Aller au contenu

bens

Nouveaux membres
  • Compteur de contenus

    43
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

19 Neutre

À propos de bens

  • Rang
    Nouveau membre

Informations de profil

  • Ville
    Lille
  • Prénom
    Ben
  • Bike(s)
    Epic
  1. "Mountain Bikers Foundation"

    C'est pas du dénigrement un peu mensonger ça C'est clair que les problèmes éventuels se poseront plus dans certains coins des Alpes que dans les Ardennes mais si tu regardes la carte des conflits et interdictions sur le site de MBF tu verras qu'il y en a un peu partout. Bien sûr une partie seulement est liée à des problèmes de surfréquentation (Fontainebleau en est l'exemple le plus marquant) Rendez-vous dans un ou deux ans !
  2. "Mountain Bikers Foundation"

    Ben oui c'est bien le problème, dans certains coins (il y a plein d'autres endroits où la fréquentation est presque trop faible ! et où les sentiers disparaissent faute de passage...) Dans la mesure où le VTTAE permet à plus de pratiquants (quelle que soit leur forme physique) d'en faire beaucoup plus que ce qu'il ne pourraient faire en "non assisté" on peut supposer que la fréquentation va augmenter, y compris dans des sentiers un peu sensibles qui étaient préservés par la difficulté physique d'y accéder. Certains VTTistes ont donc des craintes que les sentiers qui sont aujourd'hui leur terrain de jeu soient interdits à tous les vélos pour cause de surfréquentation, est-ce pour autant de "sales c... rétrogrades et intégristes qui n'ont rien compris au VTTAE parce qu'ils n'ont pas essayé...." MBF a raison d'insister sur l'auto-discipline nécessaire des VTTAE (et des autres aussi) si on ne veut pas que ça dérape rapidement. Mais si c'est uniquement un problème de nombre de passages ( c'est en général ce qui est pris en compte dans les parcs et réserves naturelles ) le problème est insoluble, il n'y aura pas de la place pour tout le monde. Moi la position de l'IMBA "Monde" me va bien : oui au VTTAE tant que ça ne prive pas les VTT non assistés des chemins où ils ont accès aujourd'hui. Bah faut pas s'emballer non plus : jusqu'à la naissance de MBF il y a peu ( et qui est encore totalement inconnue pour un grand nombre de pratiquants) il n'y avait aucune association pour la défense du VTT et ça ne nous empêchait pas de pratiquer si ? Je précise que je suis adhérent MBF donc je crois à son utilité mais tout ne dépendra pas d'eux, loin de là. Quelle diplomatie !, bientôt on aura plus le droit de dire qu'il y a un moteur sur les VTTAE ?
  3. Garmin - itinéraire en boucle

    Ca m'étonnerais que la V4 révolutionne tes parcours, c'est le même principe de calcul, juste la qualité de la base qui est un peu meilleure (mais j'ai juste regardé, je n'ai pas testé). Après, tu fais ce que tu veux avec tes sous A mon point de vue, ces parcours sont pas mal pour la route (il peut sélectionner les petites routes plutôt que les gros axes), sans doute aussi si tu as une pratique "gravel" (pistes cyclables, Ravel) mais si tu cherches des parcours VTT optimisé avec des passages techniques, évitant les bourbiers, limitant les liaisons inintéressantes, tout ça n'est pas intégré dans la base topo de Garmin ! Et si tu roules comme moi le long de la frontière là c'est la cata, le Edge perd complètement les pédales (ça marcherait sans doute mieux avec OpenStreetMap) Sinon il y a l'approche de l'outil de création de parcours de Strava qui tient compte de la popularité des segments. Je n'ai pas testé pour le VTT mais en route : il m'a fait passer exprès par toutes les sections pavées du Paris-Roubaix ! c'est pas du tout ce que je cherchais à faire, mais on va dire que ça marche, c'est effectivement les segments les plus populaires.
  4. Garmin - itinéraire en boucle

