Aller au contenu

tomcat

Membres réguliers
  • Compteur de contenus

    486
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    3

tomcat a gagné pour la dernière fois le 7 septembre 2014

tomcat a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

147 Excellente

À propos de tomcat

  • Rang
    Membre régulier
  • Date de naissance 10/01/61

Méthodes de contact

  • Site Internet
    http://www.visualobject.be
  • ICQ
    0

Informations de profil

  • Ville
    Jambes (Namur)
  • Intérêts
    photographie, aviation
  • Prénom
    Eric
  • Bike(s)
    Santa Cruz

Visiteurs récents du profil

1.943 visualisations du profil
  1. J'avoue . Cela dit, quand je parle de tracé, de fait il s'agit également de la qualité du fléchage et des ravitos.
  2. Triride = 3 roues et un moteur. Ce n'est donc pas un vélo. Cela dit, il y a des vélos à 4 roues . Certains vélos ont 3 roues mais pas de moteur (tripoRteur) que l'on peut raisonnablement assimiler à un vélo. Quoiqu'en Vtt, cela risque d'être sportif.
  3. J'aime autant "baiser" autre chose que mon capital sympathie. Mais, bon, chacun son truc, hein ? Eric
  4. Le Solex était un cyclomoteur (= un cycle à moteur) qui démarrait effectivement en pédalant mais sur lequel le moteur pouvait être débrayé. On passait alors en mode bicyclette. Si j'ai bonne mémoire, il fallait pédaler dans les côtes quand le moteur n'arrivait pas à suivre. Sur le principe, c'est la même chose qu'une moto électrique. Et, non, je ne traite pas les gens de tricheurs. Il n'y aurait d'ailleurs pas de raison. Eric J'adore ce genre de discussion. C'est tellement facile de mettre le feu à la grange .
  5. Ben ... sur le principe de fonctionnement, je ne vois pas bien la différence. Cela dit, l'enduro en moto, cela existe déjà. e
  6. Ben ... un truc à deux roues avec un moteur, c'est une moto ou à la limite une mobylette, non ? C'est le même principe que le vieux solex qui nécessitait aussi de pédaler. A part qu'il s'agissait d'un moteur à essence. Et le solex, c'est bien une motocyclette. Et, non, je ne pense vraiment pas avoir écrit n'importe quoi . Eric
  7. Question : Après une rando, comment distingue-t-on les utilisateurs de motos électriques des cyclistes ? Réponse : les premiers comparent la capacité de leur batterie respective alors que les seconds discutent du tracé qu’ils viennent de faire. Eric
  8. Etude posturale

