière nous. Cela dit, j’ai toujours adoré cette rando et plus particulièrement son ambiance de 3ème mi-temps. Cette année, la présence en nombre de vélomoteurs n’est vraiment pas faite pour m’attirer. Mais, leur histoire de gobelets consignés me fait ch…. au plus haut point. Faire la file pour l’acheter, puis pour le remplir et, enfin, pour le rembourser, cela me gonfle. J’ai bien l’impression que je ferai l’impasse pour le dimanche mais, si la météo est favorable, je me vois bien faire une reconnaissance au départ de chez moi le samedi pour terminer à la Schtouff et la frite au pont de Jambes. Eric
  11. Jolanda Neff ? Mais, bon, j'avoue ne pas avoir d'argument sportif (quoique ...) pour la soutenir.
  12. tomcat

    Renseignement

    Ce n est pas un GT Zaskar, ça ? Eric
  13. Saleté d'internet ... plus moyen de faire des quizz qui durent moins de 10 minutes. Mais bon, un jeu est un jeu. Mets moi un MP et je te recontacte dès mon retour. Je suis absent jusqu'au 27 (VTT dans les Alpes). Tonton Tapis et Nemhy aussi puisqu'ils ont participé. Je ne suis pas à une (ou deux) bières près. 🍻🍻🍻🍻🍺🍺 Eric
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.