    Le routage automatique Garmin c'est juste bien pour faire un "retour maison" ou "retour voiture" au plus court. En plus c'est capricieux, il refuse parfois obstinément de passer par certains chemins pourtant ouverts et praticables. Pour moi il y a 3 manières de faire un parcours intéressant : - suivre un pote qui connait et qui a défriché ( le top mais compliqué et limité...) - suivre un parcours balisé ( rando organisée = variable ou circuit permanent = souvent bof ) - suivre une trace = trace complète récupérée sur le web, traces associées/bricolées, parcours créé "à la main" sur fond cartographique => préparation très chronophage mais on a rien sans rien.... Dans les outils pour récupérer des parcours et traces : uttagawa ( un des plus simple ) ou autres sites où on trouve des parcours détaillés vttrack qui est un agrégateur de traces et sur fond cartographique => outil absolument fantastique mais un peu ardu à maitriser strava => quantité phénoménale de traces gps mais outil de recherche pourri et un peu de bricolage pour récupérer les traces sans abonnement Premium Logiciel BaseCamp de Garmin pour bricoler les traces. Ah et puis il faut accepter une part d'aventure... : chemins disparus ou fermés, erreurs d'itinéraires, etc...
  5. Quel cardio choisir?

    A mesurer sa fréquence cardiaque Si tu fais un exercice formaté comme du fractionné, ça te permet de te caler au bon rythme d'effort et de vérifier que tu reviens bien à un rythme cool pendant tes récup. Après ça dépend si ton entrainement est défini par rapport à une fréquence cardiaque ( du genre 4mn à 90% de la Fréquence Cardiaque Maxi) ou avec une vitesse ou un niveau de puissance. Sur des compètes ou des randos longues et difficiles, ça peut aussi te permettre de vérifier que tu ne te met pas dans le rouge et que tu en garde sous le pied pour finir dans de bonnes conditions. Perso je m'en sert dans les longues montées, je connais avec l'expérience le bon rythme qu'il me faut pour aller le plus vite possible sans me carboniser. Même si il faut aussi écouter ses sensations, l'avantage du cardio est qu'il est objectif !
  6. "Mountain Bikers Foundation"

    Je n'ai rien trouvé, c'est le problème de Facebook où rien n'est trié ni hiérarchisé. Tu n'as pas un lien direct ? C'est sûr que le comportement des VTTistes, assistés ou non a de l'importance sur la perception du VTT par les autres usagers et par ricochet sur les décideurs publics. C'est d'autant plus important pour le VTTAE dont la pratique et le matériel ne sont pas encore "stabilisés" Mais il y a aussi un problème de nombre de pratiquants qui, indépendamment de leur type de vélo et de leur comportement, peut poser des problèmes. Que ce soit pour la préservation de la nature comme pour la cohabitation avec les randonneurs et chasseurs, plus il y aura de vélos, plus il y aura de problèmes potentiels... Est-ce que le nombre de pratiquants va exploser ou est-ce qu'il restera stable une fois l'effet de mode VTTAE passé... personne n'en sait trop rien j'imagine.
  7. "Mountain Bikers Foundation"

    Pour être plus précis, il m'a semblé qu'il y avait une différence d'approche entre MBF France et l'IMBA. De ce que j'ai compris, la position de l'IMBA est : pas de problème pour que les VTTAE aient accès aux singles, mais uniquement dans la mesure où le gestionnaire (collectivité, parc naturel, etc..) est d'accord et si ça ne remet pas en cause l'accès des VTTistes non assistés. MBF me semble plutôt être dans l'idée de faire totalement cause commune entre VTT et VTTAE pour le meilleur (plus de monde pour entretenir les sentiers, plus d'adhérents) mais aussi pour le pire = gestion des éventuels problèmes et interdictions qui découleraient de l'augmentation de la fréquentation dans les zones à problème. Je ne juge pas, j'essaie de comprendre...
  8. "Mountain Bikers Foundation"

    Merci, à tout hasard tu n'as pas un lien vers un document de référence plus détaillé ? En fait là où je rencontre le plus de problème d'interdiction c'est en Flandre (Monts Noirs-Rouge et Kemmel, Mont de l'Enclus) où pratiquement tous les passages intéressants sont interdits aux vélos. Difficile de comprendre si c'est pour des problèmes de préservation ou si c'est juste le lobby des randonneurs qui est plus puissant que celui des VTTistes.... Ca m'intéresserait de vérifier que ces interdictions sont juridiquement valables ou si c'est juste des initiatives locales sans fondement juridique sérieux (comme on voit ça régulièrement en France). Pas simple d'avoir des infos fiables.
  9. "Mountain Bikers Foundation"

