Aller au contenu

tomcat

Membres réguliers
  • Compteur de contenus

    509
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    3

tomcat a gagné pour la dernière fois le 7 septembre 2014

tomcat a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

165 Excellente

À propos de tomcat

  • Rang
    Inconditionnel
  • Date de naissance 10/01/1961

Méthodes de contact

  • Site Internet
    http://www.visualobject.be
  • ICQ
    0

Informations de profil

  • Ville
    Jambes (Namur)
  • Intérêts
    photographie, aviation
  • Prénom
    Eric
  • Bike(s)
    Santa Cruz

Visiteurs récents du profil

2.115 visualisations du profil
  1. Evaluer l'usure des plateaux

    Impec. Merci pour les réponses les gars. Je vais remplacer le petit uniquement. Eric
  2. Bonjour à tous, j'ai tendance à ne pas tarder pour remplacer mon plateau mais j'avoue avoir des difficultés pour évaluer son degré d'usure. Là, je m'apprête à remplacer ceux du vélo de mon épouse. Qu'en pensez-vous ? Merci d'avance, Eric
  3. entretoise amortisseur - remplacement

    ok merci Stéphane. J'ignorais que c'était une pièce d'usure. Je vais remplacer tout le bazar en suivant le conseil de Toff (que je salue au passage). Eric
  4. entretoise amortisseur - remplacement

    Bonjour à tous (enfin … uniquement à ceux qui s’y connaissent en mécanique ), J’ai un peu de jeu dans ma suspension. Je pense avoir identifié l’origine du problème dans une des entretoises (je crois que cela s’appelle un kit de buselure) de l’amortisseur qui me semble bouger un peu. Cet amortissement possède une entretoise supérieure en plastique avec un réducteur en téflon et un axe en alu, le truc classique que j’ai remplacé sans problème. En bas de l’amortisseur, c’est tout de l’alu (cfr photo) avec deux rondelles en téflon ( ?). Pensez-vous que je peux remplacer ce kit par le même kit plastique-téflon ? Je suis ouvert à d’autres suggestions . Merci d’avance, Eric
  5. 28/01/18 to 28/01/18 : Walcourt - Raid d'Heur

    >>2.3 devant et 2.1 derrière << 2.1 et 1.9 pour moi. Et je pense que cela fait une sacrée différence quand tu roules dans la boue. Il faut également tenir compte de l'espacement des crampons : plus ils sont rapprochés, plus tu embarques de la boue. Mais plus ils sont éloignés, plus tu rames sur le sec ou l'asphalte. Tout est une question de compromis. Le week-end dernier, à Naninne, c'était également la mud fest. Franchement, dans nos régions, après des périodes de pluies prolongées où les terrains sont gorgés d'eau, je ne vois pas très bien où tu pourrais aller rouler pour ne pas rentrer couvert de boue. Cela dit, à Walcourt, j'aurais bien aimé passer par les lacs. Eric
  6. 28/01/18 to 28/01/18 : Walcourt - Raid d'Heur

    Ben oui mais là, c'est la transmission qui va souffrir ... à cause du sable . Eric
  7. 28/01/18 to 28/01/18 : Walcourt - Raid d'Heur

    Je ne veux pas être contrariant mais nous sommes au mois de janvier, il fait autant humide que dans un sauna, la chaleur en moins et on ne peut pas dire que la région soit réputée pour son terrain bien drainé. Je trouve donc étonnant de s'étonner de rouler et tonner dans la boue . Cela dit, avec des pneus "spéciaux boue qui colle" (des beaver), j'ai eu très peu de problèmes. Maintenant, si tu te trimballes avec des boudins de 2.8 pouces et des crampons rapprochés, tu ne dois pas t'étonner de récolter de la boue à chaque tour de roue. Eric
  8. 04/02/18 : Naninne

    Meuuh non ... je ne vois vraiment pas ce qui te fait écrire cela. Eric
  9. 04/02/18 : Naninne

