Jump to content

Afin de correctement voir les membres sur la carte, merci de mettre à jour votre localisation dans votre profil :) 

  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt

moulineur

Membres réguliers
  • Content Count

    254
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutre

About moulineur

  • Rank
    Membre régulier

Méthodes de contact

  • Site Internet
    http://
  • ICQ
    0

Informations de profil

  • Ville
    Bruxelles
  • Intérêts
    Bike, windsurf, triathlon
  • Prénom
    Nicolas
  • Bike(s)
    Niner

Recent Profile Visitors

2,905 profile views
  1. Pour le régime dissocié, la littérature récente a prouvé les limites des celle-ci. Voici un article intéressant sur le sujet : http://www.medecinedusportconseils.com/2010/07/05/regime-dissocie-ou-semi-dissocie-quel-interet-quelles-indications/
  2. Auriez-vous des liens (GPS) de parcours vallonné avec beaux paysages du côté de Namur entre 100 et 120km? Merci
  3. Je n'ai jamais roulé avec des personnes ayant une Hope 4led mais je roule très souvent avec 2 bikers (Martin et Frans) ayant une Hope 2led. La première chose à savoir c'est qu'il roule très rarement avec le mode Full intensité de leur 2led car ils n'en ont pas besoin (éclairage plus que suffisant en mode moyen) et surtout il consumerait trop vite leur batterie. Donc je ne vois pas trop l'utilité d'avoir 4led. Entre la Magicshine et le Hope 2led, la différence se fait surtout au niveau du faisceau de lumière qui est plus concentré sur la Hope (et donc meilleur). J'ai opté pour la Magicshine pour son rapport qualité/prix. Tu peux en avoir 3,5 pour le prix d'une Hope 2led. J'ai pris en compte le fait que ce genre de produit n'ont pas une durée de vie très longue (un peu comme les GSM). En plus si tu veux racheter une batterie, ampoule,... il y a tout ce que tu veux sur le site Magicshine. Si tu veux racheter uen batterie pour la Hope, cela te coûtera plus cher qu'une magicshine complète. Si tu veux venir voir les différences, tu es le bienvenu à une de nos sorties nocturnes à Bruxelles.
  4. Et tu n'as plus rien sur le cintre alors? Non
  5. Un retour supplémentaire après quelques mois sur le vieillissement de cette lampe? Je compte bientôt m'équiper aussi pour l'hiver prochain Cela fait deux semaines que je l'ai ressortie. Tout fonctionne comme au premier jour. Pour ton info, ma lampe est sur mon casque et la batterie dans mon camel pour éviter les problèmes d'infiltration de la batterie. La lampe est assez légère et ne se sent pas sur le casque. Cela ne vaut pas une Hope 2 LED mais bien mieux qu'une Sigma. Bref pour 50 euros tu peux commander les yeux fermés.
  6. J'avais écris un petit article sur le sujet : Définition PMA = Puissance Maximale Aérobie = la puissance à partir de laquelle une personne consomme le maximum d’oxygène, c’est-à-dire atteint la VO2Max. En-deçà de cette limite, la consommation d’oxygène croît avec l’intensité de l’effort et la plupart de l’énergie provient du métabolisme aérobie. Au-delà, la consommation d’oxygène reste constante et la puissance supplémentaire est assurée par la filière anaérobie lactique ce qui entraine une production de déchets qui empêche de maintenir le niveau de performances au deçà de quelques minutes. La PMA n'a rien à voir avec la "puissance maximale absolue" que l'on mesure chez les cyclistes lors d'un effort explosif de 6 secondes (effort en anaérobie). On parle de PMA en cyclisme et de VMA en course à pied. La mesure de puissance est l'indicateur le plus approprié en vélo car la vitesse dépend de paramètres comme le vent, le revêtement, l'équipement,.... PMA est un indice de la "cylindrée" du moteur d'un sportif. Comment la mesurer? L'estimation de la PMA peut se faire sur un Home Trainer (HT) équipé d'un capteur de puissance. Deux types de test : - Test triangulaire (ou progressif) consistant à soutenir une puissance croissante par paliers jusqu’au décrochement. La PMA s’estime alors à partir de la puissance dégagée lors du dernier palier réalisé. Les résultats vont varier sensiblement en fonction du protocole (longueur des paliers et variabilité de la puissance) choisi. Par exemple, la PMA sera plus élevée (+/- 5%) sur un protocole qui augmente la puissance de 30 W toutes les 2 min par rapport à l'utilisation de paliers de 3 min. Ce qui me semble intéressant, c'est de procéder avec la même méthodologie de manière à pouvoir établir des comparaisons et de mesurer ses progrès. - Test continu consistant à maintenir un même niveau de puissance sur un laps de temps de 5 à 6 minutes. Ce test est complémentaire au premier mais il faut avoir un mental en acier pour le réaliser. Le test L'intérêt d'un test PMA est de connaître sa PMA pour établir des zones de travail. Le protocole que j'ai choisi pour le test triangulaire correspond à celui préconisé par la FFC et F. Grappe : un départ à 150 W et une augmentation de 30W par tranche de 2’. Voici ce que cela donne pour novembre 2009 : PMA 420W. Le test s'est arrêté quand le HT a commencé à avancer tout seul... Le résultat obtenu est à mettre en relation avec celui de mon dernier test en laboratoire à la Clinique Molière à Uccle en janvier 2009 dont le résultat avait été plus élevé : 450W. Ce test avait été effectué sur un ergocycle assez basique avec une selle de grand-père, une position de facteur et une cadence de pédalage à 60 tour/min et un protocole d'incrémentation de 25W toutes les minutes. Un double sprint m'avait permis d'atteindre les 450W. Le test dépend de plusieurs critères : - le protocole - la cadence de pédalage - le type de vélo utilisé - la calibration de la mesure de puissance - la température de la pièce - ... Ce qu'il faudrait comparer c'est n'est pas une puissance W mais bien une puissance ramenée au poids de la personne W/kg. Bref comparons ce qui est comparable. Et la meilleur façon de comparer c'est le chrono