    J’avais déjà entendu parler de l’étude posturale sur un vélo. En gros, ce n’est pas un truc très sorcier. Cela consiste à faire comprendre à votre vélo que vous êtes mal foutu et qu’il doit s’accommoder de vos difformités pour qu’elles se voient le moins possible. Et pour cela, le passage par un kiné (ou équivalent) spécialisé est nécessaire. L’étude posturale est intéressante dans les cas suivants (liste non exhaustive) : Vous comptez traverser l’Atlantique en pédalo et vous voulez être certain du modèle de flotteur à utiliser. Vous êtes plutôt du style endormi et vous vous demandez si un vélo couché ne risque pas de vous être fatal Vous comptez jouer la gagne au prochain Cape Epic mais Nino Schurter refuse de vous prêter ses jouets Vous en avez marre que votre mère vous dise « tiens toi droit » à chaque occasion Vous avez une journée pluvieuse en vue et le nettoyage du vélo ne vous tente pas. Votre selle est cassée alors autant en acheter une qui ne vous écrase pas les roubignolles et ne vous coûte pas la peau du cul. Vous êtes mal foutu et vous ne voulez pas aggraver des choses Bref, ce ne sont pas les motivations qui manquent. J’ai fait ma petite étude de marché et j’ai lu beaucoup de bien sur le système mis en place par Specialized dans des magasins, pompeusement nommés, « Concept Stores ». Ce concept, le BG Fit, consiste à vous analyser dans tous les sens afin de définir avec précision les positionnements des différents éléments de votre bécane. Vous, c’est quand même trop tard pour changer, alors autant faire comprendre ce que l’on souhaite à une machine plus intelligente : le vélo. Après quelques échanges de mails et un appel téléphonique pour définir les modalités (ben oui … ce n’est pas gratuit), un rendez-vous est pris un samedi pluvieux d’octobre. J’arrive donc avec mon vélo que les techniciens ont prévu d’installer sur des rouleaux. C’est sans compter que, parait-il, mon système de fixation de roues n’est pas standard (un axe traversant DT Swiss 12x142). Bon … cela commençe bien … sans vélo. Heureusement, le magasin possède une espèce de vélo d’appartement qui peut être dimensionné à n’importe quelles cotes. Il possède des vis, des vérins, des boulons, des tiges filetées, … dans tous les sens. Il suffit d’y installer mon guidon pour retrouver le même positionnement que sur mon Santa-Cruz. Ce n’est pas le vélo que je choisirais pour un Cape Epic mais cela devrait faire l’affaire … pensait-on J. Mais voilà, le diamètre de mon cintre est de 35mm et leur standard est de 31.8mm. Le 35mm est quand même apparu en 2011 et s’est répandu en 2014 dans les vélos de DH et d’Enduro. Bref, on a fini par me trouver un cintre devant faire l’affaire. Le kiné s’est inquiété de mes attentes et m’a mesuré et scruté dans tous les sens, en me faisant prendre des postures parfois bizarres. Il a mesuré ma souplesse qui tient plus du chêne centenaire que du roseau. Après cela, la déprime a commencé. En résumé : j’ai une jambe plus courte que l’autre (comme le dahu), les pieds en canard et le dos comme un dromadaire. Je m’apprêtais à passer tout le bestiaire en revue et à me caser sur un vélo à 3 roues … quand il a mesuré la taille de mon SIF ... ... Ok ... je vois à vos têtes ahuries que vous ignorez ce qu’est un SIF. Il s’agit du Sillon Inter Fessier (bandes d’incultes). Certains pourraient penser à un diamètre de trou de balle (la période de la chasse arrive) mais il s’agit en fait de la distance entre vos deux ischions. Et, non, « ischion » n’est pas le petit nom donné à vos bijoux de famille mais plutôt aux deux os sur lesquels vous appuyez, une fois assis. Cette mesure en mains (si je puis dire), le choix de la selle a été très facile. Une Specialized Power. Celle-là (selle !) a tout de suite plu à mon tendre postérieur qui s’y est trouvé bien à l’aise. Bon, cela risque d’être un peu tricky dans les descentes techniques car elle est assez large et un peu encombrante quand on doit « passer derrière » mais mon cerveau d'en bas n’en veut pas d’autre. Alors, ce que derrière veut … Afin d’alléger la pression sur les zones périnéales, la Power est largement évidée en son centre. J’espère juste ne pas m’y retrouver coincé un jour. Une fois assis, on a remesuré le vélo, la position de mes genoux par rapport aux pédales, la distance entre le bec de selle et le centre du guidon, la hauteur de selle, l’avancement de la selle, … et j’en passe et des meilleures. Bref … des ajustements, très légers, sont faits. Comme je roule « non clipsé », il n’a pas été nécessaire de régler les cales de mes chaussures. Durée totale de l’étude : environ trois heures. Coût : 180 euros. Cela les vaut-il ? A priori, oui. Mais je suggérerais de passer à cette étude avant l’acquisition d’un nouveau vélo. Toutefois, ce concept étant celui de Specialized, je doute qu’un vélo d’une autre marque vous soit conseillé. La première rando post-étude-posturale confirme le très bon choix de selle. Les subtils changements qui ont été faits à mes réglages m’ont également apporté une position, me semble-t-il, plus naturelle et malgré la boue omniprésente, je n’ai pas ressenti de gène dans le bas du dos (oui, un peu plus haut que le SIF) comme souvent lorsque le vélo glisse de l’arrière. Eric
  9. Avenir du 27.5 et du 29

    D’un autre côté, quelle est la définition du « côté fun ». Est-ce que le côté jouette d’un vélo peut être qualifié de « funny » ? Est-ce que la couleur vert-caca-d’oie de certains vélos fait en sorte que les autres vttistes ont beaucoup de « fun « à les voir passer ? Le côté « fun » ne serait-il pas du côté du vendeur qui a réussit à vous fourguer un truc dont personne ne veut ? Un vélo est-il « fun » quand il rebondi d’un côté à l’autre de la piste, de manière aléatoire ? D’un autre côté, cela peut permettre à l’ambulancier de ne pas trouver « fun » le fait de vous décoincer la roue de la mâchoire. En ce qui me concerne, le « fun », c’est plutôt quand j’arrive en fin de rando, entier, sans avoir mal partout et sans avoir déglingué mon bike. Eric
  10. Meilleur moyen de payement on-line

    Les virements bancaires intra-européens sont gratuits. Tu as besoin du code IBAN de ton fournisseur. Le paiement par Mastercard est gratuit mais tu payes une redevance annuelle à ta banque. Cela dit, ton fournisseur laisse une commission à l’émetteur de la carte. Via carte de crédit, tu bénéficies souvent d’une espèce d’assurance. Paypal : je ne sais pas dire Eric
  11. Avenir du 27.5 et du 29