    Nom de l'événement : Naninne Calendrier : VTT : randonnées Date de l'événement : 04/02/18 Contenu : Distance: 15-30-40 kmDénivelée+: 285-492-750 mNombre de ravitaillements: 1-2Heure de départ: 8.00Lieu: Terrain de foot, Rue Ste AnneCode postal: 5100Prix: 3-5 €Facilités: Douches, Bike-Wash, Parking à vélos gardé, Réduction Club O2 BIKERSTéléphone: 0496/14.15.23E-mail: cyclonaninne@gmail.comSite Web: www.cyclonaninne.be Nanine dans le calendrier
  10. >>tu la cultive toi-même ou tu as un dealer<< Non, non. 100% naturelle, issue de l'agriculture biologique . Eric
  11. Le rasoir de l’Occam D’après certaines études, l’homme (et la femme) de 2100 sera complètement glabre. En attendant le réveillon du prochain siècle, nous devrons encore nous contenter de nous désherber, sans glyphosate, chaque jour (pff …). Les routiers préfèrent généralement un visage rasé de près avec des favoris bien dessinés. Les moutainbikers, eux, n’en n’ont rien à foutre. La barbe de trois jours et les cheveux longs sont considérés comme tout à fait normaux. La pyramide et les diabolos mentent. Un cycliste du Tour de France ressemble à une pyramide : tout dans les jambes, pas grand-chose dans les bras et un torse de pigeon. Bref, un croisement entre de Hulk et ET. Les journalistes mentent quand ils racontent que les cyclistes sur route sont des sportifs complets. Je dirais plutôt qu’ils sont des demi-sportifs à dessous hypertrophié et un haut sous-développé. Avouez quand même un Gregg Minaar ressemble plus à un diabolo : des bras (2) et un torse puissants, des jambes (2) musclées, la puissance à l’état pur. Les défilés parisiens Sur route, le lycra reste toujours à la mode, ce qui fait ressembler un peloton du Tour de France à une sortie touristique pour folles en goguette. Ils portent leur moulebite très ajusté au corps de manière à rendre bien visible le moindre petit bourrelet. La mode vttiste est caractérisée par différents types de shorts et de jerseys généralement bariolés de publicités pour des marques de bières ou de vélos. Les armures de protections peuvent ajouter une couche de virilité aux enduristes et aux descendeurs. Certains d’entre eux doivent même se couvrir la tête d’un casque intégral afin de se protéger des assauts de leurs innombrables groupies qui gravitent autour des courses. Nous préférons les vêtements amples dans lesquels nos muscles puissants peuvent se développer librement et se déplacer selon les contraintes imposées à nos corps d’airain. La carte de géographie Là où les routiers nous montrent des corps propres et sans tache, les Vttistes sont fiers d’arborer leurs différentes cicatrices, témoignages de leurs nombreux exploits. Certains d’entre eux vont même jusqu’à tatouer le lieu et la date de l’incident sous chaque cicatrice. La classe ! Vous voulez apprendre la géographie ? Oubliez la mappemonde et engagez plutôt un vttiste. Faites la boue, pas la guerre. Afin de ne pas salir son beau maillot, le roadie évite toujours de passer dans les flaques d’eau. Le biker, lui, ne conçoit pas de rentrer propre à la fin d’une trace. Il en va de même pour le vélo parce qu’un biker sans boue n’est qu’un roadie déguisé. Disc-jockey Les rois du tarmac ne sont pas connus pour leur modernité ni leur enthousiasme pour les nouvelles technologies. Leurs bécanes sont toujours équipées de freins cantilevers, de pneus lisses, de câbles et de toutes ces petites choses que nous avons remplacées par des disques, de l’hydraulique voire même de l’électronique. Bon, ok, je vous concède que les changements de vitesses sont électriques sur les vélos de route. Mais là où ils ont besoin de trois plateaux, nous n’en n’utilisons plus qu’un seul. La fée électrique L’apparition de motocyclettes électriques dans les bois a permis d’ouvrir de passionnantes discussions sur les bienfaits (ou non) de ces engins. Imaginez donc comment les afters et les forums étaient ternes sans ces engins, générateurs de controverses. Dans un vtt, au moins, il n’est pas nécessaire de cacher le moteur sous peine de disqualification. Les afters bio A l’arrivée, les routiers se goinfrent de boissons énergisantes et réhydratantes soigneusement dosées afin de restaurer leur équilibre intérieur. Nous préférons les boissons naturelles à base d’eau, d’orge, de houblon (et parfois de malt). Leur dosage est tout sauf soigneusement mesuré. Ces compléments alimentaires permettent une ouverture complète de nos chakras et, n’en doutons, pas de retarder l’heure du retour dans nos foyers. A l’arrivée, un coureur du Tour de France est entouré de tout un staff dont le seul but est de le préparer à l’étape du lendemain. Nous ... bof ... une chaise, une table, une chope, quelques potes et nous sommes repartis … et pas