  7. La question que tu poses est complexe car la réponse dépendant de multiples paramètres. C'est sûrement pour cela que les gens sont frileux à te répondre. Il semble acquit que chaque athlète réagit différemment selon son historique, son niveau d'entrainement, sa génétique et sa motivation. C'est la raison pour laquelle il est si difficile de randomiser une population de cyclistes et d'observer les effets d'une méthode d'entrainement. C'est à mon avis à chacun de se faire son idée. L'entrainement est une affaire d'essais et d'erreurs, où les recettes de grand-mère n'existent pas. Concernant ta question de niveau de charge de travail, perso, j'utilise la quantification de l'entrainement par TSS (Training Stress Score), qui permet de gérer efficacement ton niveau de fatigue. Cela se trouve dans le logiciel http://home.trainingpeaks.com/wko-desktop-software/analysis-software-for-training-files.aspx C'est ton expérience qui te permettra au mieux de quantifier tes entrainements. Exemple dans mon cas : je sais maintenant que réaliser une séance de PMA le lendemain d'un jour à plus de 150 de TSS ne sera pas très intéressant, ou alors vraiment dans un but précis. C'est en faisant des bêtises qu'on apprend le plus. Il est mon sens essentiel d'adapter les méthodes préconisées à ses spécificités. Un grand principe à respecter : obligation d'être très régulier au niveau de la progression de la charge de travail sous peine de finir comme une merguez. Ecouter ses sensations est une composante d'un entraînement optimisé. Maintenant par rapport au contenu de tes séances, tu ne donnes aucune indication de ce que tu recherches à développer (quelle filière, technique,...). Par rapport à mon humble expérience, je crois vraiment qu'il faut 2 séances par semaine pour faire progresser le corps dans une filière mais que les vitesses de développement d'une filière ne sont pas les mêmes... De même les fréquences de rappel de chaque filière diffèrent. Dans son bouquin JP Stephan (VTT) recommande de travailler plusieurs filières dans la semaine plutôt qu'une seule ("un entrainement identique est un entrainement de trop"). L'idée est de travailler une filière "fraîche" à chaque fois pour progresser au maximum. Tu vois que chacun a son avis sur la question. Voici les bases de l'interval training : http://www.coachr.org/a_graphical_model_for_interval.htm En conclusion : - défini ce que tu veux entrainer comme filière (Active recovery, Endurance, Tempo, Lactate threshold, VO2 max, anaerobic capacity,..) ou comme spécificité (force, qualité de pédalage, technique,...) - regarde les exercices proposés pour cette filière (30/30, Gimenez, 5*5, 2*20, sprint départ arrêté,...) ou cette spécificité - écoute tes sensations - structure tes entrainements - analyse tes résultats et tes progressions Bon amusement
  8. Super. On voit tout cela la semaine prochaine, peut-être que j'apporterai mon appareil photo.
  9. Amateur de virée nocturne, voici un premier retour sur ma commande de chez Dealextreme de la lampe Magicshine. Trois semaines se sont écoulées entre la prise de commande et la réception d'une belle enveloppe matelassée blanche contenant mes deux kits. L'envoi (gratuit) s'est fait via la Hong Kong Post (possibilité de l'envoyer via avion pour l'avoir plus vite mai cela coûte). Prix des deux kits FDPC: 107€. J'avais commandé d'un coup les deux kits disponibles : http://www.dealextreme.com/details.dx/sku.25149 et http://www.dealextreme.com/details.dx/sku.29489 Le kit contient : - une lampe avec possibilité de la fixer sur cintre (poids 110gr) - une batterie (poids 210gr avec la pochette) - un chargeur - 2 élastiques de diamètre et d'épaisseurs différentes pour fixation sur le cintre - une pochette pour la batterie - un support frontal seulement pour le Kit 29489 Attention le kit ne contient pas : - Adaptateur pour prise belge => Possibilité de le commander : http://www.dealextreme.com/details.dx/sku.3529 - Rallonge de câble si tu veux mettre la lampe sur le casque et la batterie dans le camelback. Je n'ai pas trouvé de référence sur leur site mais par contre la rallonge de ma Sigma Mirage est compatible. En plus de la présence de l'attache frontale, la grande différence entre les deux kits se situe au niveau de la pochette de la batterie : le kit avec support frontal contient une pochette muni d'une attache type ceinture avec pression, et pour l'autre, la pochette est constituée d'une large bande de toile qui entoure la batterie et se fixe via un scratch. Il va falloir être