    Bonjour, Je profite de ce post pour soulever deux questions : - où est-ce que je peux trouver des infos et références sur la réglementation en matière d'accès aux chemins et single à VTT en Belgique ? Et sur la validité ou non des interdictions et restrictions ? Il y pas mal de matière sur le sujet en France ( il faut dire que c'est un merdier administratif total comme nous savons si bien le faire chez nous, avec un empilage de codes qui se contredisent et qui pour certains n'ont pas été revisités depuis 50 ans voire beaucoup plus...) Mais je n'ai rien trouvé pour la Belgique. Accessoirement est-ce que les même règles s'appliquent en Flandre et en Wallonie ? - est-ce que l'antenne MBF-Belgium est sur la même ligne que MBF France en ce qui concerne les VTTAE ? (je ne cherche pas la polémique hein, c'est juste pour connaitre votre position) Merci !
  10. Quel cardio choisir?

    J'ai le Forerunner 230 avec une ceinture cardio Geonaute (compatible bluetooth et Ant+) = solution nickel, j'en suis très content. Le paramétrage des écrans est pas des plus intuitifs (il faudrait pouvoir faire ça depuis le PC ou le Smartphone) mais pour le reste c'est vraiment une très bonne montre, fiable et efficace. Je n'ai pas beaucoup exploré le sujet mais j'ai pu installer deux applis IQ dont une pour suivre un parcours, ça peut dépanner. Et comme je suis déjà dans l'environnement Garmin+Strava avec le Edge de mon VTT c'est pratique d'avoir tout dans le même ensemble. Les problèmes de fiabilité du cardio du 235 c'est à cause du capteur sous la montre (qui est censé remplacer la ceinture) Je ne sais pas si ce type de capteur est fiable chez les autres fabricants mais chez Garmin ça ne semble pas encore être optimal. Je ne vois aucune usure mais je ne l'utilise que 2 fois par semaine max Quant aux mises à jour ça n'est vraiment pas un problème, ça se fait tout seul et c'est fiable (contrairement à mon Etrex 810...)
  11. C'est un peu ça... Le seul moyen de s'emmerder un peu moins c'est de faire joujou avec les vidéos (pour un temps au moins) ou de faire des exercices ciblés sur des sessions de 30-45mn maxi. J'ai un très beau HT, pour autant il faut vraiment des conditions météo catastrophiques ou un gros problème de planning pour me résoudre à l'utiliser plutôt que d'aller rouler dehors...
  12. Tu as le Tacx Flux qu'on peut trouver en promo dans les 650-700 €. Même concept que le Neo en moins perfectionné mais c'est déjà une rolls du HT. Bruit vraiment acceptable en appart, montage direct sans avoir besoin d'un pneu spécial et fonctions assez sophistiquées qui rendent les sessions un peu moins pénibles. Ca fait toujours cher pour faire le hamster mais pour les jours où c'est vraiment la cata météo, plus d'excuses pour flemmarder
  13. C'est peut-être plus marqué à Whistler parce que les parcours (hors domaine des remontées mécaniques) sont créés et gérés par une asso qui a institué une "trail etiquette" excluant les électriques. Mais mon pote américain m'a dit que le VTTAe était mal vu aussi aux US (en plus il sont assez forts question réglementation et interdictions) En montagne en France, le gros des troupes concerne des vélos de loc pour dans une optique balade, famille donc ça ne sort quasi pas des gros chemins et ça pose très peu de problème. Le risque, à mon point de vue, c'est de voir plus de monde dans les sentiers où le "ticket d'entrée" physique en VTT sec est élevé. Il y a heureusement encore des endroits où on ne croise pas grand monde mais dès que c'est un peu fréquenté par les randonneurs ou qu'il y a des problèmes d'érosion ou de réserve naturelle, les restrictions tombent quand la pratique n'est plus confidentielle et tout le monde, sec ou électrique est souvent mis dans le même panier (en France les VAE bridés à 25km/h ont théoriquement le même statut juridique que les vélos secs) C'est pas à eux que je pensais. Plutôt à ceux qui démarrent avec un VTTAe cool et qui, l'appétit venant, optimisent et investissent