besoin d’attendre demain … quoique … Wall of fame Un Froome ou un Contador sont bien en peine de pouvoir prendre un pot tranquillos dans le pub local tant ils sont poursuivis par leur notoriété. Les vttistes, eux, ne subissent pas ce problème de harcèlement. Et pour cause, personne ne les connait et c’est en toute simplicité qu’ils peuvent se déchirer grave au cafetar local. Drifting En balançant son corps sur la roue avant et en chassant méchamment son bassin d’un côté ou l’autre du vélo, il est possible, pour quelques secondes d’atteindre le nirvana cosmique qui consiste à faire glisser sa roue arrière dans le gravier. Cette sensation n’est connue que de la part des vttistes. Essayez donc cela avec un vélo de route et c’est l’hôpital assuré. EPO Racontez à quelqu’un qui n’est pas du milieu cycliste que vous faites du vélo de route et vous n’attendrez pas une minute que l’on vous parle d’Armstrong. Dites que vous faites du vtt et, en moins d’une minute, votre interlocuteur propose de vous offrir une bière en échange du récit de vos exploits. Phéromones Il a été scientifiquement prouvé que piloter un Vtt vous rend plus confiant vis-à-vis du sexe opposé. En Asie, des usines entières préparent des bouteilles contenant des phéromones de vttistes à destination des pays européens
  12. Comment voler 100.000 euros de vélos en 3 minutes ... C'est la mésaventure qui est arrivée à un magasin hollandais. Essentiellement des vélos de route Bianchi. Eric
  13. Nom de l'événement : Walcourt - Raid d'Heur Calendrier : VTT : randonnées Date de l'événement : 28/01/18 to 28/01/18 Contenu : Distance: 20-25-30-40 kmDénivelée+: 400-700 mNombre de ravitaillements: 1-3Nombre de participants en 2017: 735Heure de départ: 7.30-11.00Lieu: Complexe du SpayemontCode postal: 5650Prix: 5 €Facilités: Douches, Bike-Wash, Parking à vélos gardé, Réduction Club O2 BIKERSTéléphone: 0494/67.96.60E-mail: presidence@route-joyeuse.beSite Web: www.raidheure.be Walcourt - Raid d'Heur dans le calendrier Durant toute la semaine qui précédait la rando de Walcourt, la météo s’annonçait assez bonne pour le dimanche. Bien entendu, dimanche matin, le ciel était plombé, la tête dans les nuages et le cul dans le crachin. J’ai déjà participé plusieurs fois à cette rando et j’en ai toujours gardé de bons souvenirs. L’année dernière, il faisait tellement froid que les corps de roues libres gelaient avant même le départ. Aujourd’hui, au moins, aucun risque de ce côté-là. Les traces sont variées et les ravitos assez réputés pour leur côté gastronomique. Cette année, nous avons eu droit à des crêpes, des fricassées et du thé chaud. Personnellement, j’ai également beaucoup apprécié les pâtes de fruits qui complétaient assez bien le Nutella … dans lequel nous avons pataugé les neuf dixièmes de la journée. « Que de boue, que de boue, que de boue » … répétez cela une quinzaine de fois sans respirer et vous aurez une bonne idée de la journée. Même avec mes pneus « spécial boue qui colle », je me suis retrouvé plusieurs fois à pédaler dans le vide. Plus aucun grip et un gros boudin autour de mes pneus et vive les pédales sans clips ! Nous étions partis à quatre, plein d’entrain … après cinq kilomètres nous étions déjà emboués jusqu’aux yeux quand quelques problèmes mécaniques sont apparus sur le vélo d’une de nos compagnes. Brigitte, puisqu’il s’agit d’elle, tenait un discours similaire à celui-ci : Bri : j’ai des problèmes de selle Moi : c’est mou ou c’est dur ? Bri : j’sais pas, ça descend tout seul (son vélo a une selle escamotable qu’elle n’utilise jamais). Moi : alors c’est mou ! Et cela glisse ? Bri : ben oui, chaque fois que je pédale Moi : tu lèves ton derrière, tu appuies sur ton bouton ... Bri : ??? Moi : non, pas celui-là. L’argenté, sur le guidon ! Après 10 kilomètres : Bri : je crois que mon corps se sépare de mon esprit Moi : ??? Après 12 kilomètres : Bri : y a plus personne, on s’est pas trompé de flèche ? L’écho : non, on les a tous lâchés Après 15 kilomètres : On a toujours l’image mais le son s’est perdu dans la boue : Bri : … Nous : ? Au ravito des 20 kilomètres : Bri : oui madame, je reveux bien une cinquième crêpe. Bri : vous auriez du rhum pour accompagner ma crêpe ? Bri : on coupe au court ? A l’arrivée, 6 bikewashes avec un débit suffisant et un sixième avec un débit prostatique. La file n’était pas trop longue et les vélos sont ressortis comme des sous neufs. L’after était d’enfer. Pour peu, on se serait cru au début des soumonces. La fanfare était là, il ne manquait que les sabots et les Gilles. Comme nous étions stationnés au diable-veau-vert, je peux supposer que l’affluence était présente et que les organisateurs ont terminé la journée avec la banane. Eric
  14. Internet ou Shop ?