créatif pour fixer l'attache ceinture au top tube ou à la potence. Petit détail, les batteries arrivent chargées. La prise en main de la lampe Magicshine est très facile. Heureusement car il n'y a pour ainsi dire aucune notice d'explication qui accompagne l'envoi du produit. La fixation sur le cintre à l'aide de l'élastique est très facile. Par contre au niveau de la fixation sur le casque c'est autre chose. Le support "frontale" est plus vouée à être portée directement sur la tête. Ce n'est pas à proprement parlé un support "casque". Néanmoins j'ai facilement fixé la lampe sans le support sur une des aérations de mon casque à l'aide de l'élastique et d'un petit tube rond en plastique (je ferai une photo). Je n'ai pas encore exploré si on pouvait enlever les élastiques du support fourni (sans les couper !!!). Il faudra alors se procurer un velcro pour fixer le support au casque. Pour ma première sortie, j'ai installé mon premier kit sur le casque avec la batterie dans le Camelback, le deuxième kit sur le côté droit de mon cintre et ma Sigma Powerled Black sur le côté gauche de mon cintre. Lors du branchement de la batterie à la lampe, la LED du bouton poussoir s'illumine en vert. Apparemment (pas encore testé), elle vire au rouge dans le cas d'une baisse de la tension de la batterie. Il y a le choix entre trois modes d’éclairages : High/Low/Clignotant. Petit bémol c'est la séquentialité des niveaux : obligation de passer par les cases "clignotant" et "stop" quand tu veux passer de Low à High. En ce qui concerne l'extinction, un appui long sur le bouton permet de le faire. Concernant le test sur le terrain, dès qu'on appuie sur le bouton vert, c'est magique : un flash de lumière apparaît, éclairage très puissant et légèrement blanc. Le halo est large avec une zone centrale très lumineuse. Avec cela tu vois à 50 mètres, quasiment comme en plein jour. Mieux, tu vois aussi sur les côtés, ce qui te permet de bien appréhender le relief et d'anticiper la trajectoire sur des singles tournicotants ou d'éviter les marres de boue. Néanmoins, il faut relativiser mon test qui a été réalisé sur les chemins de la FDS et pas sur les sentiers caillouteux et racineux des contreforts de nos Ardennes. Vu le faible poids de la lampe, le port sur le casque ne m'a posé aucun problème, pas de douleur aux vertèbres cervicales (j'y suis sensible). Ma Sigma PowerLed black allumée ou pas, c'est comme si elle n'existait pas. Elle avait pâle allure sur mon cintre. Grosses différences entre les deux lampes : bien entendu l'intensité de l'éclairage mais aussi la largeur du faisceau lumineux (seulement 18 degrés pour la Sigma qui ne permettait pas de voir les bas-côtés). Je pense que ma Sigma va vite se retrouver dans un topic de vente (un amateur? La lampe avec son seul élastique d'attache est bien fixée au guidon et résiste parfaitement aux divers chocs sans jamais bouger. Concernant la batterie, l'accroche (pochette avec scratch car l'autre se trouvait dans mon sac à dos) laisse un peu plus à désirer, je trouve. N'ayant pas une confiance complète, j'avais remis un colson par-dessus afin d'éviter de la perdre en route. Pour avoir déjà roulé avec des gars ayant les kits Hope 2 LED et 4 LED, je trouve que le rendu est moins homogène (moins équilibré) entre l'éclairage devant et périphérique (c'est pour cela que je privilégierais un montage frontale avec cette lampe). On devrait pouvoir faire un comparatif Live entre ces modèles la semaine prochaine (ok Frans et Martin?). Je n'ai pas encore pu vérifier l'autonomie des batteries, mais après deux sorties de 2h30 avec recharge à chaque fois, pas de soucis (les deux lampes n'étaient pas toujours allumées et pas toujours à pleine intensité), point de lumière rouge allumée. Au niveau de l'étanchéité, la lampe ne pose aucun problème. Par contre il faut, source forum velovert, prendre quelques précautions avec la batterie. Dans les solutions évoquées, on trouve les suivantes : - remplir l'ouverture de la traversée du câble venant de la batterie par du mastic - ou mieux sceller l'ouverture avec du scotch type Duck/power tape - ou mettre la batterie dans un caisson étanche En résumé (pour les paresseux qui n'ont pas envie de lire ma tartine) Avantages : - prix ***** - puissance de la lumière - bonne qualité de fabrication - maintien support guidon - poids - batterie - service Dealextreme Désavantages : - faisceau pas assez équilibré - support casque - pas de rallonge pour permettre de positionner la lampe sur le casque (fil trop court) - pas d'adaptateur de prise pour la Belgique - difficulté de passer de High à Low au niveau intensité - attache de la batterie - étanchéité Ce qui manque encore, c'est le recul d'utilisation sur plusieurs mois (années). Mais bon à 54€ pièce, je veux bien qu'elle meurt au bout d'une longue saison nocturne. Cela correspond à la durée de vie de mon premier kit Sigma Mirage Evo qui ne me donnait pas bcp de satisfaction. En conclusion, je pense que ce kit est un must de rapport qualité/prix permettant de concevoir des sorties sur terrain accidenté et de s'adapter à la bourse de chaque Nightrider.
  10. Le mien est entre Hong Kong et Zaventem Je vous tiens au jus
  11. moulineur