    Nico, très bon résumé . Je pense que nous sommes sur la même longueur d'onde . Eric
  12. Avenir du 27.5 et du 29

    Ma réponse ne sera de toutes façons pas objective mais je me poserais d’abord la question du type de randos qu’ils souhaitent. Sont-ce les randos du dimanche (sans être péjoratif, hein) en Belgique ou bien une pratique régulière de DH ou d’enduro ou encore du XC dans les Alpes ? Dans mon cas, j’ai choisi le 29 pouces et je ne le regrette pas.
  13. Avenir du 27.5 et du 29

    Bonjour Elian, >>La mode actuelle est à nouveau à l'élargissement des pneus,<< (sic) Comme tu l’écris très justement, il s’agit bien de la mode actuelle et ce n’est pas destiné à tout le monde, càd à la grande majorité des vttistes. J'y vois donc une pure attaque marketing de la part des marques. Bien entendu, les motos électriques ne sont pas concernées par mon propos. Eric
  14. Avenir du 27.5 et du 29

    >>C'est juste une divergence d'avis<< (sic) Qu’est ce qu’on s’ennuierait si tout le monde avait le même avis. J’ai essayé un fat sur le sable et je dois bien dire que j’y ai pris du plaisir. Cela dit, tout le monde ne dispose pas d’un cheptel des différents modèles de vélos et/ou de roues où je peux puiser à chaque départ de rando. Cela dit, je change de pneus et de selle selon que je roule à l’étranger (UK ou France) ou en Belgique. La selle, c’est juste dans les Alpes pour passer plus facilement « derrière ». Je dispose d’un vélo avec un seul jeu de roues et je dois faire avec. Là, j’ai monté des pneus super-boue-qui-colle et, vu les conditions météo actuelles, je le regrette bien mais je n’ai pas eu le courage d’en changer. En ce qui me concerne, la vitesse n’est pas un critère de choix (heureusement d’ailleurs). Je n’ai pas une allure de coupe du monde et je garde une bonne marge de sécurité dans les descentes. Je ne suis pas certain que la comparaison avec les Etats-Unis soir entièrement pertinente. J’ai pu y constater que leurs traces sont généralement beaucoup plus courtes que chez nous. Par contre, ils font plusieurs fois le tour. Un ami américain est venu rouler avec moi ici. C’est un bon rouleur mais il était lessivé quand il a terminé la rando (celle de Hamois si je me rappelle bien). Mes critiques vont principalement vers les marques et certains revendeurs. A mon sens, ces formats + ont une bonne odeur de marketing. Bien entendu, cet avis n’engage que moi. Eric
  15. Avenir du 27.5 et du 29

    Bonjour Duj, Soyons clair, je ne prétends pas que les formats + ne TE conviennent pas. Je suis certain que tu t’éclates avec. Cela dit, mais c’est un avis personnel, je suis certain que tu y trouverais autant de plaisir avec un format « normal ». Mais là, c’est un autre débat. Mon propos est plutôt que, historiquement, nous avions le format 26 pouces qui contentait tout la communauté vtt. Ensuite, on a eu l’idée de sortir un format 29 pouces, à la satisfaction je pense de tout le monde : plus souple, plus confortable, … mais également moins nerveux et moins « joueur ». Alors, on a (res)sorti un format 27.5 pouces qui a fait le bonheur des descendeurs. En parallèle, on nous a proposé les « Fat » qui s’insèrent dans des niches très particulières. Je ne doute pas non plus que les propriétaires des quelques fats que je vois dans les randos du dimanche y trouvent leur compte mais on ne peut quand même pas qualifier le fat de vélo idéal dans nos régions. C’est un avis tout personnel, mais je pense qu’ensuite, les génies du marketing se sont mis à la planche à dessin pour nous pondre des formats commercialement « bankables ». Et comme tout ce qui est commercial est destiné à alimenter les caisses des fabriquants, on a essayé de faire croire qu’il s’agissait d’un compromis entre deux formats existants. L’utilisateur y trouve peut-être son compte (comme toi) mais certainement pas les détaillants qui voient le nombre de leurs machines en stock augmenter. Aujourd’hui que les marques ont fait le tour des différents formats de pneus, je pense qu’ils vont essayer de nous refaire le coup avec d’autres formats de jantes. Cela dit, si j’habitais à la côte belge, j’achèterais probablement un fat tout comme un modèle + dans les descentes en caillasse des Alpes. Eric
×