    C'est pour chasser les mobylettes électriques ? Eric
  15. Internet ou Shop ?

    Comme beaucoup d’entre nous, il m’arrive, de temps en temps, parfois … enfin … souvent de commander du matériel sur des sites internet. A postériori, je me demande à chaque fois pourquoi je ne passe pas par le marchand de vélo du coin. Les raisons sont multiples. D’abord, j’invoque la clause de paresse congénitale car il faut bien reconnaitre que c’est plus confortable et vachement moins fatiguant de commander devant un pc, d’un click de souris, au chaud et une bière à la main que de sortir, marcher les 150 mètres qui me séparent du bouclard, de régler mon affaire et de revenir à la maison. Cela dit, je pourrais être enclin à changer d’avis si le shop offrait la bière. La seconde raison est que je sais ce dont j’ai besoin et qu’un conseil avisé d’un mécanicien n’est donc pas utile (enfin … que je crois ?). Il ne s’agit bien entendu pas de faire comme certains qui « pompent » toutes les informations utiles au magasin et qui commandent ensuite sur le oueb. Le conseil est un service et, non, celui-ci n’est pas gratuit. Le magasin se rémunère, à juste titre, sur les fournitures et/ou prestations qu’il vend. Encore faut-il, me répondrez-vous, que ce conseil soit judicieux, avisé et pertinent. Mais cela, c’est un autre problème. La troisième raison est que la diversité du choix est nettement supérieure dans les magasins virtuels. Essayez-donc de trouver un shop qui stocke (en pré-saison) des vêtements de vttistes pour les filles ou la super veste qui est pendue en vitrine mais dans une taille qui soit plus seyante pour votre dad belly. La quatrième raison est, ne soyons pas hypocrites, les prix pratiqués par les boutiques en ligne qui défient généralement toutes les concurrences. Là se situe peut-être l’argument le plus décisif en faveur d’internet. Notez que, même sur ce critère, il y a également matière à discussion. A titre d’exemple tout à fait subjectif, je viens de (chercher à ) commander une pièce pour ma suspension : Sur un site belge spécialisé dans ce domaine : 29 € + 7 € de transport Sur un site français bien connu : 22.99 € Sur un site américain : 12.50 € Sur deux sites allemands bien connus également : 25.37 € et 19.22 € + 5.95 € pour le transport. En magasin physique belge : 32 € Je laisse de côté le site extra-communautaire pour des raisons de douane et de délai mais il reste quand même une fameuse différence entre l’allemand à 19.22 € et le belge à 29 €. En règle générale, je privilégie toujours les sites nationaux, même à prix plus élevé, mais il faut reconnaître qu’une telle différence est difficilement justifiable à mes yeux de consommateur. Même en étant au fait des sites d’e-commerce et des problèmes liés à la distribution (différence de tva, volumes d’achats, main d’œuvre, … ) les disparités d’un site à l’autre sont réellement importantes. Et je ne vous parle même pas des problèmes de confiance entre les parties. J’avoue être assez dubitatif quant à l’achat de mon matériel. Nous sommes tous bien contents de pouvoir disposer d’un shop local quand notre vélo nous lâche le vendredi, avant la rando du siècle. A ce titre, je pense que nous nous devons de soutenir le commerce local. D’un autre côté, le choix et le prix sont des arguments non négligeables. Jusqu’à ce jour, quand je demande un avis à un bouclard, j’achète (ou je commande) le matériel chez lui. Dans le cas contraire, je commande en ligne. Est-ce moralement défendable ? Je l’ignore. Qu’en pensez-vous ? Eric
×