pour en avoir toujours plus. C'est une tendance naturelle, il suffit de jeter un oeil dans les forums VTTAe pour le voir.... Perso j'accepte beaucoup plus facilement d'être gêné dans une montée par des vtt secs qui n'ont pas le niveau (au moins quand ils n'ont pas la place de s'écarter facilement) que par un électrique qui cherche à passer quand moi je suis au taquet... En descente je ne fais pas de différence entre électrique ou pas, je râle juste un peu quand certains ne font pas un minimum d'effort pour laisser passer quand c'est possible (ce que je m'efforce de faire quand c'est moi qui suit plus lent) Cela étant dit je fais très peu de randos organisées où il risque d'y avoir du monde, c'est encore le plus sûr moyen de ne pas être gêné...
  14. Bah non ça n'a absolument rien à voir. Ca n'est pas une "réticence" c'est un choix, celui d'avoir un vélo léger et la satisfaction de monter uniquement par ses propres moyens, comme on le fait en randonnée à pied ou à ski. Pour ce qui est de la fatigue, il suffit d'adapter la distance et le dénivelé à sa capacité et ses envies, il n'y a pas forcément besoin d'en faire "toujours plus" pour prendre du plaisir. Maintenant si le VTTAE permet à certains de reprendre le vélo, tant mieux, super. Mais il ne faut pas être naif et penser que c'est exactement comme le VTT sec et que le développement du VTTAE ne posera aucun problème : - la tendance naturelle au "toujours plus" incitera certains à débrider (en plus c'est très facile a priori), à mettre des moteurs plus puissants, mettre de plus gros pneus, emmener des batteries de rechange, etc... bref à aller vers la moto électrique en continuant à se revendiquer du VTTAE. - sur les sentiers sensibles où la fréquentation est déjà un problème et où les risques d'interdiction pointent le bout de leur nez, ces problèmes s'aggraveront forcément si on supprime le filtre de la difficulté physique pour y accéder et que la fréquentation augmente. Je ne sais pas si il y a beaucoup d'endroits de ce genre en Belgique mais dans les Alpes par exemple c'est un problème. - dans les randos très fréquentées où il y avait déjà des bouchons et des problèmes de cohabitation entre débutants et confirmés, l'arrivée des VTTAE qui roulent à un autre rythme vient en rajouter une couche. Pour que la cohabitation se passe le moins mal possible, ça suppose que les VTTAE montent au même rythme que les autres quand c'est étroit et que les VTT secs y aillent mollo avec les remarques lourdingues et l'agressivité (c'est un peu contre nature dans les deux cas... ) Reste que je je suis toujours surpris de la grande sensibilité des VTTAEistes quand on leur fait la moindre réflexion sur le fait que c'est différent du VTT "sec" sans jugement ni sarcasme... Tiens en passant, j'ai pu constater cet été que le VTTAE est très mal vu en Amérique du Nord, je n'en ai pas croisé un seul à Whistler alors que vu la longueur et la difficulté des montées il y aurait matière...
  15. Garmin Connect

    Oui pour les appareils que je connais (Edge et Forerunner) tu peux parfaitement les connecter en USB et récupérer manuellement les fichiers gpx ou fit sans passer par Garmin Connect. Reste que c'est achement plus pratique de transférer automatiquement les données en fin de sortie par bluetooth et que ça balance le truc tout seul dans Strava (si tu utilise Strava). Et rien ne t'empêche d'avoir un compte Garmin Connect totalement anonyme, avec une adresse mail dédiée et toutes tes activités en mode privé. L'un n'empêche pas l'autre. L'avantage de les avoir sur Garmin Connect et/ou Strava c'est que c'est accessible de partout et que tu n'as pas besoin de faire de sauvegarde. Perso je charge toutes mes sorties en automatique sur Strava et j'ai un petit programme pour extraire les données (via l'API Strava) et me faire mes stats à ma sauce. Et je stocke ailleurs les traces complètes pour les parcours dignes d'intérêt. C'est drôle que tu dises ça quand on voit ta signature
×