    Dossier pneus

    Mon filleul ayant des pneus semi-slick sur son VTT 26 pouces DKT. On a fait un sortie la semaine passée toute en glissade Bref urgent de changer ses pneus. J'ai regardé sur le site de chez VRV Bike : http://www.vrvbike.com/catalog/roues-pneus-normaux-c-22_95_98.html Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Pourriez-vous me conseiller pour trouver une paire de pneus polyvalents et solides dans un budget de 30 euros la paire? Si vous avez des pneus trop lourds à votre goût et dont vous voulez vous débarrasser, c'est aussi le bienvenu (pas trop usé of course). merci d'avance
  12. Une annonce sur Julmtb, une de ces occasions qu'il ne fallait pas louper. Vu l'usage encore restreint des capteurs de puissance, les occasions sont très rares. Voici l'avenir : http://www.metrigear.com/products/
  13. Et 60 rpm tu utilises cela seulement dans des pentes à plus de 10% et dans ces pentes là tu dois sûrement te trouver à ton seuil. Donc tes exercices de force à 60 rpm devrait être effectué à ton seuil. C'est ce que l'on appelle le principe de spécificité. Mode Off Topic : Tu n'es pas parti? Fin mode Off topic
  14. Si tu ouvres l'image en grand c'est marqué juste au-dessus de chaque intervalle de 20 minutes - 307w (puissance normalisée) 151bpm 81rpm pour la première - 310w (puissance normalisée) 161bpm 75rpm pour la deuxième Tout est basé sur ma FTP = puissance normalisée sur 60 mn (Functional Threshold Power) => plus d'info http://home.trainingpeaks.com/power411.aspx Elle tourne autour de 320w actuellement. Et donc en fonction de ma forme du jour, je la travaille dans les proportions entre 90% et 95% (290w à 310w) sur des séances de 2*20 min. C'est autour de ce genre de séances que je construis ma base. Dès janvier, je la travaillerai un peu plus haut de 100% à 110%. En espérant que ma FTP progresse d'ici là L'avenir me dira si j'ai pris la bonne option...
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.